Histoire vécue Addictions - Dépendances > Autres      (688 témoignages)

Préc.

Suiv.

Le piège du Cyber-Espace

Témoignage samestory par 24 ans.
Mots clés : manga | monde virtuel | solitude | test ennéagramme
Mail  
| 317 lectures | ratingStar_273948_1ratingStar_273948_2ratingStar_273948_3ratingStar_273948_4

 

La Cyber-Toile infernale du Cyber-espace.

 

L’internet. Quelle magnifique invention. La capacité de découvrir et rechercher des informations et des données depuis n’importe quel endroit dans le monde à condition qu’il soit connecté.

Informations.  Ou données. Ce sont des termes très généraux qui peuvent autant englober les faits les plus divers que les découvertes sur les plus petits animaux. L’internet est une mine d’informations sans le moindre épuisement. On pourrait passer ses journées et ses nuits entières à rechercher sur juste un sujet. Et il est incroyablement aisé d’avoir l’avis de n’importe qui sur ses créations si on les publie sur les sites appropriés.

Lorsqu’on a grandi avec Internet, que l’on a pu jouer avec le réseau et découvrir tout ce potentiel à mesure qu’il s’agrandissait, l’Internet n’a plus de secret pour vous. Si on cherche, on trouve. Et si on veut faire découvrir ses créations au monde, avoir l’avis de fans dans un domaine, ou même simplement rencontrer des personnes de par le monde qui partagent ses centres d’intérêt, rien de plus facile. La vie sociale réelle est tellement plus difficile que le virtuel dans lequel on peut sélectionner un groupe de personnes auxquelles on peut s’affilier.

Je me souviens que j’ai débuté avec  MSN messenger comme une foule d’adolescents de mon âge en 2001/2002. A ce moment-là, ma vie sociale au collège se passait bien, donc je retrouvais mes amies sur MSN, et parfois on s’amusait à aller sur des chats et parler sur MSN avec des gars que nous ne rencontrions jamais. Nous savions parfaitement qu’il était mal avisé de rencontrer des garçons après leur avoir parler sur Internet. Nous ne faisions que nous amuser.

Mais alors que les années passaient, je me sentais me détacher de mes pairs et camarades. Les personnes avec qui je passais mes journées n’étaient pas vraiment des amis. Et alors que ma personnalité  s’affirmait, mon écart avec mes pairs s’affirmait lui aussi. Donc comme de nombreux adolescents dans le même cas que moi qui se sont sentis décalés des « tendances », qui sont devenus progressivement des « outsiders » (et fière de l’être le problème n’est là), je me suis rattachée à ce que j’ai pu, le monde dans lequel je pouvais retrouver des personnes qui avaient les mêmes intérêts et les mêmes envies que moi, à travers les forums et chats, l’Internet m’a permis de me sentir moins seule. Même si tout cela était virtuel.

Les années passèrent et mes goûts et envies évoluèrent. Mais la grande constante était toujours un besoin de m’élever du monotone, le métro-boulot-dodo d’une lycéenne banlieusarde, une envie de m’évader et toujours de pouvoir partager le monde tel que je le percevais avec des personnes qui me comprendraient. J’écrivais de la poésie que je publiais sur un blog et jouissais d’une excellente relation amicale avec un autre poète en ligne, je naviguais sur les forums dont les sujets étaient ceux que j’affectionnais tel qu’un forum de livres, un forum gothique, …. Jusqu’à ce que je tombe par hasard un épisode de manga sur Dailymotion.

Et paf ! Çà fait des chocapics ! Ou du moins, ça m’a fait plonger la tête la première dans une culture à laquelle je n’avais étonnamment pas encore adhéré : la culture mangas otaku. Naruto, Nana, Bleach, One Piece, Hana Yori Dango, Full Metal Alchemist, Dragon Ball…. Et encore des centaines d’autres !! La culture mangas est une merveille pour une fille qui rêvait autant d’évasion et d’aventures !! Un bon manga shônen c’est un héros surpuissant avec des leçons de conduite, une bonne dose de combats et le plus souvent le tout dans un monde imaginaire plein de magie et de rêves.

Lorsque tout cela est mélangé à une tendance quasi maladive à s’accrocher à tout nouvel intérêt qui arrive de manière passionnée, c’est un mélange explosif, un mélange explosif à retardement bien sûr, qui finira sans tarder par exploser à la figure.

Cela fait trois ans maintenant que je vis seule. Loin de ma famille dans mon petit appartement de 17m². J’ai cessé d’écrire de la poésie mais je voulais écrire. De plus, les mangas ne devenaient plus suffisants. J’en voulais toujours plus. Car à un moment où un autre, lorsqu’un manga plait au Japon, l’auteur doit suivre les demandes des lecteurs et surtout éditeurs. Nous les français n’avons pas toujours les mêmes envies que les japonais, et au final pour diverses raisons, on n’est plus satisfait par le scénario. Que fait-on ? On écrit les nôtres. Et de là naissent les fanfictions.

Comme le dit Henry Jenkins directeur de l'Institut de technologie du Massachusetts : « La fanfiction est une manière pour la culture de réparer les dégâts commis dans un système où les mythes contemporains sont la propriété des entreprises au lieu d'être celle des gens. »

(oui j’ai tiré cela de wikipédia mais ça m’est égal)

L’idée est là.

Moi qui suis fan d’autant Harry Potter que Naruto, je découvris le bonheur en tombant sur l’un des sites les plus important de publication de fanfiction : fanfiction.net sur lequel on peut retrouver pas moins de 598 000 histoires de Harry Potter et 304 000 histoires de Naruto.

De quoi perdre la tête.

Et justement la tête, je l’ai perdue.

Je suis plongée dans une véritable drogue intempestive. Je ne pouvais plus m’arrêter ni le jour ni la nuit. Je ne compte plus les erreurs que j’ai faîte, les journées que j’ai raté, et surtout les responsabilités que je n’ai pas assumées à cause de cela. Il y avait toujours une nouvelle histoire, une nouvelle idée, une nouvelle possibilité. Evidemment, ce site concrétise toutes les idées des auteurs partout dans le monde en pas moins de 40 langues. Et même si je me limitais aux histoires en anglais et basées sur certains personnages, cela ne réduisait pas beaucoup le nombre !

Ma psychologue m’a expliqué que ma personnalité peut être qualifiée de bohémienne, romantique. Artiste, individualiste, en quête de sens, idéalise ce qui n’est pas accessible, sensible, remarque ce qui manque. Centre préféré : émotionnel ; sens de l’énergie : vers l’intérieur. Compulsion : éviter à tout prix la banalité. Mécanisme de défense : Introjection, sublimation. Désir de base : être soi-même. Peur de base : ne pas exister.

Ce sont les mots employés pour qualifier la personnalité 4 sur le test ennéagramme.  Autant dire que je suis tout ça et plus encore et que j’ai failli m’autodétruire.

J’ai été sauvé grâce à ma formidable maman qui m’a mis une grande claque bien méritée qui m’a bien sonné les cloches. Mais je suis passée à deux doigts de la catastrophe.

Le problème ne vient pas de la culture manga, ou d’Internet ou autre. Le problème vient du fait qu’avec Internet tout devient tellement plus facile pour un adolescent, qu’on en oublie que la vie n’est pas facile. Qu’elle est faite avec autant de devoirs que de droits et que le monde virtuel et juste ça : virtuel.

Il est certain que la société évolue.

L’air du numérique permet de diversifier les goûts et les couleurs et permet aux jeunes de trouver réellement sa personnalité et de s’affirmer. Dans un monde où on peut communiquer à l’autre bout de la planète avec un ordinateur, où l’on peut recevoir les informations du bout du globe en un clic, et où tout le monde peut se retrouver sur la toile à tout moment, les inquiétudes sur les individualités et les étrangers s’atténuent. C’est fou ce que c’est facile de parler à des inconnus par Internet. Les problèmes des adolescents en termes d’évolution et de personnalité tels que j’en ai connu viennent de stigmatisations des différences et de besoins d’évasion vers des cultures moins fermées. Ce n’est pas pour rien que le Pop’art s’est développé aux USA.

Comme dirait l’Ermite Moderne (allez voir sur Youtube si vous ne connaissez pas) : « La France aime bien hiérarchiser. Il y a la culture des gens nobles, la sous-culture pour les autres ».

Sur ce, comme je viens juste de me réveiller, j’ai du ménage à faire.

Apfane Chan

Ce qui m'a le plus aidée

Mes parents



273948
nb
Moi aussi !
Vous avez peut-être vécu la même histoire ?

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

Accro a facebook comment moderer? - developpement personnel

image

Bonjour. Ça fait 4 ans que je suis inscrit sur facebook et depuis j'ai quand même constaté une évolution dans ma façon de l'utiliser dans le sens où j'utilise moins compulsivement, ceci dit la dépendance est toujours là et il est rare que je...Lire la suite

J'ai besoin d'aide, place de l'ordinateur dans un couple...

image

La surface de l'appartement est un problème. Ce n'est pas le seul bien-sur. J'étais dans le même situation que toi il y a quelques mois. Depuis que mon appartement est 3 fois plus grand, ça va beaucoup mieux. J'ai du aussi me faire au fait qu'il...Lire la suite