Histoire vécue Addictions - Dépendances > Alcool      (3100 témoignages)

Préc.

Suiv.

Génétique et dépendance à l'alcool

Témoignage d'internaute trouvé sur e-sante
Mail  
| 1334 lectures | ratingStar_113094_1ratingStar_113094_2ratingStar_113094_3ratingStar_113094_4

Génétique. Après des années de croyance en une transmission exclusivement sociale, le caractère génétique du risque de dépendance à l'alcool n'est plus contestable. Pas moins de onze polymorphismes génétiques sont significativement associés au risque d'alcoolisme (Online mendelian inheritance in man, le 26 juin 2008). Ces gènes concernent surtout les voies du métabolisme de l'alcool (ADH et ALDH) , de la dopamine (CRD2) , de la sérotonine (SLC6A4) , et du GABA-A. Neurobiologie. A côté de la dopamine, de la sérotonine et du "circuit de récompense" par les endorphines dont l'implication est admise depuis plusieurs années, l'acide gamma-aminobutyrique (GABA) , voit son rôle dans la genèse de la dépendance et du craving mieux cerné. Le GABA est le principal neurotransmetteur inhibiteur du système nerveux central des mammifères et on a démontré un lien entre les sous-types de récepteurs GABA et la dépendance à l'alcool. Le craving La "motivation à boire" , ce "craving" qui précipite les alcooliques dans la rechute a un substrat neurobiologique de mieux en mieux identifié. La maladie alcoolique se conçoit comme un conditionnement organique du neurone. Non plus comme un manque de "volonté" , une tare ou encore une punition. La perspective des traitements de l'alcoolisme s'en trouve bouleversée. Le baclofène. Un puissant agoniste GABA-B capable, selon la dose administrée, de réduire, voire de supprimer l'appétence pour l'alcool des animaux dépendants, trouve sa place dans le traitement de l'alcoolisme. Utilisé pour la première fois en 1993 par Krupitsky et coll., chez des patients alcooliques, le baclofène se montre supérieur au placebo pour réduire l'anxiété et la dépression. En 2000, Addolorato et coll. Rapportent l'utilisation de baclofène, 30 mg/j pendant quatre semaines chez dix patients alcoolodépendants avec un effet significatif sur la consommation d'alcool et une réduction du craving. Deux ans plus tard, les mêmes auteurs incluent 39 patients alcooliques dans un essai randomisé comparant le baclofène à un placebo. Soixante-dix pour cent des patients sous baclofène restent abstinents pendant les trois mois de suivi contre 21% des patients sous placebo. Chez les alcooliques atteints de cirrhose. Addolorato et coll. Ont publié le premier essai contrôlé randomisé avec baclofène chez 84 patients atteints de cirrhose et de dépendance à l'alcool. La moitié a reçu du baclofène 30 mg/j pendant trois mois, l'autre moitié un placebo. Après trois mois, trente patients (71%) sous baclofène étaient encore abstinents et seulement douze (29%) dans le groupe placebo.1 La durée d'abstinence cumulée était deux fois plus élevée chez les patients traités par baclofène. Ce premier essai chez les patients présentant une cirrhose alcoolique, une population généralement exclue de ces essais, est certainement une étape importante. Restent encore plusieurs inconnues avant une recommandation plus large de ce traitement : quelle dose, quelle durée de traitement, quelle tolérance ? La somnolence ou la fatigue ont été les principaux effets indésirables dans le groupe baclofène. Mais une augmentation progressive de la posologie, comme savent le faire les neurologues pour leurs patients spastiques, permettrait d'atténuer grandement cette sensation de somnolence ou de fatigue. Tout n'est pas écrit sur le baclofène. Trois cas cliniques suggèrent que de très hautes doses de baclofène (jusqu'à 3 mg/kg) sont bien tolérées et suppriment de façon prolongée le craving. Tout n'est pas écrit sur la neurobiologie appliquée aux traitements de la dépendance à l'alcool. Un article dans Science (mars 2008) identifie un récepteur à la neurokinine comme une cible nouvelle.2 Chez le rat puis chez l ? Homme (dans le même article ! ) , l'antagoniste de ce récepteur supprime le craving et améliore nettement le bien-être des patients inclus. On a pensé et cru que le traitement de l'alcoolisme ne passait que par les approches psychosociales. Alors que génétique et neurobiologie ouvrent de nouveaux horizons, la réponse thérapeutique à l'alcoolisme sera demain sans doute une synthèse… L ? Histoire n'est pas finie ? Bibliographie : 1 Addolorato G, Leggio L, Ferrulli A, et al. Effectiveness and safety of baclofen for maintenance of alcohol abstinence in alcohol-dependent patients with liver cirrhosis : Randomised, double-blind controlled study. Lancet 2007;370:1915-22. 2 George DT, Gilman J, Hersh J, et al. Neurokinin 1 receptor antagonism as a possible therapy for alcoholism. Science 2008;319:1.
  Lire la suite de la discussion sur e-sante.fr


113094
b
Moi aussi !
Vous avez peut-être vécu la même histoire ?

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

Mon mari est alcoolique mais ne le reconnais pas - alcool, tabac, drogues et dependances

image

Bonjour, Cela fait plusieurs années que mon mari est devenu alcoolique. Jusqu'a présent cela ne me genait pas car il ne buvait que modérément et ne se mettait minable que lorsqu'on recevait du monde. Puis nous avons eu deux enfants. Il n'a jamais...Lire la suite

Comment se sevrer lorsqu'on est adepte du binge drinking - alcool, tabac, drogues et dependances

image

Mesdames, Messieurs, Voilà plusieurs mois que je lutte contre mon alcoolisme. J'ai réussi à me reprendre vraiment très bien. Je ne bois plus qu'une seule ou 2 fois par semaine en soirée. J'ai 24 ans et à la fin de mes études, j'étais...Lire la suite


 

Témoignages vidéos
Mon alcoolisme - Prise de conscience
Sur le même thème
L'alcool chez les jeunes
Voir tous les  autres témoignages