Histoire vécue Addictions - Dépendances > Alcool      (3100 témoignages)

Préc.

Suiv.

Témoignage d'alcoolique repentie

Témoignage d'internaute trouvé sur e-sante 52 ans
Mail  
| 2712 lectures | ratingStar_522_1ratingStar_522_2ratingStar_522_3ratingStar_522_4

Je voudrais redonner un peu d'espoir à ceux et celles qui ont décidé de s'accrocher et d'aider le malade car je le dis haut et fort oui on peut en sortir j'en suis la preuve et pourtant je peux dire que j'étais tombée vraiment très bas.

Il faut avant tout reconnaître et assumer son alcoolisme vis à vis de soi-même et des autres et il faut vouloir très fort guérir.

Je suis tout à fait consciente du mal que je me suis fait et que j'ai fait à mon entourage et pour rien au monde je ne voudrais revivre ça ni le faire revivre aux autres.

Lorsqu'il m'arrive d'avoir envie de boire un verre, je pense que cela m'arrivera encore et je crois que c'est normal et bien je me dis que j'ai maintenant la chance d'avoir retrouvé la liberté de choisir de le boire ou non ce verre et quand je pense à toute la galère qui m'attend si je le bois et bien le choix est vite fait. Le prix à payer serait vraiment trop élevé pour quelques minutes de plaisir (est-ce que ce serait vraiment du plaisir d'ailleurs ? ).

Je crois que le plus difficile pour moi a été d'accepter le fait que ce soit définitif il m'a fallu du temps.

Bien sûr, le conjoint d'un malade alcoolique doit penser à lui et à se protéger ce n'est pas de l'égoïsme car ce n'est pas en allant mal qu'il pourra aider l'autre. Il faut rompre la solitude et le silence et en parler (médecin, associations).

Je comprends aussi que certaines personnes se sentent dépassées par la situation et ne trouvent de salut que dans la fuite mais c'est dommage. Si mon mari avait choisi cette solution, je n'en serais certainement pas là aujourd'hui et nous ne serions pas aussi heureux.

Je crois qu'il faut beaucoup d'amour réciproque et que ceux qui ne parviennent pas à faire chacun un bout du chemin doivent peut-être se poser des questions sur leurs véritables sentiments pour leur partenaire. Quoiqu'il en soit, il faut aussi se dire que chaque histoire est différente et qu'on ne peut pas donner de solution miracle.

Une dernière chose j'ai lu dans ce forum des allusions à l'antabuse. MEFIANCE : Pour autant que je sache l'antabuse n'est pas un médicament mais c'est le nom de l'effet provoqué par certains médicaments du type Espéral. Ces médicaments ne sont heureusement pas en vente libre. Ce sont des médicaments qui rendent très malades si on prend de l'alcool avec. Ils peuvent provoquer des dégâts sur le foie et des arrêts cardiaques (on peut en mourir). Il ne faut donc pas en donner à une personne à son insu car on ne sait pas si elle ne va pas boire après. Les médecins en prescrivent parfois mais généralement c'est à la demande du malade qui pense qu'il a besoin "d'une béquille" pendant quelque temps.

Bon courage. Jocelyne.
  Lire la suite de la discussion sur e-sante.fr


522
b
Moi aussi !
4 personnes ont déjà vécu la même histoire

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

Mon mari est alcoolique mais ne le reconnais pas - alcool, tabac, drogues et dependances

image

Bonjour, Cela fait plusieurs années que mon mari est devenu alcoolique. Jusqu'a présent cela ne me genait pas car il ne buvait que modérément et ne se mettait minable que lorsqu'on recevait du monde. Puis nous avons eu deux enfants. Il n'a jamais...Lire la suite

Comment se sevrer lorsqu'on est adepte du binge drinking - alcool, tabac, drogues et dependances

image

Mesdames, Messieurs, Voilà plusieurs mois que je lutte contre mon alcoolisme. J'ai réussi à me reprendre vraiment très bien. Je ne bois plus qu'une seule ou 2 fois par semaine en soirée. J'ai 24 ans et à la fin de mes études, j'étais...Lire la suite


 

Témoignages vidéos
Mon alcoolisme - Prise de conscience
Sur le même thème
L'alcool chez les jeunes
Voir tous les  autres témoignages