Histoire vécue Addictions - Dépendances > Cannabis      (1008 témoignages)

Préc.

Suiv.

Ca fait 10 ans que je fume le cannabis, je suis en plein sevrage

Témoignage d'internaute trouvé sur doctissimo
Mail  
| 13518 lectures | ratingStar_202582_1ratingStar_202582_2ratingStar_202582_3ratingStar_202582_4

Bon comme tous les futurs ex fumeurs de cannabis ou ex fumeurs de cannabis, le jour ou la prise de conscience débute on se met à réfléchir. Et aujourd ? Hui ou ça va un peu mieux, j'ai besoin de me livrer, faut que je sorte de ma tete toute ma cannabis life story !!! Mince Voila déjà 10 ans que je fume. Oups je m'en suis pas rendu compte, tant d'années passées sur un petit nuage blanc parfois, nuage orageux d'autres fois à s'envoyer bédo sur bédo entrecoupé de pauses parfois. Sans se soucier de la qualité du matos ou de toutes les merdes qu'il y a dedans, rien à foutre nique la vie. Et la 26 ans et quelques. Mince je suis con ou quoi ? Pourquoi je me suis renié comme ça toutes ces années, qu'est ce qu'il s'est passé dans ma tête ? D'où ça viens ? Quels sont mes soucis mes maux pour avoir voulu tout oublier comme ça ? Ca fait maintenant 20 jours que je n'ai pas touché un pet, et étant au chômage depuis un mois, j'avoue que j'ai eu grandement le temps de réétudier mes 10 ans de conso du premier pétard jusqu'au dernier.OUI le dernier faut se le dire !! Je vais commencer par vous retracer cette avancée avant de parler de ce qui donne les plus grandes peur à pas mal de fumeur LE FAMEUX SEVRAGE. Le premier pétard. Un Bel été de 1999, j'ai alors 15 ans, comme pas mal d'adolescents boutonneux à appareil dentaire… Et la une soirée, premier pétard, des barres de rire toute la soirée avec un impression de liberté et d'interdit, et encor mieux ça me permet de me rapprocher d'une jeune fille convoitée (plus facile une fois complètement désinhibé.) Que du Bonheur Ca y est le cannabis est présent dans mon mental comme quelque chose de génial alors qu'avant c'était la fascination de l'interdit. (Peut être plus pour la sensation de désinhibition que les barres de rire, moi qui suis plutôt timide et réservé). Eté 2000 deuxième contact avec le produit, alors animateur dans le sport à l'âge de 16 ans je passe mes deux mois d'été avec des gents plus vieux (entre 18 et 20ans) en camping, enfin mes deux premiers mois en autonomie sans les parents !!! Et la c'est la Fête Ganja et apéro au taquet. Mais un truc que je comprend pas, une fois défoncé impossible de communiquer, Tout le monde s'amuse, je suis bien aussi mais impossible de parler ou d'être actif c'est pas grave, de toutes façons, j'ai toujours été un rêveur, je reste dans mes pensées, dans ma bulle ou je plane mais c'est quand même très très bon. C'est comme si j'étais à cotés de mon corps, que je m'observais de loin, c'est marrant. L'année 2000 se passe pas trop mal Bédo les week end quand on va rejoindre les potos, année scolaire pitoyables, je m'en fout c'est comme d ? Hab avec bédo ou sans les cours ça soule à 16 ans, redoublement à la clé. Le début de l'addiction Eté 2001 rebelote que pour le 2000 même gens même endroit, même effet dans ma bulle, à rêver ma vie. Fin d'été très grosse claque dans la gueule, surement une des plus grosses imaginables, ma mère décède du jour au lendemain, et ce n'est pas la présence de mon père qui vit en autarcie dans son bureau qui apporte du réconfort. Mais bon faut que je tienne bon, que je sois fort, j'ai une petite s'ur de 6 ans ma cadette faut s'en occuper. Première prise de conscience je jette tout mon shit (en effet ma mère n'aurait pas apprécié et ce n'est pas ça qui va m'aider) Pour une durée de deux semaines, après c'est de pire en pire, endurcissement, prise de tête avec le padre (au passage, il se rend compte que je bois et fume dans ma chambre, mais a partir du moment ou je lui dit que c'est faux, il ne va pas cherche plus loins et me croit sur parole ? ) , trainage dehors avec les potes, et bedo avant les cours entre et après avec toutes les mauvaises fréquentations qui vont avec et je me venge sur la nourriture et grossi moi qui était très sportif avant. Encor plus de perte de confiance. Dorénavant on m'appel GROS ? Je suis de plus en plus dans ma bulle plus aucun sentiment, rien ne me touche j'emmerde le monde et les gents qui ne sont pas dans mon entourage tout en devenant petit à petit frustré et renfermé, un vrai petit révolutionnaire dans ma tête. Forcément ça aide pas pour les relations humaines à part avec les fumeurs de ganja et encor des que je fume dans ma bulle direct. JE décide donc de fumer quasiment qu'exclusivement tout seul étant donné que je n'aime pas l'image que je projette de moi-même quand je fume en société. Bon je vais vous épargner les 10 ans de ma vie années par années, je voulais juste arriver à l'addiction. Après toutes ces années se sont entrecoupées de petites pauses, déjà pour avoir le bac à l'arrache, apparemment c'est une porte de sortie, et ma mère aurait été fier ? Puis deux premières années de bts même pas terminées direction l'usine. A 22 ans usine d'agroalimentaire et de tissu pour une petite durée de 2 ans et la bizarrement ça va, je remet à plus tard mon projet d'études en visant une formation professionnel bac 2 (le temps de cotiser pour le chômage et de s'inscrire à l (event, 'Les infos qui semblent repris sur l\'AFP doivent être censuré.' (event, 'Les infos qui semblent repris sur l\'AFP doivent être censuré.') ;" onmouseout="tooltip_hide (eventje gagne ma vie reprend confiance perd tout ce surpoids car c'est un boulot super physique, ai plus de relation avec les gents (surtout les femmes pour qui j'arrive pas à gérer mes sentiments depuis le décès de ma mère. Et ouais je suis un Bonhomme, moi un vrai (dans ma tête) ?Bref un frustré refoulant tous ses sentiments et s'interdisant toutes émotions et le canna m'a beaucoup aidé pour ça) arrête quasiment le cannabis, profite de la vie, fiesta, jeunesse insouciance et bien qu'étant un peu un ours je profite de la vie, chose ne mettant pas arrivé depuis très longtemps. On arrive en Mai 2008 accepté en formation à Toulouse, je déménage trouve un appart que du Bonheur. Et la je me retrouve tout seul, ma bande de pote est à 300 bornes, les angoisses d'échouer et le renfermement ressortent. Pourquoi en sais rien et je m'en fout, je connait la solution. Et Toulouse pour trouver du Shit c'est le paradis, je fume tous les soirs comme un pompier, préroule mes pets pour me les enchainer le plus vite possible devant la télé ou le PC et me sattelliser !! J'ai beaucoup de chance de décrocher mon diplôme. Après Je me dis c'est bon faut que je me sociabilise et arrête mes conneries, et été 2009 je me met en colloque et bis repetita enchainage toutes les soirees, alors que je suis en colloc, je m'enferme dans ma chambre pour m'enfumer et même si je fait des efforts quand mes collocs sont présentes, des que je suis solo c'est du matin au soir en les préroulant quand je ne travaille pas ? Et toujours sans trop sortir.J'attend qu'une chose être chez moi pour fumer un max et gober dans ma bulle a ne rien faire, attendre que le temps passe et que la vie me sourit. Alors que je n'ai pas fondamentalement de raison de me plaindre ? J'ai le diplôme que je voulais, je suis dans une ville géniale, pas un gros entourage mais des gents sincères et vrai comme amis. Une petite amie très gentille, certes pas dans la même ville que moi, mais dés que j'y vais elle me prépare à manger, me paye mon bout de shit (alors qu'elle ne fume pas) et je m'enfume encore et encore, jusqu'à ne plus en pouvoir et la quitter. Aout 2010Et je continue à m'oublier à fumer et fumer, à oui et la je tombe dans les pommes un soir sur deux pendant une semaine ? Petite peur mais impossible d'arretter (je me suis d'ailleur souvenu de ça que très recemment ? ) Grâce à l'aide d'un ami de toujours je m'en rend compte petit à petit les derniers mois de 2010.Et la je dis merci aux gents qui m'entourent. J'ai passé des jours à ne pas répondre au tel, à ne pas rappeler les gents, de toute façon je suis défoncé, eux ne fument pas et je ne m'aime pas quand je suis défoncé. Mais ils sont toujours la pour moi et au jour dhui j'ai de la chance d'avoir ces vieux amis autant présent et qui ne m'ont pas oublié alors que je m'enfonçai dans mon isolement et voulait tout oublier sans raison… En effet la colloc étant fini depuis Novembre je squatte chez ce pote non fumeur, ou plutôt ce frère que je connait depuis mes 14 ans et qui est venu vivre a Toulouse aussi. Et la la prise de conscience continue doucement, mais 10 ans de canna ça ne s'oublie pas comme ça. Donc tous les jours j'essaye d'arrêter et repousse au lendemain en ralentissant tout de même, sauf les jours ou sans raison ça n'allait pas. Je me souviens un soir ou ça n'allait et que je me suis bien enchainé avec du très bon matos, je suis resté épave sur son canapé. Imaginez-vous raide défoncé allongé sur le canap de votre pote qui veut bien vous héberger quelques temps. Alors qu'il rentre du boulot plus tard. Impossible de communiquer avec lui, je suis un déchet peu pas aligner deux mots ni bouger et je suis chez lui, c'est lui qui me prépare à manger et me déplie le clic clac. Un sentiment de honte m'envahit LE DECLIC DEBUT Lendemain grosse discussion avec cet ami, il faut faire quelque chose s'en est trop la. J'ai honte de moi et lui sent que je vais mal comme jamais, et je ne sais même pas pourquoi je crois que je suis a saturation de tout. J'arrête DEFINITIVEMENT c'est décidé et faut que je me sociabilise. Déjà deux ans et demis que je suis à Toulouse et je fuis tous les gents que je peu rencontrer, les seul personnes que je connais sont des amis d'amis de ma ville natale. On est le 23 décembre 2010.Le souci vient de l'estime de soi, inconsciemment, j'ai toujours tout fait pour que mon père ne m'emmerde pas, pour le protéger donc il suffisait de trouver un taf, vu qu'il ne cherche pas trop loin il se disait tout va bien pour lui et moi je m'oublié et me laissé aller sans aucune vrai envie depuis 10 ans. Ça y est j'ai mis le doigt dessus !!!! AIME-toi mon pote. LE DECLIC SUITE Soirée du 31 Décembre 2010 dans les pyrènes dans une auberge, pas de joints depuis le 23, je suis sous pression assez vite et me venge sur le champagne mais ça va. Sortie a la boite du village, soirée plus que moyenne et retour à l'auberge. Je ne sais pas pourquoi, moi qui suit peu avenant vers les gents en général, je m'assois a une table d'inconnu pour discuter alors que ça ne me ressemble pas vraiment, serait ce l'énergie qui revient suite à cet arrêt ? Ou grisé par le champagne ma confiance s'est décuplée. Je ne sais pas Et la, éblouissement. Je discute avec 3 personnes et la femme dont j'ai toujours rêvé sous défonce. Grande brune, douce, intelligente, sexy et avec beaucoup de caractère est présente à cette table. Je ne sais pas ce qui se passe, je suis à l'aise, j arrive à parler en toute simplicité, sans jouer un rôle comme les autres fois. On se plait, se désire, un réel feeling se crée. Quel début d'année. Je vais avoir un nouvel appart tout seul, un CDI et je rencontre cette femme envoutante, passionnante !!! Je suis comme dans un rêve tout ce que j'ai pu espérer m'arrive comme ça. Comment est ce possible ? A une chose prête, c'est que cette femme fume du matin au soir et est tous les soirs en soirées avec alcool et ganja, je n'ai jamais vu une telle consommation de ma vie. En fait on se comprend parce qu'a notre manière on est dans la fuite tous les deux. On aura de grandes discussion sur nos vies respectives, le pourquoi du comment, ce qu'il se passe dans nos tètes, NOTRE FUITE. Et bizarrement quelque chose que je renié depuis des années, les sentiments on fait surface très vite, trop vite surement. Et pour la première fois de ma vie j'arrive à me livrer corps et âmes sur ma vie à quelqu'un, sans mentir, sans peur de jugement et réciproquement, quelqu'un qui me comprend et que je comprends que c'est JOUISSIF, je pensai être tellement tourmenté que ça ne serrait jamais possible. Moi avec mon repli et mon manque de confiance. Elle avec sa grande confiance en elle (ou du moins celle qu'elle veut bien faire paraitre) , sa grande fierté, mais on est pareil, bedo a gogo pour oublier nos origines différentes, nos vécus) et je replonge de plus belle, mais pour elle je sors tous les soirs moi qui me suis renfermé ces trois dernières années. Je m'impressionne, mais bon au fur à mesure la fatigue psychologique et les tous les cotés négatifs qui sont propres à mister ganja sur mon cerveau ressortent et je redeviens parano, stressé, doute de moi, ne suis plus patient, ne parle plus et monte en pression. Et elle de 4 ans mon ainée à aussi les séquelles de la fumette intensive en étant égocentrique et impulsive.La compréhension n'est pas évidente sur le long terme. Forcement ce qui devait arriver arriva, fin janvier je déménage, en même temps que mon CDD qui devait se transformer CDI se termine, avec l'état d'esprit dans lequel je suis ces derniers temps, et toutes ces réponses sur ce que je suis, qui je suis et qui je veux devenir qui arrivent j'explose, Tout arrive d'un coup c'est trop, et ma relation explose avec (exploser c'est bien le terme ? Lol) Mais la s'en est trop, je suis a bout, on est le 4 FEVRIER au matin, nouvel appart, plus de taf, je me suis engueulé hier soir comme du poisson pourrie dans la rue avec la seul femme qui a suscité un intérêt autre que sexuel pour moi, on s'est quitté en s'insultant, plus de shit et tant de questions qui trouvent des réponses (j'ai tout fumé le 3 pour pouvoir oublier ce que je prend dans la gueule.) Mon cerveau explose. Mais pourquoi ? Tout simplement parce que je n'ai jamais eu un vrai recul sur moi même, le cannabis me sert de fuite, de béquille d'antidépresseur, d'excuse à mon manque de confiance, à mon passé, et je me suis oublié toutes ces années, à toujours faire semblant à se créer un personnage de dur ou de quelqu'un de solide. SEVRAGE 1ere semaine DUR DUR, j'en peu plus je Pete un plomb, j'arrive à passer une demie journée a gober devant le fond d'écran de mon PC sans bouger, a réfléchir ça fuse dans tous les sens, je me questionne sur ma dernière relation. Comment ai-je pu tomber avec une plus grosse fumeuse que moi alors que je voulais arrêter plus que tout ? (j'en arrive même à la lier au destin alors que je n'y crois pas ? ) , vu que je suis seul dans cet appart depuis 3 jours à l'époque sans télé radio ? Petage de plomb, squattage de forum et la crise de parano. Suis-je schyzo qu'est ce que toutes ces années à m'oublier on fait sur moi ? Suis je malade ? Je pleure et pleure encore, fais des cauchemars atroces, transpire toutes les nuits, ferme les yeux et vois un n'ud coulant ? J'ai essayé de boire pour compenser un soir ou deux mais les lendemains sont encore pires, donc je me venge sur la clope ? Avec un peu de sport Et la j'en peu plus appel à cannabis info service on sait jamais. Déjà je vide mon sac ce qui me soulage et il me donne des adresses de centres pour m'aider. Honnêtement ce sont des gents très compétents à l'écoute. Premier RDV avec un éducateur, je lui explique que le sevrage se ferra à la dur sans anti dépresseurs. Il me conseille une psycho thérapie pour comprendre le pourquoi du comment je me suis oublié toutes ces années (après je parle de mon approche du cannabis sans généralités) On sort du RDV léger, à tous ceux qui veulent arrêter faites le sincèrement 2eme semaine La je dors 12h par nuit et une heure toutes les 3 heures la journée, un vrai légume, toujours des crises d'angoisse et de parano. Mon médecin me dit que je suis pas schyzo ça me rassure, mais bizarrement depuis ces deux semaines aucune envie de pétard malgré une soirée avec des fumeurs de weed. Fin de deuxième semaine, des crises de larmes comme jamais, je suis à fleur de peau, je me vide. Je m'en veut de m'être emporté fin janvier, que si j'avais été plus calme je serrai pas seul (mais surement un bédo au bec c'est clair) 3eme semaine Comme les deux premières semaines, pas de motivation pour grand-chose, envie de rien, j'ai déjà trainé pour faire mes papiers pour le chômage, pas envie faire des recherches d'emplois, je dors beaucoup mieux, retour des rêves. Le seul truc que j'ai envie c'est de me comprendre et d'arriver a me motiver à croquer la vie à pleine dents. Grosse crise d'angoisse hier après midi. Inconsciemment j'associe Marie Jeanne à ma dernière relation. Dés que je pense à mon ex, j'ai envie d fumer. Donc après midi de hier très dur et nuit très courte.Mais ça va quand meme de mieux en mieux avec le temps qui passe (j'aimerai d'ailleurs qu'il passe plus vite histoire que tout ce THC ne soit plus dans mon cortex cérébrale…).
  Lire la suite de la discussion sur doctissimo.fr


202582
b
Moi aussi !
19 personnes ont déjà vécu la même histoire

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

Gros choc - histoires d'amour

image

Alors tout d'abord, Redbluesky, notre histoire est extrêmement différente. Le garçon de mon histoire n'est ni alcoolique, ni drogué. J'ai peut-être un point de vue particulier sur la question, mais fumer un pétard avec ses potes, même si perso...Lire la suite

Familles natures et cannabis

image

Euh je pense que c'est comme l'alcool ça dépend beaucoup des personnes, et aussi de ce qu'il y avait dans le joint… Perso après avoir fumé même pas un joint entier (a priori un truc fort j'en conviens) j'ai été assez défoncée pour ne même...Lire la suite


 

Témoignages vidéos
Philippe, ancien toxicomane
Sur le même thème
Confession d'un ancien drogué
Voir tous les  autres témoignages