Histoire vécue Addictions - Dépendances > Alcool      (3100 témoignages)

Préc.

Suiv.

Il est plus facile d'arrêter de fumer que de boire

Témoignage d'internaute trouvé sur femina
Mail  
| 1873 lectures | ratingStar_242790_1ratingStar_242790_2ratingStar_242790_3ratingStar_242790_4
Nadine, l'alcool (comme la drogue) ne se maîtrise pas seul. Du fait de son accoutumance physique toute aussi forte que celle psychologique il est quasi impossible de se sortir de l'alcool seul à un certain degré. Moi même qui ne faisait pourtant pas partie des gens qui roulent dans le caniveau tous les jours (sauf les derniers temps), j'ai pourtant encore bcp de mal à ne pas rêver d'alcool ou bien à maîtriser certaines pulsions. La cigarette, c'est différent, il est prouvé que le sevrage physique du tabac dure 3 jours, celui de l'alcool plus d'un mois. Tout le reste n'est que psychologique. En gros, on boit de plus en plus parce que l'on atteint de plus en plus difficilement l'état dans lequel on était au tout début où l'on buvait. Comme cet état (qui devient un manque) disparait très vite, il faut reboire derrière, c'est un cercle vicieux. C'est pour cela que l'alcoolisme est une maladie en rapport au tabagisme. Une maladie fortement encouragée par les médias et la culture française d'ailleurs. Ce n'est pas du tout une question de volonté, la plupart des alcooliques sont des gens avec bcp de volonté mais qui ne maîtrisent plus leur consommation. De plus il faut bien comprendre que derrière l'alcoolisme se cache bien souvent une dépression très forte non soignée. Ou plutôt soignée à coup d'alcool que l'on a utilisé comme antidépresseur ou anxiolytique puissant. Il y a 3 phases dans la montée de l'alcoolisme : la prise de boisson pour faire disparaître un malaise profond. C'est l'alcool médicament. C'est dévastateur car cela marche plus que bien, ça arrange même parfois certaines situations comme la confiance l'inhibition, etc... En 2 survient l'alcoolisme psychologique. C'est celui où l'on peut encore arrêter de boire quelques jours mais on reprend invariablement de l'alcool derrière. Celui-ci est très dangereux car on n'utilise plus l'alcool comme médicament mais comme aliment normal. C'est une phase dangereuse aussi car on se dit je suis capable de m'en passer donc je n'ai pas de problèmes. Oui mais on est souvent plus entre deux eaux, on boit un peu plus tôt qu'avant, etc... Puis arrive l'alcoolisme physique. C'est celui où boire est devenu vital. Peu importe le flacon. Il y a toujours de l'alcool à la maison, on ressort pour en acheter, on planque des bouteilles, on fait des détours en rentrant du boulot, etc... Bref, on met en place des schémas qui font que l'on ne manque pas d'alcool. Le stade ultime c'est quand on ne prend plus la peine d'aller bosser et que l'on zappe tout dans la bouteille. Là, on devient fou, on est ivre du soir au matin et du matin au soir. On se met en maladie, on sort pour avoir à boire uniquement. On ne voit plus comment s'en sortir, ça s'appelle la clochardisation sociale : toutes les apparences d'une vie classique avec toutes les souffrances qu'impliquent la maladie. Bref, on est tous concernés car on est souvent bien plus accro à l'alcool que l'on ne veut bien le croire ou se le dire (ça s'appelle
  Lire la suite de la discussion sur femina.fr


242790
b
Moi aussi !
Vous avez peut-être vécu la même histoire ?

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

Mon mari est alcoolique mais ne le reconnais pas - alcool, tabac, drogues et dependances

image

Bonjour, Cela fait plusieurs années que mon mari est devenu alcoolique. Jusqu'a présent cela ne me genait pas car il ne buvait que modérément et ne se mettait minable que lorsqu'on recevait du monde. Puis nous avons eu deux enfants. Il n'a jamais...Lire la suite

Comment se sevrer lorsqu'on est adepte du binge drinking - alcool, tabac, drogues et dependances

image

Mesdames, Messieurs, Voilà plusieurs mois que je lutte contre mon alcoolisme. J'ai réussi à me reprendre vraiment très bien. Je ne bois plus qu'une seule ou 2 fois par semaine en soirée. J'ai 24 ans et à la fin de mes études, j'étais...Lire la suite


 

Témoignages vidéos
Mon alcoolisme - Prise de conscience
Sur le même thème
L'alcool chez les jeunes
Voir tous les  autres témoignages