Histoire vécue Addictions - Dépendances > Cannabis      (1008 témoignages)

Préc.

Suiv.

Dépression, déprime, stress, merci le cannabis!

Témoignage d'internaute trouvé sur doctissimo
Mail  
| 20984 lectures | ratingStar_24923_1ratingStar_24923_2ratingStar_24923_3ratingStar_24923_4

Bonjour, voici mon histoire, j'ai l'impression d'avoir beaucoup de problemes et ne plus pouvoir évoluer correctement, pourtant j'aimerais tant tout oublier ou piocher que le bon pour avancer, le passé me rattrape…

Insomnie :

Depuis ma tendre enfance, je repoussais l'heure de dormir, je me reveillais tard, et j'etais tres souvent a la bourre vers la fin de la primaire et jusqu'a la fin de ma scolarité je m'arrangeais pour venir a la derniere minute.

Je ne sais pas pourquoi j'ai developpé cette tendance a dormir tres tard, et ne pas vouloir me reveiller tot,

En effet j'etais toujours de mauvaise humeur les matins, il m'etait rare de me sentir bien dans ma peau, et de bonne humeur le matin, c'etait tres rare.

La nuit je dormais souvent 1 heure apres avoir posé la tete sur l'oreiller, a penser 1 millions de choses deja des l'enfance. Certains soirs je ne dormais plus.

Ca s'est développé et ça a continué comme ça jusque la fin de la ma scolarité, puis j'ai arrété l'ecole apres le bac et me suis lancé dans la vie active, reveil tot oblige, j'etais commercial, je bossais ça me fatiguais j'etais plus actif qu'avant, je bougeais, je parlais, j'argumentais, puis j'ai commencer la cigarette.

Je suis parti de chez mes Parents, nous vivions a 6 dans 30 m2, puis a 4.

Ma mere a toujours été extrasociable avec tout le monde mais savait me remettre en place son petit garçon, je la prenais comme femme modele pour plusieurs raisons avant, j'ai été surprotégé, je la remercie, en partie.

J'ai donc développé une personnalité extra sociable cool souriant gentil avec les gens, mais parfois je montrais aussi mon désaccord, mais parfois ce n'etait pa tres coherent ou bien c'etait inutile, comme pour se faire remarquer.

Je suis parti m'installer avec une femme que j'ai rencontrée et tout est allé tres vite nous étions installé a deux, c'etait l'independance, en partie, je partageais ma vie avec ma moitié que j'aimais.

Je bossais, la nuit je dormais toujours tard, j'ai toujours été le dernier a fermer les yeux. Je me forcais a me reveiller tot pour le boulot…

Cannabis :

Des les premiers mois de vie commune, j'ai fumé du cannabis, sur un délire, puis j'en ai pris un peu plus regulierement pour aider a m'endormir…

Au début il y avait une amélioration, je dormais des le premier fumé, puis avec le temps, j'augmentais la dose,

En me laissant divertir un peu plus de temps devant la tv ou l'ordinateur, et donc de laisser l'heure tourner,

Je me couchais cette fois avec deux a trois roulés fumés jusqu'a 4h du mat puis dodo difficile pour un reveil a 8-9h, globalement de mauvaise humeur le matin, de grosses cernes, j'etais moins souriant, moins rapide au boulot, plus content de retrouver la maison le soir que d'être la a performer au boulot.

Parfois je fumais entre amis, mais je me sentais pas toujours tres bien, biensur il y a eu quelques bons moments d'eclats de rires, de delires mais ça s'arrete la.

Je n'avais pas d'activité sportive, et deja plus jeune je ne m'y interessait pas, j'etais rondouillet, et a cette epoque ou je travaillais j'etais plus athletique grace au boulot, mais avec le cannabis, les insomnies, et la perte de motivation, j'ai jugé utile de reduire mon temps de travail, pour un peu plus tard… perdre mon emploi.

Je ne dormais plus.

Un peu plus tard, j'ai quitté la femme avec qui je partageais tout. Nous n'avions plus les memes attentes, et aussi je reconnais qu'elle ait peut être pu ne pas supporter mon inactivité, professionelle j'entends.

Je suis rentré chez mes parents, j'etais satisfait et heureux de retrouver ma famille, j'etais changé, avec des acquis de responsabilités qui me permettaient d'être plus aidant a la maison et plus présent, communiquant.

J'ai réalisé l'importance des etres qui nous sont chers.

J'ai continué a fumer le cannabis, sans emploi, sans direction precise, puis un jour, nous avons fait une prise excessive de cannabis, d'herbe.

J'etais au plus mal, je me sentais beaucoup trop mal, je realisais que je n'etais pas heureux, que tout ces sourires, ces gentillesses, ces politesses excessives cette extrasociabilité affichée, transformée en timidité extreme dans certains contextes me faisait prendre conscience que j'avais un probleme de fond, un probleme important de personalité,

Je ne m'epanouissais pas, de TOUT ce que je faisais, meme si j'en avais l'air.

J'ai réalisé que je ne controlais pas ma vie, que mes choix n'etaient pas miens, que je me laisser emporter par les vagues au lieu d'utiliser le voilier vers une direction précise.

Je ne me sentais pas naturel, homme.

Arrêt :

Rentré chez mes parents de cette aventure et quelques jours apres je cogitais beaucoup sur moi meme ma relation avec les autres, avec moi-meme, mon ex femme.

J'ai décidé de prendre ma vie en main.

J'ai subitement arreté le cannabis et la cigarette…

Hyperactivité :

Apres avoir stoppé les habitudes nuisantes a ma santé, je devais m'occuper, compenser ce manque par d'autres nouvelles habitudes.

J'ai décidé de consacrer plus de temps au sport, je me reveillais de plus en plus tot pour nager, puis le soir a pédaler en ville, j'ai acheté un vélo.

J'etais actif, tres actif, j'ai connu le calme grace aux repos mérité apres tant d'efforts le jour.

Ce calme, ce bien être, sentir sa respiration, les parties du corps qui se reposent, une sensation de fourmillements tout le long du corps,

Ma façon de parler, ma voix a changé, mes gestes, mon regard, mes yeux etaient comme illuminés, j'etais réveillé… avec le recul aujourd'hui peut être un peu trop, mes activités se sont accelérés, les relations sexuelles et les rencontres se sont multipliés, mes idées fusaient, j'etais ancré dans le présent,

Le acteurs du présent en ma présence étaient parfois largué de mon effervescence fusionné au calme, a cette attitude sereine.

Je respirais mieux,

Mon corps s'est transformé, j'ai gagné en confiance,

J'étais écouté de toute les oreilles quand j'ouvrais la bouche, au bon moment, jamais sans artifices, mais quelque part, mon ancien état voulait refaire surface,

Je m'en empechais, je rester la, présent.

Je dormais tres peu, moins qu'avant, par moment j'avais un sommeil reparateur, je recuperais tres rapidement, j'etais stupefait de ma bonne humeur meme apres 4 heures de sommeil, j'etais actif, en fait.

Je me rappelle d'une croyance faite dans ces moments :

Quand je suis réveillé, je profite minutieusement et activement du moment présent, car le seul moment de récuperation se fait la nuit, donc je me dois de donner le meilleur de moi meme et être creatif, et communiquer ma bonne humeur a mon entourage pour mieux echanger.

Une croyance peut être utopique sur le long terme finalement,

Pourtant j'etais doté d'un optimisme sans pareil,

Si tu te baladais a mes cotés, sois sur que chaque minute serait une aventure, sans ennui, je me refusais l'ennui, et je ne voulais jamais la faire ressentir a la personne face a moi.

Un jour, un jour important, un oncle lointain est décedé ; je devais m'y rendre, et juste avant je me suis brouillé avec mon pere qui m'attendait pour nous rendre chez la famille de mon oncle.

J'etais retardé, et je me suis donc rendu à vélo, me prenant pour un surhomme pourtant je devais parcourir environ 25 kilometres, et sur la route, je fais un accident, je m'ejecte en pleine route à 25 metre au loin aux bords de Seine.

Je me foule la cheville et je me blesse au genou, peau ecorchée la rotule presque visible. Je juge la situation peu importante par rapport a la perte d'un être cher.

Je reprends mon vélo et me rend chez la famille, l'air de rien.

Dépression :

Apres ce jour, je boitais.

Je ne suis pas allé voir de medecin. J'ai laissé coulé.

Je restais chez moi, je me reposais.

J'ai arrété toute activité d'effort, je ne sortais plus.

Je ne voyais plus personne.

Plus le temps passait, plus je me sentais mal,

Cette illumination sur mon visage avait disparu,

Je n'avais plus cette présence pétillante, et la faire profiter a mon entourage.

Un soir je me brouille avec mon pere me reprochant de ne pas savoir communiquer avec les gens et lui car je ne sais pas l'ecouter, et autre chose que je ne veux pas dévoiler ici, et comme je sais mon pere avoir fait des etudes superieure de sociologie, et le peu de rapport que j'avais avec mon pere, que lorsqu'il me parlait je prenait tres au serieux tout ce qu'il me dit car il ne parlait jamais pour ne rien dire, toujours l'essentiel, c'etait frappant ; alors c'est lorsqu'il m'a dit cela que je me suis remis en question et a ne plus l'ouvrir en sa présence, et je ne voyais que lui, car je ne bougeais pas, et le soir, il s'enervait sur moi je ne l'ouvrais pas, c'est mon pere, le respect se doit, Croyance ancrée de mon éducation, merci maman.

Je perdais pied, ne savait plus comment me comporter, ça ma chamboulé,

Et je suis de nature a ne pas trop dévoiler ma vie, parler de mes problemes, je sais pas, je ne sais pas le faire, quand je le faisais, quand j'etais ado, on me prenais par la pitié, et des potes me disaient souvent :

'on dirait que tu nous devoile une verité sur toi, tellement t'en parle franchement' de façon de dire qu'on est pas la pour parler des problemes ou autre.

Je pensais avoir beaucoup d'amis, mais non,

J'en ai tres peu.

J'avais un ami de qui j'etais tres proche, il était tres gentil, mais trop timide, parfois opposé a moi, car j'affichais parfois une extrasociabilité que mon entourage enviait, me regardaient comme un extraterrestre, on me l'a meme demandé 'comment arrive tu a être aussi a l'aise avec les gens' ;

Je sympathisais tres facilement. D'un autre coté je pouvais être tres timide, j'ai remarqué que cela.
  Lire la suite de la discussion sur doctissimo.fr


24923
b
Moi aussi !
61 personnes ont déjà vécu la même histoire

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.



Commentaires pour cette histoire  Ajouter un commentaire

Par izenyms | le 25/08/13 à 23:11

toi mon pote je pense que t est surtout un percécuter!!!!

Histoires vécues sur le même thème

Gros choc - histoires d'amour

image

Alors tout d'abord, Redbluesky, notre histoire est extrêmement différente. Le garçon de mon histoire n'est ni alcoolique, ni drogué. J'ai peut-être un point de vue particulier sur la question, mais fumer un pétard avec ses potes, même si perso...Lire la suite

Familles natures et cannabis

image

Euh je pense que c'est comme l'alcool ça dépend beaucoup des personnes, et aussi de ce qu'il y avait dans le joint… Perso après avoir fumé même pas un joint entier (a priori un truc fort j'en conviens) j'ai été assez défoncée pour ne même...Lire la suite


 

Témoignages vidéos
Philippe, ancien toxicomane
Sur le même thème
Confession d'un ancien drogué
Voir tous les  autres témoignages