Histoire vécue Addictions - Dépendances > Alcool      (3100 témoignages)

Préc.

Suiv.

Une relation avec un alcoolique n'en vaut pas la peine

Témoignage d'internaute trouvé sur femina
Mail  
| 410 lectures | ratingStar_228738_1ratingStar_228738_2ratingStar_228738_3ratingStar_228738_4
Bonjour ! Ayant été citée plus haut, je me permets de vous adresser ces quelques mots . Tout d'abord, la maladie eventuelle que je soulevais pour une autre internaute est la spasmophilie, mais je ne suis pas certaine qu'elle soit en cause dans le problème de Jocharo... mais je ne suis pas médecin ! Ce dont je suis sûre en revanche c'est que votre mari vous domine encore au delà de la mort ! Je dis 'encore' car c'était déjà le cas de son vivant par son alcoolisme ; et comme la majorité des femmes dans votre cas, vous n'arrivez pas à définir les vraies raisons qui vous ont fait rester à ses côtés ! Les enfants, la promesse que ça va s'arranger, le qu'en dira-t-on...?! Tout cela n'etait que prétexte ! Je parle en connaissance de cause ! Cela fait 7 ans que j'essaye de convaincre une amie de quitter son conjoint pour le même problème ! Elle se détruit en se justifiant avec des prétextes qui lui font perdre ses années, sa joie de vivre, et sa santé ! oui, elle se détruit car elle reste en volontaire sous sa coupe ! C'est du suicide ! Allez voir les associations de victimes de l'alcool conjugal et des victimes de violences conjugales , vous constaterez qu'elles ont toutes le même syndrome du 'il faut que je reste' ! Et les médecins vous expliqueront que c'est la domination qui vous anihile votre confiance en vous, créant une dépendance envers le dominant ! cela est inconscient, d'où la souffrance qui en résulte . Je vous plains, Jocharo, ce que vous vivez est lourd et étouffant, mais réfléchissez à ce que vous ont dit Moussaillon, Cahuète et les autres ! Vous avez tant donné ! en effet ! Vous vous êtes sacrifiée ! et pour quel résultat ? Sachez, (et je suis sûre que vous le savez déjà !! ) que 'charité bien ordonnée commence par soi-même' ! Et pour plus tard , un conseil que mon père m'a souvent répété : -'On ne peut donner que ce que l'on a ! Et quand on n'a plus rien , on ne peut plus donner ! Alors apprend à mieux te ressourcer régulièrement pour mieux donner sans t'épuiser !' A pratiquer ce conseil dans ma vie depuis plusieurs années, je revis depuis , et garde un recul nécessaire devant la vie, qui ne me rend pas dépendante des autres... Couper ce cordon ombilical avec votre défunt conjoint, la vie vous l'impose ! C'est lui qui est parti puisque vous ne partiez pas ! Prenez du temps pour vous, dans votre quotidien, avec vos enfants aussi, reconstruisez-vous ! L'alcoolisme est une réelle maladie, qui se soigne avec une seule condition, celle de l'humilité : l'humilité de reconnaitre qu'on est malade et qu'on doit se faire aider ! sans cela on ne peut s'en sortir ! Ayez cette force , vous l'avez en vous, d'accepter que ce n'est pas vous le problème ! Vous ne pouviez pas faire les choses à sa place ! Par contre ce qui dépend de vous, vous pouvez et devez le faire ! Vous reconstruire, ne serait-ce que pour votre dernier, 'votre plus belle réussite' que sont vos enfants ! La vie appelle la vie, alors faites-lui confiance
  Lire la suite de la discussion sur femina.fr


228738
b
Moi aussi !
Vous avez peut-être vécu la même histoire ?

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

Mon mari est alcoolique mais ne le reconnais pas - alcool, tabac, drogues et dependances

image

Bonjour, Cela fait plusieurs années que mon mari est devenu alcoolique. Jusqu'a présent cela ne me genait pas car il ne buvait que modérément et ne se mettait minable que lorsqu'on recevait du monde. Puis nous avons eu deux enfants. Il n'a jamais...Lire la suite

Comment se sevrer lorsqu'on est adepte du binge drinking - alcool, tabac, drogues et dependances

image

Mesdames, Messieurs, Voilà plusieurs mois que je lutte contre mon alcoolisme. J'ai réussi à me reprendre vraiment très bien. Je ne bois plus qu'une seule ou 2 fois par semaine en soirée. J'ai 24 ans et à la fin de mes études, j'étais...Lire la suite


 

Témoignages vidéos
Mon alcoolisme - Prise de conscience
Sur le même thème
L'alcool chez les jeunes
Voir tous les  autres témoignages