Histoire vécue Addictions - Dépendances > Alcool      (3100 témoignages)

Préc.

Suiv.

Mon fils ma bataille

Témoignage d'internaute trouvé sur sante-az.aufeminin - 07/10/11 | Mis en ligne le 06/04/12
Mail  
| 206 lectures | ratingStar_237672_1ratingStar_237672_2ratingStar_237672_3ratingStar_237672_4
Je suis une maman désespérée. Il y a 6 ans j'ai découvert l'alcoolisme et la drogue en voyant mon fils de 15 ans s'en imprégner. Ravager, méconnaissable, ce plaignant fréquemment de douleur dorsale, je l'ai fait hospitalisé pour des examens croyant qu'il avait un cancer, et le verdict est tombé après des analyses. Alcool et cannabis étaient le Fléau dont souffrait mon fils. 15 Ans et déjà accro. Il a raté sa scolarité lui qui était si brillant. D'année en année, de cure en cure, bon gré, mal gré le temps a filé. 21 ans à ce jour. J'ai tout essayé avec mon fils. La gentillesse, la psychologie, l'aide avec les… et j'ai même été jusqu'à utilisé des méthodes pas très orthodoxes pour le libérer. Rien n'y a fait. Il aime ça me dit il il en a besoin. Sans travail, sans couverture social, jusqu'à hier je le trainai comme un boulet essayant tant bien que mal de supporter sa haine, ses coléres, sa violence, ses crises de larmes, ses regrets qui n'en étaient pas. Il y a quelques temps il a beaucoup bu un alcool très fort je pense avec des copains à l'extérieur. Il n'y a pas d'alcool chez moi. Je ne lui donne pas d'argent, mais il arrive toujours à s'en procurer. Quand il est rentré il était très gai. Puis tout a coup ça a dégénérer, il s'en est très vite pris à nous. Il a essayé d'étrangler son père, puis m'a jeté dans les buissons, a tenté de frapper son grand frére qui essayait de le retenir, une vraie furie, une bête sauvage. Ma fille terrorisée est partie se réfugier chez ma voisine qui attendant les cris et les hurlements, a appelé la police. Ils ont réussi à le calmer après qu'il est démoli, la table du jardin, les chaises, les gouttières, les jouets des petits, et qu'il est fait des trous énormes dans les murs de la maison. C'était très dur de vivre ça. Voir qu'on abrite un monstre chez soi. Un monstre que l'on a mis au monde, que l'on a choyé, aimé, désiré. Je ne reconnaissais plus mon fils. A la suite de ça je l'ai ramené chez un médecin qui nous a dit qu'il avait fait une crise de schyzophrénie et l'a mis sous traitement. Un matin il est rentré dans ma chambre et m'a dit qu'il allait se suicider. Il a pris un cutter et c'est enfermé dans la salle de bains. A force de le supplier et de parlementer on a réussi à lui faire lâcher le cutter et on a parlé pendant des heures pour le calmer. On avait tellement peur qu'il recommence sa crise de violence. Le soir même il sortait faire la fête avec les copains comme si rien ne c'était passée. Nous on était anéantis et lui pas de problèmes. Hier soir il m'a demandé de lui donner un somnifére en plus. J'ai refusé les cachets sont très forts. Il n'écoutait pas ce que je lui disais j'avais l'impression de parler à un mur. A ce moment là il n'était pas alcoolisé. J'ai essayé de parler il a commencé à m'insulter à me traiter de… à me mettre plus bas que terre. Je me suis défendue je n'ai pas la langue dans ma poche. Le ton a monté je lui ai dit ce que je pensai de lui ce que je ressentai. Il m'a dit va y barre toi je me casse de cette… de maison !! Il a pris sa valise et a foutu le camp. Sur le moment on était tous soulagé. Ouf ! Enfin débarrassé de lui. Maintenant je cupabilise. C'est mon fils. Je me suis tellement battue pour lui. J'ai tellement espéré, désiré, supplié, prié. Les médécins m'ont dit qu'il était incurable. Comme si'l'avait un cancer. Mais en faite c'est presque ça. Ça le ronge de l'intérieur, ça le détruit à petit feu. Je me sens tellement coupable qu'est je fait qui n'a pas été ? De mes quatres enfants c'est le seul qui soit écorché vif. Je les ai tous élever pareil. Ils ont eu les mêmes valeurs, les mêmes tendresses. Et lui il est devenu si méchant, si présomptueux. Nous sommes tous des cons qui vivont dans des maisons de débiles avec un boulot à la con voil) sa devise. Je ne sais plus quoi faire. Il a t'il seulement une solution ? Aidez moi je me sens si seule, si bouleversée dans mon coeur de mère. Oserai-je dire !! Il me manque.
  Lire la suite de la discussion sur sante-az


237672
b
Moi aussi !
Vous avez peut-être vécu la même histoire ?

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

Mon mari est alcoolique mais ne le reconnais pas - alcool, tabac, drogues et dependances

image

Bonjour, Cela fait plusieurs années que mon mari est devenu alcoolique. Jusqu'a présent cela ne me genait pas car il ne buvait que modérément et ne se mettait minable que lorsqu'on recevait du monde. Puis nous avons eu deux enfants. Il n'a jamais...Lire la suite

Comment se sevrer lorsqu'on est adepte du binge drinking - alcool, tabac, drogues et dependances

image

Mesdames, Messieurs, Voilà plusieurs mois que je lutte contre mon alcoolisme. J'ai réussi à me reprendre vraiment très bien. Je ne bois plus qu'une seule ou 2 fois par semaine en soirée. J'ai 24 ans et à la fin de mes études, j'étais...Lire la suite


 

Témoignages vidéos
Mon alcoolisme - Prise de conscience
Sur le même thème
L'alcool chez les jeunes
Voir tous les  autres témoignages