Histoire vécue Addictions - Dépendances > Alcool      (3100 témoignages)

Préc.

Suiv.

Comment reprendre goût à la vie ?

Témoignage d'internaute trouvé sur forumfr - 09/07/10 | Mis en ligne le 29/04/12
Mail  
| 216 lectures | ratingStar_248213_1ratingStar_248213_2ratingStar_248213_3ratingStar_248213_4
Ma réponse risque de ne pas trop te satisfaire mais je ne suis qu'humaine donc imparfaite par définition. J'ai eu une vie parfaite, j'ai tout eu sur un plateau doré. J'en ai conscience. Et pour autant je me retrouve à ne pas savoir pourquoi je vis, à détruire tout ce qu'on me construit. Ceci pour dire que parfois même lorsqu'il n'y a pas de souffrance de l'extérieur, certaines personnes sont sujettes aux mêmes pensées proche du nihilisme. Je porte en plus la culpabilité de ne pas avoir le droit de penser mal de l'existence alors que la mienne est "merveilleuse". Laisse tomber les conseils à propos des psys. Ça fait du bien deux minutes quand on sort de leur bureau et après… l'enfer de la vie recommence. Pour autant, j'ai du respect pour eux, certains ont des compétences admirables et m'ont beaucoup aidé… sur le coup. L'alcool et la drogue, c'est la même idée finalement, c'est "excellent" sur le coup, moins après… Et ça ne résout rien, et ça ne rend fier de rien. Personnellement je ne pense pas qu'après tant de souffrances (dans ton cas) on puisse retrouver une certaine naïveté, une pureté d'existence. Mais je ne suis qu'une petite humaine qui ne connaît pas grand chose, alors évidemment mon avis ne compte pas vraiment. Et je ne suis pas dans ta tête. Mais je donne tout de même mon point de vue, en tout cas je donne ma façon de voir. Une petite question : pourquoi vouloir à tout prix chasser tes pensées "nihilistes" ? Si elles sont là, c'est que tu penses ainsi, et peut-être que tu pourrais orienter ta vie et la gérer en fonction de cet état d'esprit ? Quel mal y a-t'il à ne pas trouver de sens à la vie ? C'est dur, beaucoup plus dur que de croire en Dieu ou de croire aux illusions de notre société (matérialisme, relations amoureuses, etc…). Mais quand on sait les gérer, on peut avoir une vie "agréable", profiter des plaisirs à la mode d'un épicurien, tout en sachant que cela n'a pas de sens. Et alors ? Nous sommes tous en train d'attendre à notre manière la mort. C'est le seul but de la vie. Est-ce qu'il faut pour autant se laisser tomber aux idées dépressives et au suicide ? Non. Parce qu'il y a la vie et la manière d'exprimer ce qu'on ressent de nos expériences "bonnes" ou "mauvaises", de ce qu'on ressent à propos de notre "existence", ici et maintenant. Je viens de lire quelques mots du journal de Kafka. Il écrivait. Il écrivait pour rester en vie, c'était sa manière de respirer finalement, comme on se shoot à l'héro, il se droguait à l'écriture. N'est-ce pas merveilleux finalement ? Personnellement je viens de me rendre compte que j'avais une conception de la vie très proche du nihilisme, que je ne connaissais pas il y a encore quelques jours. Depuis qu'on m'a fait découvrir ces philosophies, je me sens soulagée, parce qu'il n'y a pas de "mal" à penser ainsi, à ne pas avoir de but, à ne pas "vouloir" de but (dans mon cas). C'est un détachement qui est vraiment soulageant, je me sens respirer davantage. Et j'ai compris que ce n'est pas une tare de penser ainsi, cela n'empêche pas de rire, d'apprécier les gens, d'apprécier des petits riens, en les observant, en tant que choses éphémères. J'en viens à tout voir de manière poétique. Et tous les petits stress quotidiens me semblent si lointains maintenant, puisque de toute façon il n'y a pas à angoisser pour quoi que ce soit, puisque tout disparaît. Je suis désolée si tu ne voulais pas entendre cela. Je me dis simplement qu'on peut apprécier le quotidien même en pensant ainsi… Une dernière chose. Je me suis intéressée pendant plusieurs années au bouddhisme, non pas en tant que religion mais en tant que philosophie et mode de vie. Et je t'avoue que cela m'a beaucoup apporté, j'ai picoré ce qui m'intéressait, par ci par là, en laissant ce qui me déplaisait. Il y a des conseils de pratique très intéressants. La possibilité de s'oublier un peu voire totalement pour le bien-être d'autrui, par la compassion, cette compassion tendant à effacer nos souffrances. C'est un petit cercle qui permet de rendre heureux en nous rendant bien. Jette y un coup d'oeil si tu ne connais pas, et si tu connais, au moins aurais-je proposé autre chose que le nihilisme occidental ^^
  Lire la suite de la discussion sur forumfr.com


248213
b
Moi aussi !
Vous avez peut-être vécu la même histoire ?

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

Mon mari est alcoolique mais ne le reconnais pas - alcool, tabac, drogues et dependances

image

Bonjour, Cela fait plusieurs années que mon mari est devenu alcoolique. Jusqu'a présent cela ne me genait pas car il ne buvait que modérément et ne se mettait minable que lorsqu'on recevait du monde. Puis nous avons eu deux enfants. Il n'a jamais...Lire la suite

Comment se sevrer lorsqu'on est adepte du binge drinking - alcool, tabac, drogues et dependances

image

Mesdames, Messieurs, Voilà plusieurs mois que je lutte contre mon alcoolisme. J'ai réussi à me reprendre vraiment très bien. Je ne bois plus qu'une seule ou 2 fois par semaine en soirée. J'ai 24 ans et à la fin de mes études, j'étais...Lire la suite


 

Témoignages vidéos
Mon alcoolisme - Prise de conscience
Sur le même thème
L'alcool chez les jeunes
Voir tous les  autres témoignages