Histoire vécue Addictions - Dépendances > Alcool      (3100 témoignages)

Préc.

Suiv.

Arrêter l'alcool : ma femme m'a aidé à croire en moi

Témoignage d'internaute trouvé sur femina
Mail  
| 454 lectures | ratingStar_228891_1ratingStar_228891_2ratingStar_228891_3ratingStar_228891_4
Ouf ! Que de questions ! Pour être vrai, je garde une forme de dépendance psychologique à l'alcool dans le sens où je ne me vois pas ne plus boire un jour. Mais j'ai dépassé le stade du besoin physique pur en me reconstruisant. Ma femme m'a bcp aidé moralement. Nous nous sommes rencontrés jeunes et a été la première personne à croire en moi. J'ai pris confiance en moi, repris mes études abandonnées. Aujourd'hui j'ai un passé (récent, j'ai terminé mon cursus à 30 ans) d'universitaire, j'ai un bon métier, j'ai construit une famille, me suis vu un avenir. Ca a été mes béquilles personnelles. Mais je reste très fragile sur l'alcool et plus que quiconque j'ai un penchant naturel à 'm'accrocher'. J'ai arrêté de fumer également il y a 4 ans. J'ai trouvé cela bcp plus facile que l'alcool. En fait, pour décrocher d'une drogue, il faut croire en soi. Il faut valoriser son image, ce que l'on ne fait pas quand on se détruit (et pour cause !) et puis (même si cela va un peu à l'encontre de ce que je disais plus haut) être bien entouré car il est important d'avoir un soutien et des gens qui croient en nous. Même si le travail, c'est avant tout le malade qui le fait. N'oublions pas que ce ne sont pas là des vices que l'on peut juste combattre. Ce sont de vraies maladies, toxiques, meurtrières si on ne se rend pas à l'évidence. Ces maladies affectent essentiellement les gens fragiles, sensibles, avec un regard négatif sur eux mêmes. Des personnes amputées de leur capacité à s'aimer en quelque sorte. Pour moi, exister dans le regarde de ma femme a été un moteur pour m'en sortir. Mais je ne suis pas guéri complétement pour autant. On ne guérit pas d'ailleurs, on devient abstinent. Sur un autre forum, qq'un me disait que l'auto-immersion dans une passion permettait de se passer de drogues (alcool en particulier). Je crois que c'est vrai. Les passions sont des moteurs mais il convient d'être attentif au retour de bâton. Ce que j'essaie de faire au quotidien, un jour à la fois.
  Lire la suite de la discussion sur femina.fr


228891
b
Moi aussi !
Vous avez peut-être vécu la même histoire ?

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

Mon mari est alcoolique mais ne le reconnais pas - alcool, tabac, drogues et dependances

image

Bonjour, Cela fait plusieurs années que mon mari est devenu alcoolique. Jusqu'a présent cela ne me genait pas car il ne buvait que modérément et ne se mettait minable que lorsqu'on recevait du monde. Puis nous avons eu deux enfants. Il n'a jamais...Lire la suite

Comment se sevrer lorsqu'on est adepte du binge drinking - alcool, tabac, drogues et dependances

image

Mesdames, Messieurs, Voilà plusieurs mois que je lutte contre mon alcoolisme. J'ai réussi à me reprendre vraiment très bien. Je ne bois plus qu'une seule ou 2 fois par semaine en soirée. J'ai 24 ans et à la fin de mes études, j'étais...Lire la suite


 

Témoignages vidéos
Mon alcoolisme - Prise de conscience
Sur le même thème
L'alcool chez les jeunes
Voir tous les  autres témoignages