Histoire vécue Addictions - Dépendances > Cannabis      (1008 témoignages)

Préc.

Suiv.

Après 2 ans de dépendance, je veux décrocher

Témoignage d'internaute trouvé sur doctissimo - 19/09/10 | Mis en ligne le 12/11/11
Mail  
| 600 lectures | ratingStar_223562_1ratingStar_223562_2ratingStar_223562_3ratingStar_223562_4
J'ai 19 ans et je fume tous les jours depuis un peu plus de deux ans. La vie n'a pas été tendre avec moi, le divorce de mes parents, mon père qui me frappe, ma mère alcoolique, et moi, placée en centre à 16 ans. Ils ne voulaient plus de moi, c'est sans doute une des choses qui m'a fait le plus souffrir. Un peu plus tard, j'ai eu l'occasion de m'installer en kot mais ce ne fut qu'une succession de problèmes. Je vivais avec deux fois rien, dans 10 mètres carré avec mon copain, lui me promettait sans cesse qu'il allait travailler et m'aider. Il n'a jamais bougé le petit doigt, et, suite à ça, je me suis mise à fumer régulièrement, tous les jours. La réalité de la situation m'était insuportable, je n'arrivais plus à manger, ni à dormir. J'ai vu la ganja comme un "médicament magique à tous mes malheurs" et je m'y suis accroché de toutes mes forces. Quelques temps plus tard, n'arrivant plus à payer ma consommation, j'ai cherché du travail.. Et j'ai trouvé ! J'ai commencé à travailler, de plus en plus, d'abord pour payer ma weed, ensuite parce que je n'avais pas grand chose d'autre à foutre.. Je me suis renfermée sur moi même et je ne voyais quaziment plus personne.. A coté de ça, le travail ce n'était pas toujours la joie, le patron criait, s'énnervait mais je supportais le tout parce que je savais que mon bangs m'attendait chez moi (Je n'ai jamais été très pétard, plus pipe à eau, ça dégomme et c'est ce que je recherchais). A coté de ça, j'ai étudié, je vous laisse donc imaginé mon emploi du temps.. Je me levais à 7h, partait au cours, revenait à 16h, je me préparais et à 18h30 j'étais au restaurant jusqu'à plus ou moins minuit. Je fumais le matin, le midi, l'aprèm, le soir, la nuit, ... Parfois, je me reveillais même en pleine nuit pour tirer une douille.. Quand j'ai été diplomé (Parce que je l'ai été si si ! Moi même j'ai beaucoup de mal à la croire), je me suis inscrite à l'unif. J'ai continué à vivre comme je le faisais, malheureusement ça a été un beau fiasco. La présence n'étant pas obligatoire, j'ai nié un cours, puis deux, puis trois, pour me reposer.. Quand on est arrivé à Noel, j'ai voulu étudier mais c'était trop tard. Trop de matière, trop de choses que je ne comprenais pas.. Ingénieur, ça ne s'improvise malheureusement pas. J'ai décidé (peut être par peur de l'échec ou de perdre mon temps) d'arreter mon année et de continuer à travailler jusqu'à l'année suivante, histoire de mettre de l'argent de coté et de reprendre des cours par la suite de façon plus sereine. Au boulot, c'était de pire en pire. Le boss nous manquait de respect quazi à chaque fois qu'on allait bosser. Du genre à hurler devant les clients, à balancer des trucs par terre en exigeant qu'on ramasse, et tout de suite. Voler les pourboires, revoir notre salaire à la baisse, sous pretexte qu'on faisait "un travail de merde"... En plus de ça, je ne savais plus manger.. Le restaurant proposais de la restauration rapide très grasse et pas toujours au top niveau fraicheur. De quoi te rendre anorexique. L'huile noire des friteuses, les résidus sur les murs et dans l'air, les légumes poelés baignant dans l'huile, les viandes décongelant un peu nimporte où.. J'allais très mal, mais en apparence, tout allait bien. Je ne mangeais plus, et quand je ne travaillais pas, je me défonçais au max.. Je ne supportais plus d'être sobre. J'en suis arrivée à fumer 2,5gr en douille par jour.. J'enchainais, je tirais, vidais et m'en refaisais une de suite. La folie. Au mois de juin dernier, on m'a viré parce qu'un soir fin de service, j'ai refusé de baisser la tête quand le boss s'est mis à hurler sans raison. J'en pouvais plus me sentir humiliée chaque fois que je rentrais chez moi. J'ai cherché du travail à nouveau mais je n'ai rien trouvé de correct. Si, quelques fois j'ai travaillé, mais ça m'a explosé à la gueule. Patrons qui sous-paient, horaire de travail dérisoire, ils ne veulent pas te faire un contrat et insistent sur le fait que dans leur établissement, ils paient en fin de mois. Si je n'avais pas été concernée, j'aurais pu en rire mais bon.. En septembre, j'ai décidé de reprendre des cours, je me suis inscrite en haute école. J'ai cru que tout allait se remettre en place mais c'était me voiler la face. J'ai envie d'étudier, de cotoyer des gens de mon age, d'avoir la posibilité de trouver un bon travail plus tard.. Je n'arrive plus à manger. Le matin, impossible, le midi, ça peut se négocier au alentour de 15h.. Et encore. En fait, la nourriture me degoutte. Et quand je mange, j'ai l'impression que je vais être malade. Et ça ne rate pas: j'ai mal au ventre, parfois au point de devoir me coucher ou me cacher dans les toilettes en attendant que ça passe (!). Ce sont des douleurs entre la nausée et la diarhée.. Insupportable. Du coup, je ne mange presque plus depuis plus d'un an, et je fuis toutes les situations où je pourrais être amenée à manger. Diner de famille, sandwich avec des potes, ou meme un verre.. A chaque fois, je trouve une bonne excuse pour annuler. Je me suis éloignée d'énormement de gens.. Vendredi, j'ai peté un cable. Je ne veux plus fumer, plus être dans cet état, plus fuir les gens. J'ai envie de revivre. J'ai été me coucher vendredi, ça a été une horreur. J'avais envie de voir personne, j'étais stressée, anxieuse, angoissée.. J'ai été me coucher, et je me suis levée plusieurs fois dans la nuit pour vomir mes tripes. Hier, ça n'a pas été la joie non plus, je n'ai presque rien mangé (Deux oeufs à midi et une tartine à 21h) et je suis restée toute la journée dans le canapé. Je suis très très angoissée, c'est insupportable. Ce matin, je me suis reveillée très tot, j'avais mal à la tête.. Je suis allée dans mon canapé et j'ai encore eu la joie d'être malade ! J'ai essayé de croquer dans une tartine ce matin mais je n'y arrive pas. J'ai des naussées direct. Demain, j'ai cours, et je commence à avoir peur... Qu'est ce que je vais faire ? Je suis perdue, aidez moi s'il vous plait...
  Lire la suite de la discussion sur doctissimo.fr


223562
b
Moi aussi !
Vous avez peut-être vécu la même histoire ?

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

Gros choc - histoires d'amour

image

Alors tout d'abord, Redbluesky, notre histoire est extrêmement différente. Le garçon de mon histoire n'est ni alcoolique, ni drogué. J'ai peut-être un point de vue particulier sur la question, mais fumer un pétard avec ses potes, même si perso...Lire la suite

Familles natures et cannabis

image

Euh je pense que c'est comme l'alcool ça dépend beaucoup des personnes, et aussi de ce qu'il y avait dans le joint… Perso après avoir fumé même pas un joint entier (a priori un truc fort j'en conviens) j'ai été assez défoncée pour ne même...Lire la suite


 

Témoignages vidéos
Philippe, ancien toxicomane
Sur le même thème
Confession d'un ancien drogué
Voir tous les  autres témoignages