Histoire vécue Addictions - Dépendances > Cannabis      (1008 témoignages)

Préc.

Suiv.

Comment arrêter de fumer le cannabis

Témoignage d'internaute trouvé sur e-sante
Mail  
| 1719 lectures | ratingStar_119488_1ratingStar_119488_2ratingStar_119488_3ratingStar_119488_4

Mon histoire avec le cannabis à commencé quand j'avais 14/15 ans (dans un pauvre garage de banlieu avec des potes LOL) et je suis trés vite rentré "dans le trip". J'entend par là que je me suis trés vite passioné pour le Reggae et les musiques urbaine et que j'idolatrais toutes les cultures se greffant à la "plante magique" (Haaa la nostalgie des année psyché alors que je ne les avait même pas connu, les spliffs devant HAIR que je me mattais en boucle) … En terminal, j'ai même fait mon pélerinage à Amsterdam (ou il m'est arrivé des gros ennuis d'ailleurs) … Au début, je fumais plutot du shit, budget étudiant oblige… Et puis ensuite, pendant mes études supérieures, j'ai rencontré des dealers de plus en plus directement (Haaaa les soirée caves à villier) et je ne fumais presque plus que de la weed. Mais qu'est ce que j'en fumais : 5,6… 10 spliffs par jour. Quand mes études se sont terminées, j'ai eu du mal à garder contact avec "mes amis des caves"… Pour le coup, quand on s'est installé dans notre appart' avec ma copine, j'ai commencé à faire ma propre plantation… A base de 6 pieds tous les 4 mois, ça me faisait 9 grand bocaux par an… 9 grand bocaux que je consommais intégralement. J'ai un travail trés stressant et pour le coup tous les soir, je me fumais mes 2-3 spliffs après le boulot et je passais facilement à 5-10 par jour le Week-End (dès le vendredi soir…) : j'avais mon Fryday night (pour ce qui connaisse les films de Ice Cube) et mon Weedmanche (le dimanche enfermé et enfumé). Dès lors, je me suis installé dans une routine malsaine : je ne sortais presque plus et je ne faisais que matter des films, jouer aux jeux vidéos, faire un peu de zik en fumant mes spliffs… Et à force, mon esprit est parti en couille. Je ne sais pas si les spliffs sont les seuls responsable de se partage en couille mes ils ne m'ont pas aider… Depuis 2 ans j'ai multiplié les crises de nerfs et d'angoisse… Au début, seulement sur ma compagne (et ça je m'en veux énormémement) qui a su se montrer super compatissante et ensuite ça a commencé à déteindre sur ma vie de tous les jours… Jusqu'au jour ou j'ai insulté un gars de mon immeuble comme un malade (pour une bétise de rien du tout en voiture) , un mec de 50 balais, je l'ai menacé de le frapper etc… Moi qui suit plutot 'peace' d'esprit, ça m'a choqué, pendant 2-3 jours j'étais déprimé, j'avais l'impression de m'être transformé en ce genre de personne que je critique d'habitude… C'est ainsi que j'ai réaliser qu'il n'y avait plus que le spliff dans ma vie… Tous le reste n'étais qu'attente du prochain spliff ou pretexte à fumer. Et j'ai donc décidé de m'arreter au plus vite il y a de cela 1 semaine… Ayant déja essayé de ralentir ma consomation il y a quelques mois sans succé (malgré les cachetons d'equanil que mon docteur voulait que je prenne) , j'ai décidé d'être plus radical et de faire un vrai pas vers ma 'libération': j'ai jetté toutes mes boutures et mes plans (le ventre serré face à la benne à ordure… on aurait dit Charlie et ses statues de coke dans Lost les disparus) … Et j'ai clairement dis à ma compagne que j'avais besoin de son aide… Résultat, aujourd'hui (après seulement une semaine je le rappel) c'est trés dur mais je suis trés heureux de ce que je suis en train de faire… ça faisait longtemps que je n'avais pas ressenti une tel fierté à faire un effort. Le plus dur c'est que j'ai encore du mal à imainer prendre du plaisir sans le spliff. J'ai l'impression que me matter un film ou jouer à un jeux sans fumer n'ont plus d'interet… Resultat je me suis remis à sortir et à faire du sport (fini 'Papy Greg') … En plus, je me rend compte que je gagne plain d'avantage : économie d'argent et de temps, plus de problème de gestion de ma culture (c pire qu'un chat quand vous voulez partir en vacances) , et surtout je commence à me sentir "normal" et ça j'addddddooooooore !!! Et puis plus je trouve ça dure d'arretez, plus je réalise que j'étais toxico et plus ça me motive à faire l'effort (ça c un engrenage intérrressant). Mon but final et de maitriser ma conso complétement, histoire de pouvoir me faire quand même plaisir à l'occaz' pendant les teufs… En tout cas, courrage à tous ce qui essaye de se maitriser… Et surtout si ce n'est pas encore le cas, ne tomber pas dans le piège de la culture perso… Avoir de la beuh à profusion à la maison, c ingérable je pense… Salutations à tous. Et vive ma nouvelle vie : ).
  Lire la suite de la discussion sur e-sante.fr


119488
b
Moi aussi !
1 personne a déjà vécu la même histoire

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

Gros choc - histoires d'amour

image

Alors tout d'abord, Redbluesky, notre histoire est extrêmement différente. Le garçon de mon histoire n'est ni alcoolique, ni drogué. J'ai peut-être un point de vue particulier sur la question, mais fumer un pétard avec ses potes, même si perso...Lire la suite

Familles natures et cannabis

image

Euh je pense que c'est comme l'alcool ça dépend beaucoup des personnes, et aussi de ce qu'il y avait dans le joint… Perso après avoir fumé même pas un joint entier (a priori un truc fort j'en conviens) j'ai été assez défoncée pour ne même...Lire la suite


 

Témoignages vidéos
Philippe, ancien toxicomane
Sur le même thème
Confession d'un ancien drogué
Voir tous les  autres témoignages