Histoire vécue Addictions - Dépendances > Alcool      (3100 témoignages)

Préc.

Suiv.

Alcoolisme de mon ex compagnon

Témoignage d'internaute trouvé sur vivelesrondes - 14/06/11 | Mis en ligne le 16/04/12
Mail  
| 267 lectures | ratingStar_242403_1ratingStar_242403_2ratingStar_242403_3ratingStar_242403_4
Oui j'ai subi tout ça et bien d'autres choses aussi, que je n'aurais jamais du accepter. Quant aux séquelles dans notre histoire… Ben il n'y a plus d'histoire voilà et j'aurais du y mettre un terme bien avant. Certes il a arrêté de boire, mais les dégâts étaient faits et plus rien n'a jamais été comme avant. Voilà pourquoi je t'envie et même je t'admire ne pas avoir perdu le temps que j'ai perdu (cela étant je l'ai fait de bon coeur, j'y croyais vraiment, je ne dois pas regretter, mais bon… ). Je voudrais revenir à ton amie qui dit que tu laisses tomber un malade et que tu ne le ferais pas s'il avait un cancer ou s'il avait eu un accident. Certes l'alcoolisme est une véritable maladie et je suis capable de l'expliquer très scientifiquement, j'ai fait un stage dans un centre d'alcoologie dans le cadre de mes études d'infirmière, donc jamais je n'irais dire que ce n'est pas une maladie. Toutefois c'est une maladie très particulière, qui n'a qu'un seul médicament : l'alcoolique lui-même. Un alcoolique qui boit n'a pas besoin de nous, il a besoin d'alcool et il ne s'intéresse à nous que si nous sommes un moyen de lui en procurer. En dehors de ça, l'alcoolique pense surtout à lui, à sa dose. Et ce qui est pervers, c'est qu'il sait par contre se dédouaner de son problème sur les autres et qu'il en profite tant que ça marche. Ça lui permet d'avoir un bouc émissaire qui lui dit qu'il peut guérir mais qui est incapable de l'empêcher de boire. Donc si l'alcoolique boit, c'est la faute de l'autre. Et on le conforte dans son idée en le surveillant, en lui disant qu'il ment, en lui coupant les vivres, en se pourrissant la vie pour qu'il ne boive plus. Et en dépoit de tout ça, que fait-il ? Il boit. En l'aidant de cette façon, on le conoforte juste dans l'idée que quelqu'un d'autre peut l'empêcher de boire donc il ne reconnait pas son problème. Mon mari a arrêté de boire quand j'ai arrêté de le surveiller, quand je lui ai dit que c'était SON problème, plus le nôtre et surtout plus le mien. Le médecin m'avait dit "il veut tomber, laissez le tomber. Quand il sera en bas, il y restera ou il remontera, mais c'est à lui d'agir pas à vous, son alcoolisme c'est son problème à lui, c'est lui qui peut le régler, vous n'y pouvez rien et vous devez lui dire". Et ça a marché. Ça fait très mal de voir tomber l'autre. Mais une fois seul avec son problème, mon mari a réagi effectivement. Oh pas tout de suite. Voilà l'aide qu'on peut apporter, mettre l'autre en face de son problème car il est seul à pouvoir le régler. Mais ça ne veut pas dire qu'on doit le subir aussi. On peut le faire, comme je l'ai fait. Mais on peut aussi faire ton choix, car RIEN ne t'obligeait à subir cela, ni l'amour, ni la compassion. Ne culpabilise surtout pas, cette maladie est la sienne, toi tu devais te protéger car si elle détruit l'alcoolique, elle détruit surtout ses proches et encore plus vite. Je vais le répéter car c'est important : l'alcoolisme est une maladie particulière qui ne peut être prise en charge QUE par le malade. Les proches doivent faire ce qu'il faut pour se protéger et si se protéger c'est partir, ils ont raison, l'alcoolique a toujours le choix et c'est la différence avec une autre maladie. Tu ne peux pas décider d'arrêter un cancer. Tu peux réaliser que tu as un problème d'alcool et t'en sortir.
  Lire la suite de la discussion sur vivelesrondes.com


242403
b
Moi aussi !
Vous avez peut-être vécu la même histoire ?

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

Mon mari est alcoolique mais ne le reconnais pas - alcool, tabac, drogues et dependances

image

Bonjour, Cela fait plusieurs années que mon mari est devenu alcoolique. Jusqu'a présent cela ne me genait pas car il ne buvait que modérément et ne se mettait minable que lorsqu'on recevait du monde. Puis nous avons eu deux enfants. Il n'a jamais...Lire la suite

Comment se sevrer lorsqu'on est adepte du binge drinking - alcool, tabac, drogues et dependances

image

Mesdames, Messieurs, Voilà plusieurs mois que je lutte contre mon alcoolisme. J'ai réussi à me reprendre vraiment très bien. Je ne bois plus qu'une seule ou 2 fois par semaine en soirée. J'ai 24 ans et à la fin de mes études, j'étais...Lire la suite


 

Témoignages vidéos
Mon alcoolisme - Prise de conscience
Sur le même thème
L'alcool chez les jeunes
Voir tous les  autres témoignages