Histoire vécue Addictions - Dépendances > Alcool      (3100 témoignages)

Préc.

Suiv.

Alcoolisme,baclofène

Témoignage d'internaute trouvé sur psychologies
Mail  
| 288 lectures | ratingStar_269698_1ratingStar_269698_2ratingStar_269698_3ratingStar_269698_4
Je suis tombée sur ce lien il y a quelques temps deja. Je vous le transmets, cela m'a paru interessant, ainsi vous trouverez aussi de multiples témoignages sur internet. [… ] olisme. Htm. "Un relaxant musculaire m'a guéri de l'alcoolisme" Avec son livre Le Dernier verre, publié en novembre dernier, Olivier Ameisen, cardiologue, a lancé un pavé dans la mare des traitements contre l'alcoolisme. En affirmant que le baclofène, un relaxant musculaire, est à l'origine de sa guérison, il offre un nouvel espoir aux malades, mais doit aussi faire face à la défiance d'une partie du corps médical. Il revient sur son parcours de vie. Psychologies. Com ouvre le débat. Aurélie Martin. Page 1 2 3 4 5. Olivier Ameisen affirme être complètement guéri de sa dépendance à l'alcool. Après avoir tout essayé, des médicaments aux cures de désintoxication, ce cardiologue dit avoir vu sa vie bouleversée par un médicament, le baclofène, utilisé contre les spasmes musculaires. Il témoigne de cette expérience exceptionnelle qui pourrait, selon lui, déboucher sur un traitement possible de l'alcoolisme. Psychologies. Com : Comment avez-vous sombré dans l'alcoolisme ? Olivier Ameisen : Mon problème était l'anxiété sociale. J'étais invité à des soirées, il y avait un piano – Olivier Ameisen est pianiste virtuose, ndlr - , on me demandait de jouer, on me parlait et je me suis rendu compte que j'avais des difficultés à nouer contact. Mais quand je prenais un verre de whisky, que je détestais, les choses se passaient mieux. Pour obtenir cet effet, au début il me fallait un verre, puis deux et ainsi de suite. La tolérance est l'un des premiers facteurs de l'alcoolisme. Vous avez pourtant suivi des traitements contre l'anxiété… Oui, mais cela ne m'a pas du tout aidé. Les médicaments avaient un effet relativement calmant mais ne m'aidaient pas en société, alors que l'alcool avait un effet euphorisant et désinhibiteur. J'étais mal alors je prenais un médicament. Mais j'étais moins anxieux, je n'allais pas forcément me sentir bien. J'ai fait huit ans de psychothérapie, bien avant de sombrer dans l'alcoolisme. Psychanalyses freudiennes, hypnose, homéopathie, travail avec des psychopharmacologues et TCC (thérapie cognitive et comportementale) … Mais elles n'ont eu strictement aucun effet. J'ai compris que j'avais une anxiété chronique qui m'empêchait de me relaxer comme les autres. J'ai alors émis l'hypothèse – qui est bien reçue d'ailleurs – que j'avais un déficit biologique, peut-être en GHB (gamma-hydroxybutirique) , un sédatif naturel de l'organisme. (suite sur le lien, il y a plusieurs pages). Bonne journée.
  Lire la suite de la discussion sur psychologies.com


269698
b
Moi aussi !
Vous avez peut-être vécu la même histoire ?

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

Mon mari est alcoolique mais ne le reconnais pas - alcool, tabac, drogues et dependances

image

Bonjour, Cela fait plusieurs années que mon mari est devenu alcoolique. Jusqu'a présent cela ne me genait pas car il ne buvait que modérément et ne se mettait minable que lorsqu'on recevait du monde. Puis nous avons eu deux enfants. Il n'a jamais...Lire la suite

Comment se sevrer lorsqu'on est adepte du binge drinking - alcool, tabac, drogues et dependances

image

Mesdames, Messieurs, Voilà plusieurs mois que je lutte contre mon alcoolisme. J'ai réussi à me reprendre vraiment très bien. Je ne bois plus qu'une seule ou 2 fois par semaine en soirée. J'ai 24 ans et à la fin de mes études, j'étais...Lire la suite


 

Témoignages vidéos
Mon alcoolisme - Prise de conscience
Sur le même thème
L'alcool chez les jeunes
Voir tous les  autres témoignages