Histoire vécue Addictions - Dépendances > Alcool      (3100 témoignages)

Préc.

Suiv.

Je n'arrive plus à tenir sans boire de l'alcool

Témoignage d'internaute trouvé sur psychologies
Mail  
| 1285 lectures | ratingStar_227490_1ratingStar_227490_2ratingStar_227490_3ratingStar_227490_4
J'ai 36 ans et maman de deux enfants de 8 et 10 ans. Après mon divorce à 30 ans, je me suis remise avec un homme qui fumait du cannabis, j'ai alors moi aussi fumé et m'y suis accoutumée très rapidement. C'est peu de temps après que j'ai été diagnostiquée fibromyalgique (douleurs fatigue fut mon quotidien).Je fumais alors environ 6 joints par jour pour calmer tout ça. Puis rupture, j'ai alors rencontré un alcoolique que je voulais aidé à s'en sortir que j'ai hébergé, qui était très gentil mais complètement mythomane. J'ai dû le renvoyer de chez moi car il a fait une crise d'epilepsie devant mes filles et me mentait terriblement (je le croyais agent territorial au niveau dst, dgse, en fait il n'était que simple balayeur). 1 mois après je suis tombée enceinte de jumeaux et j'ai pété à nouveau les plombs, s'en est suivi un avortement car j'avais déjà beaucoup de mal à élever mes deux pitchounettes avec ma maladie. Je suis restée seule pendant quelques mois et là nouvelle addiction : le sexe... insatiasiable, nymphomane appelez ça comme vous le voudrez...j'ai rencontré un autre homme libertin qui m'a convaincue d'en faire autant, s'en fut aller une période de 6 mois non stop de sexe, beuverie, donc alcool...puis un beau jour maltraitance et choc grave dans un club sm. Depuis sexe terminé pendant un an, remplacé par 6 ou 8 bières fortes quotidiennes et un échantillon d'anti dépresseur neuroleptique, tranquilisants et j'en passe. Mon compagnon libertin m'a quittée de ce fait, je n'étais plus bonne à rien alors que j'étais mise sur un piédestal pendant ces moments là. Les psy m'ont affublé de toutes sortes de maladie, bipolaire, spasmophile...Je me suis retrouvée sans ame, dépressive, perdue, phobique de l'extérieur. Je me terrais dans mon univers ma bulle. J'étais quasiment incapable d'élever mes enfants que se partageait ma famille tant il voyait que j'étais au bout du tunnel. Jusqu'au jour ou j'ai fait une ts médicamenteuse, je me suis retrouvée à l'hopital psy. puis en cure de desintoxication. mais au bout de 15 jours au retour à la maison. J'ai remis la main à la bouteille et cette fois ai préféré confier mes enfants à leur papa. Cela fait trois mois que je les ai récupéré, je bois toujours (environ 1 litre de whisky tous les deux jours), en journée je suis fatiguée mais j'y arrive et le soir je prends souvent des murges sauf si mon estomac, mon foie ou mon coeur crient au secours. (en avril dernier, j'ai fait un infarctus, j'ai une cardiomyopathie dilatée en langage normal, le ventricule gauche qui ne pompe plus comme il faut à cause du whisky). Je tenais à vous laisser mon témoignage car dans 3 semaines je reprends le travail, un travail inespéré (j'ai arreté de travailler en 2000 à la naissance de ma deuxième fille et depuis rien à l'horizon par flemmardise, dégout du systeme). Je suis heureuse mais j'angoisse, peur sans doute de ne pas tenir sans whisky ou sans bière, sans medoc (traitement actuel : Cymbalta, Tercian, Serestat, Kestin car crise d'urticaire géant par moments, Zopiclone, Triatec et Cardensiel pour le coeur). Souhaitez moi bonne chance je commence mon poste le 1er novembre. Et bonne chance et beaucoup de courage aussi à toutes celles et ceux qui traversent des dépressions graves, des troubles du comportement, qui sont prisonniers des addictions.
  Lire la suite de la discussion sur psychologies.com


227490
b
Moi aussi !
Vous avez peut-être vécu la même histoire ?

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

Mon mari est alcoolique mais ne le reconnais pas - alcool, tabac, drogues et dependances

image

Bonjour, Cela fait plusieurs années que mon mari est devenu alcoolique. Jusqu'a présent cela ne me genait pas car il ne buvait que modérément et ne se mettait minable que lorsqu'on recevait du monde. Puis nous avons eu deux enfants. Il n'a jamais...Lire la suite

Comment se sevrer lorsqu'on est adepte du binge drinking - alcool, tabac, drogues et dependances

image

Mesdames, Messieurs, Voilà plusieurs mois que je lutte contre mon alcoolisme. J'ai réussi à me reprendre vraiment très bien. Je ne bois plus qu'une seule ou 2 fois par semaine en soirée. J'ai 24 ans et à la fin de mes études, j'étais...Lire la suite


 

Témoignages vidéos
Mon alcoolisme - Prise de conscience
Sur le même thème
L'alcool chez les jeunes
Voir tous les  autres témoignages