Histoire vécue Addictions - Dépendances > Alcool      (3100 témoignages)

Préc.

Suiv.

Déprime, alcool, manque

Témoignage d'internaute trouvé sur magicmaman 20 ans
Mail  
| 851 lectures | ratingStar_101493_1ratingStar_101493_2ratingStar_101493_3ratingStar_101493_4

Cela fait maintenant presque 8 mois que mon mari ne boit plus du tout.

Cela ne s'est pas fait tout seul. Il avait au début un alcoolisme qui ne se décelait pas, un alcoolisme social. ET puis avec la mort de notre 2ème fille qui était trisomique, cela a un peu empiré, mais notre couple a survécu au décès de notre ange et a son alcoolisme. 8 mois après, mon BP est mort, et mon mari est retombé à genoux. Je ne savais pas s'il s'en remettrai.

Je voyais bien que mon mari est un hypersensible et un peu "fragile" mais que pouvais-je faire à part lui dire de demander une aide psychologique ? SUrtout qu'il vient d'une famille pour qui ce sont les fous et les dingues qui voient des psys… Bref, je suis une dingue aux yeux de sa mère puisque j'ai vu un psy après la naissance de notre ange.

Et puis il y a moins d'un an, des problèmes de pognon, de boulot, etc… Et il est retombé dedans. Pour moi, il était hors de question de l'abandonner jusqu'à il y a 8 mois, où il m'a verbalement agressée et rendu coupable de son alcoolisme (parce que je n'avais pas décroché mon mobile que je n'avais pas entendu sonner tout simplement) et surtout il s'est mis à hurler après notre puce de 5 ans 1/2.

J'ai réagi violemment et pour la première fois ai mis un ultimatum. Il s'agissait à présent de protéger mes enfants et moi-même. Je lui ai dit qu'il devait se soigner ou que je partais.

Mes parents sont venus chercher les petites et mon père a réussi à "calmer" mon mari et j'ai expliqué à ma grande que son papa était malade et qu'il allait se soigner. La pauvre était terrorisée.

Une fois les filles parties, je lui ai parlé, je lui ai dit que j'en avais marre et que je ne voulais plus souffrir. Je lui ai surtout dit que je ne le laisserai pas faire souffrir mes enfants (chuis un peu louve sur les bords et au milieu).

Je viens d'une famille, où on ne fume pas ne bois pas. J'avoue avoir du mal à comprendre les tendances dépendantes car je n'y ai jamais été confrontées.

On a cherché sur Internet les coordonnées des Alcooliques Anonymes et mon mari a appelé immédiatement. Nous avons eu rendez-vous dans la demi-heure et je suis partie avec lui en voiture car il ne pouvait pas conduire danc cet état.

Pour la première fois, mon mari a été honnête avec moi quant à sa consommation d'alcool : 8 à 10 bières par jour suivies de 5 whiskeys étaient monnaie courante pour lui…

Bref, nous avons rencontré 2 personnes des AA et nous avons parlé. Ils ont écouté. On s'est vidés tous les 2. Lui de son mal-être et moi de la rancoeur que j'accumulais depuis plusieurs mois. Ces personnes m'ont expliqué les mécanismes d el'alcoolisme dont j'ignorais tout pour que je comprenne que mon mari n'était pas coupable de cette dépendance, que c'est une maladie "physique". Et ils m'ont aussi dit que j'avais eu raison de donner un ultimatum, que mon boulot de maman c'était de protéger mes filles et que pour cela je devais aussi me protéger.

Mon mari est depuis allé à plusieurs séances puis à vite laissé tomber pour des raisons proféssionnelle. Par contre il est longtemps resté en contact téléphonique avec son "soutien" et cela est suffisant pour lui.

Aujourd'hui il ne boit plus une goutte mais il sait qu'il reste fragile. Mais comme il ne veut pas me perdre ni perdre ses enfants… Il m'avoue que des fois cela lui manque un peu, mais on en parle et il passe à autre chose.

Aujourd'hui mon mari réalise même qu'il y a un nombre incroyable de "gros" buveurs dans sa famille (une à deux bouteilles d evin par personnes par repas).

Il est transformé. Il a perdu 10 kilos. Moi qui buvait très peu et très rarement, je ne bois plus non plus. Hors de question de foutre en l'air tous ses efforts.

Je fais un peu long, mais je voudrais juste te montrer que tout peut s'arranger.

Des éclats entre mon mari et moi, il y en avait eu mais aucun n'avait apporté d'honnêteté de sa part concernant sa consommation.

Mes filles ont un papa transformé qui ne s'énerve plus autant (même s'il reste très soupe au lait) et elles ont à nouveau entièrement confiance en lui.
  Lire la suite de la discussion sur magicmaman.com


101493
b
Moi aussi !
Vous avez peut-être vécu la même histoire ?

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

Mon mari est alcoolique mais ne le reconnais pas - alcool, tabac, drogues et dependances

image

Bonjour, Cela fait plusieurs années que mon mari est devenu alcoolique. Jusqu'a présent cela ne me genait pas car il ne buvait que modérément et ne se mettait minable que lorsqu'on recevait du monde. Puis nous avons eu deux enfants. Il n'a jamais...Lire la suite

Comment se sevrer lorsqu'on est adepte du binge drinking - alcool, tabac, drogues et dependances

image

Mesdames, Messieurs, Voilà plusieurs mois que je lutte contre mon alcoolisme. J'ai réussi à me reprendre vraiment très bien. Je ne bois plus qu'une seule ou 2 fois par semaine en soirée. J'ai 24 ans et à la fin de mes études, j'étais...Lire la suite


 

Témoignages vidéos
Mon alcoolisme - Prise de conscience
Sur le même thème
L'alcool chez les jeunes
Voir tous les  autres témoignages