Histoire vécue Addictions - Dépendances > Alcool      (3100 témoignages)

Préc.

Suiv.

Cure de désintoxication pour la dépendance physique, postcure pour la dépendance psychologique

Témoignage d'internaute trouvé sur e-sante
Mail  
| 1580 lectures | ratingStar_202855_1ratingStar_202855_2ratingStar_202855_3ratingStar_202855_4

Il y a d'abord la cure de désintoxication. Elle vise à éliminer la dépendance physique à l'alcool. On peut compter qu'en moyenne en deux à trois semaines, le coprs ne réclamera plus d'alcool.

Ensuite, il faut traiter la dépendance psychologique. C'est l'objet de la post-cure. Elle vise à faire comprendre au malade le pourquoi de sa recherche d'évasion dans l'alcool et à lui faire prendre conscience que l'alcool est devenu un poison pour lui et qu'il a tout intérêt à procéder autrement.

Cette post-cure se déroule idéalement dans une institution spécialisée (centre d'alcoologie) ou psychologues et psychiatres sont les interloctueurs principaux. Le travail en groupe, les groupes de parole y sont également très important pour l'analyse de son 'moi'. Il y a parfois intéret aussi à ce que l'entourage suive aussi une thérapie (conjoint/e, enfants) pour mieux comprendre le malade, pour vaincre aussi ses propres problèmes engendrés par l'alcoolisation de l'autre.Cette post-cure peut durer d'un à plusieurs mois.

Elle se poursuit parfois en ambulatoire après la sortie du centre.Il y a enfin une troisème phase que je considère comme tout aussi essentielle. Il s'agit de la fréquentation d'anciens buveurs dans des groupes tels que AA, Vie Libre,…

Peu importe le groupe pourvu qu'on s'y sente bien. Cette fréquentation doit se poursuivre sur le long terme pour renforcer la conviction à l'abstinence totale et périodiquement réveiller sa vigilence. Elle permet aussi par l'aide que l'on apporte aux autres de devenir plus solide et de se sentir à nouveau responsable et utile.

En effet durant l'alcoolisation on a le plus souvent complètement perdu l'estime de soi.L'entourage aussi à tout intéret à fréquenter ces groupes. Personnellement, je conseille même de le faire en famille, car la famille est malade de l'alcoolisation d'un de ses membres et c'est en famille qu'il faut guérir.

Notez aussi que les anciens buveurs peuvent trsè utilement aider dès la première phase, à motiver le malade et aussi aider la famille à mieux comprendre sans excuser la boisson du malade.Mon expérience montre que lorqu'on associe les trois phases, les chances de succès sur le long terme sont plus grandes et le vécu de l'absitance est plus heureux, facteur essentiel au succès.

Mais il ne faut pas se leurer, la rechute est fréquente mais peut être bénéfique pour autant qu'elle ne se prolonge trop et que le malade en tire les leçons.
  Lire la suite de la discussion sur e-sante.fr


202855
b
Moi aussi !
1 personne a déjà vécu la même histoire

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

Mon mari est alcoolique mais ne le reconnais pas - alcool, tabac, drogues et dependances

image

Bonjour, Cela fait plusieurs années que mon mari est devenu alcoolique. Jusqu'a présent cela ne me genait pas car il ne buvait que modérément et ne se mettait minable que lorsqu'on recevait du monde. Puis nous avons eu deux enfants. Il n'a jamais...Lire la suite

Comment se sevrer lorsqu'on est adepte du binge drinking - alcool, tabac, drogues et dependances

image

Mesdames, Messieurs, Voilà plusieurs mois que je lutte contre mon alcoolisme. J'ai réussi à me reprendre vraiment très bien. Je ne bois plus qu'une seule ou 2 fois par semaine en soirée. J'ai 24 ans et à la fin de mes études, j'étais...Lire la suite


 

Témoignages vidéos
Mon alcoolisme - Prise de conscience
Sur le même thème
L'alcool chez les jeunes
Voir tous les  autres témoignages