Histoire vécue Addictions - Dépendances > Alcool      (3100 témoignages)

Préc.

Suiv.

Sevrage alcool : le Révia et l'Equanil peuvent entrainer une dépendance

Témoignage d'internaute trouvé sur femina
Mail  
| 2706 lectures | ratingStar_228804_1ratingStar_228804_2ratingStar_228804_3ratingStar_228804_4
Je n'y vois pas d'inconvénients. Début de traitement 3 piqûres par jour destinées à te détendre. Dans le jargon alcoologie on parle de chauffantes. En gros, c'est un produit que l'on injecte en IV, qui chauffe et détend les muscles, ça amène une sensation de bien être, similaire à ce que l'on pourrait ressentir quand on commence à planer. Ca aide dans un 1er temps à combattre le manque. Ca dure 3 semaines. Avec sur 3 mois j'ai pris du revia et de l'equanil. Le revia est un médoc qui aide à sevrer les cellules d'alcool, aide au maintien du sevrage. 1 par jour. l'equanil est un anxiolytique puissant qui aide à traiter l'anxiété, la déprime qui peut suivre lors d'un sevrage. Médoc assez puissant car il peut entraîner une forme de dépendance (comme tout médoc de cette trempe). Vu qu'il entraîne un efet sédatif du cerveau, on peut observer une certaine somnolence. j'en prenais 3 par jour. Ce traitement est à interrompre au bout de 3 mois. En doublage du revia j'avais l'incontournable aotal à raison de 6 par jours. Aotal est le médoc le plus couramment utilisé dans le traitement de l'alcoolisme et ce sur une durée habituelle de 1 an. Il a à peu près les mêmes propriétés que le revia. C'est principalement à ce médoc qu j'étais allergique. J'ai de moi même arrêté les equanil en diminuant de 1 par mois et le revia au bout de 3 mois. Quant à l'aotal, je l'ai maintenu 1 mois de plus et l'ai arrêté sur indication médicale. Je faisais des éruptions cutanées massives, on aurait dit un ado ! en fait, je m'empoisonnais avec, chose peu courante. Du coup je ne prends plus rien. Comme j'ai toujours fait bcp de course à pied, l'anti dépresseur je l'ai au naturel. Il faut savoir que parallèlement l'alcoologue m'avait prescrit un gros antidépresseur que je n'ai pris qu'une fois. La seule fois où je l'ai pris, je me suis endormi à table ! En fait, je n'ai jamais pris de médocs auparavant ce qui fait que mon métabolisme en a été fortement perturbé. J'ai aussi pas mal maigri. Moi qui était mince (1m68 pour 32 kg), j'étais tombéà 58 kg. Pas très drôle et fatiguant Aujourd'hui ça va bcp mieux même si j'ai de temps à autre des difficultés mais j'arrive me contrôler et à éviter l'accident. Je ne dis pas que ça n'arrivera pas car je sais que cela fait partie du processus de guérison mais je sais aujourd'hui que je ne replongerais jamais là dedans. On a trop à perdre et surtout rien à gagner. J'ai bcp travaillé sur ma dépression, réussi à mettre des mots sur ce qui me tourmentait. Un peu comme ficelle, j'ai bcp travaillé sur le pourquoi du comment. L'alcoolisme et la présence très négative de mon père dans mon enfance n'a pas aidé et a probablement été un déclencheur. Car si l'alcool n'est pas héréditaire il peut l'être au niveau comportemental, c'est le danger.
  Lire la suite de la discussion sur femina.fr


228804
b
Moi aussi !
Vous avez peut-être vécu la même histoire ?

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

Mon mari est alcoolique mais ne le reconnais pas - alcool, tabac, drogues et dependances

image

Bonjour, Cela fait plusieurs années que mon mari est devenu alcoolique. Jusqu'a présent cela ne me genait pas car il ne buvait que modérément et ne se mettait minable que lorsqu'on recevait du monde. Puis nous avons eu deux enfants. Il n'a jamais...Lire la suite

Comment se sevrer lorsqu'on est adepte du binge drinking - alcool, tabac, drogues et dependances

image

Mesdames, Messieurs, Voilà plusieurs mois que je lutte contre mon alcoolisme. J'ai réussi à me reprendre vraiment très bien. Je ne bois plus qu'une seule ou 2 fois par semaine en soirée. J'ai 24 ans et à la fin de mes études, j'étais...Lire la suite


 

Témoignages vidéos
Mon alcoolisme - Prise de conscience
Sur le même thème
L'alcool chez les jeunes
Voir tous les  autres témoignages