Histoire vécue Addictions - Dépendances > Alcool      (3100 témoignages)

Préc.

Suiv.

J'ai beaucoup de mal à avoir de la compassion pour une personne alcoolique

Témoignage d'internaute trouvé sur doctissimo
Mail  
| 866 lectures | ratingStar_78908_1ratingStar_78908_2ratingStar_78908_3ratingStar_78908_4

Bonjour,

Perso j'ai beaucoup de mal à avoir de la compassion pour une personne alcoolique, même si je sais bien que c'est plus un symptôme qu'une maladie à la base.

Mon père est alcoolique, ma mère n'a jamais su prendre de décision, elle a essayé de demander de l'aide mais n'est jamais allée jusqu'au bout de la démarche. Je pense qu'elle voulait qu'il se soigne, mais, absorbée dans son boulot (on fuit dans ce qu'on trouve) elle aurait préféré qu'il le fasse seul, chose dont il était incapable. Moi j'ai "fuis" le jour où elle s'est tournée vers moi pour que j'intervienne… mais que peut faire une fille face à son père lorsqu'elle lui a déjà dit ce qu'elle pensait ? J'ai compris que si, eux, n'arrivait pas à prendre le chemin d'une thérapie ce n'était pas moi qui allait les y mener…

J'avais (déjà) une vie à reconstruire loin de ce problème…

Je pense qu'on pourra lire et dire toutes les misères du monde sur l'alcoolisme, il s'agit avant tout d'une misère humaine, et contre cela on est tellement désarmé.

En tout cas, mon père a finalement été rattrapé par la maladie, il a réussi à arrêter de boire suite ce cancer… toutes ces années d'abus d'alcool ont laissé des séquelles pour tous les membres de la famille, mais, même si je lui en veut toujours de ce qu'il nous a fait vivre, je suis contente qu'il soit lucide et en vie pour profiter de ses petits enfants, contente de pouvoir sortir avec lui sans avoir honte en le voyant tituber et heurter les murs.

/>

Mais allez leur faire comprendre, du fin fond de leur malaise, que la vie est tellement plus belle sans l'alcool.
  Lire la suite de la discussion sur doctissimo.fr


78908
b
Moi aussi !
Vous avez peut-être vécu la même histoire ?

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.



Commentaires pour cette histoire  Ajouter un commentaire

Par Alichine | le 28/04/11 à 18:16

Je souhaite réagir à la phrase suivante
"Perso j'ai beaucoup de mal à avoir de la compassion pour une personne alcoolique, même si je sais bien que c'est plus un symptôme qu'une maladie à la base."

A vrai dire, je me sens de la même manière vis-à-vis de mon beau-père alcoolique. C'est une personne à laquelle j'accorde très peu de crédit, car depuis que je le connais (depuis mes 6 ans) il a toujours était dans la plainte et l'insatisfaction, alors que sa vie a bien évolué. Ce que je méprise le plus chez lui, c'est qu'il est d'un terrible égocentrisme et égoïsme, d'une part parce qu'il inflige son comportement d'alcoolique à la famille (sans se rendre compte) et de deux parce qu'il ne voit que ses malheurs (sans se poser la question comment vont les autres).

Quelque part j'ai la conviction qu'il ne sortira jamais de son alcoolisme parce que pour commencer il ne veut même pas le reconnaître, mais aussi parce qu'il se complait dans son état pathétique. Ses malheurs, c'est quelque chose qu'il maintient constamment et il parvient toujours à créer des situations dramatiques: exemple, lors de repas de famille, il a le malin plaisir d'humilier ma mère, en l'insultant devant tout le monde, ou en s'en prenant à sa fille, et dernièrement il s'est permis de le faire avec moi.

Lui même a connu le cancer de la prostate et deux récidives, mais rien à faire, aussitôt qu'il était soigné, il replongeait dans son alcoolisme. Il est aucunement reconnaissant de vaincre sa maladie, mais il tient en plus de ça, à s'autodétruire jusqu'au bout.

Parmi tout ça je ressent une véritable injustice, pourquoi dois-je subir le comportement et les souffrances de cette tiers personne? Qu'est ce que ma mère fait avec un homme aussi borné qui n'est pas prêt à contribuer à la santé de leur couple?
Évidemment, à plusieurs reprises elle voulait le quitter (quand votre mari vous traite de grosse s***** devant vos amis à plusieurs reprises, on se pose la question...) mais c'est alors qu'il a eu recours au chantage, du genre, "si tu me quittes, je me tue", une réplique pleine de dignité.


Ma mère m'a souvent dit qu'elle ignorait qu'il était alcoolique jusqu'à ce qu'ils se marient, comme quoi, Monsieur a très bien calculé son coup, ou alors ma mère a été trop naïve.

Histoires vécues sur le même thème

Mon mari est alcoolique mais ne le reconnais pas - alcool, tabac, drogues et dependances

image

Bonjour, Cela fait plusieurs années que mon mari est devenu alcoolique. Jusqu'a présent cela ne me genait pas car il ne buvait que modérément et ne se mettait minable que lorsqu'on recevait du monde. Puis nous avons eu deux enfants. Il n'a jamais...Lire la suite

Comment se sevrer lorsqu'on est adepte du binge drinking - alcool, tabac, drogues et dependances

image

Mesdames, Messieurs, Voilà plusieurs mois que je lutte contre mon alcoolisme. J'ai réussi à me reprendre vraiment très bien. Je ne bois plus qu'une seule ou 2 fois par semaine en soirée. J'ai 24 ans et à la fin de mes études, j'étais...Lire la suite


 

Témoignages vidéos
Mon alcoolisme - Prise de conscience
Sur le même thème
L'alcool chez les jeunes
Voir tous les  autres témoignages