Histoire vécue Addictions - Dépendances > Cannabis      (1008 témoignages)

Préc.

Suiv.

La consommation de cannabis augmente avec son mal-être

Témoignage d'internaute trouvé sur femina
Mail  
| 690 lectures | ratingStar_229149_1ratingStar_229149_2ratingStar_229149_3ratingStar_229149_4
Je crois qu'il faut moduler le propos il convient de différencier l'usage de ce toxique par un ado (encore en développement) et un adulte ainsi que son mode de consommation. les études scientifiques étudient les sujets addictés, c'est à dire ayant une consommation régulière et importante un ado sera perturbé par cette consommation, qui de plus est souvent massive et se tourne vers cette consommation pour pallier à un problème psychologique le plus souvent (ce pourquoi sa consommation va grandissant car son mal être ne se règle pas) cela va être d'autant plus grave s'il en consomme massivement, c'est à dire un mode de consommation de drogue ''dure' comme avec les ''bang' ou ''pipes à eau'' où la dose ingérée est très importante, ou avec beaucoup de joints (du matin au soir, parfois jusqu'à plus de vingt par jour), là la dépendance est comme celle des drogues dures pour un adulte, les choses sont différentes car son développement est fini, là encore la consommation, comme pour l'alcool peut être une fuite de la réalité et cacher d'autres problèmes et donc amener à une consommation ''dure'' par contre, chez qqun de stable, une consommation occasionnelle, comme on peut prendre l'apéro le dimanche ou en cérémonie (effet culturel qui fait que c'est très bien accepté d'ailleurs pour l'alcool), n'est en principe pas à diaboliser, c'est la dépendance qui doit être surveillée ou alors les prises de risques associées (mélange avec l'alcool, prendre le volant, etc.... qui sont très dangereux et non pas comme j'ai pu lire ailleurs permettre une meilleure attention et donc conduite!!) enfin, il n'y a pas de syndrome de sevrage avec une consommation ''douce'' mais le sevrage révèle l'angoisse masquée par la prise de ce stupéfiant, et il y a donc des effets psychologiques on peut s'inquiéter par contre des modes de consommation dits ''durs'' de cette drogue, comme du fait qu'en hollande on s'acharne de plus en plus à augmenter le taux de THC (molécule en cause) afin d'arriver à des taux proches de drogues dures, comme du fait que de plus en plus les résines sont coupées avec d'autres produits dangereux comme d'autres drogues type héroïne et donc causer un mode d'entrée vers une consommation de ces autres drogues où la dépendance est dure et immédiate
  Lire la suite de la discussion sur femina.fr


229149
b
Moi aussi !
1 personne a déjà vécu la même histoire

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

Gros choc - histoires d'amour

image

Alors tout d'abord, Redbluesky, notre histoire est extrêmement différente. Le garçon de mon histoire n'est ni alcoolique, ni drogué. J'ai peut-être un point de vue particulier sur la question, mais fumer un pétard avec ses potes, même si perso...Lire la suite

Familles natures et cannabis

image

Euh je pense que c'est comme l'alcool ça dépend beaucoup des personnes, et aussi de ce qu'il y avait dans le joint… Perso après avoir fumé même pas un joint entier (a priori un truc fort j'en conviens) j'ai été assez défoncée pour ne même...Lire la suite


 

Témoignages vidéos
Philippe, ancien toxicomane
Sur le même thème
Confession d'un ancien drogué
Voir tous les  autres témoignages