Histoire vécue Addictions - Dépendances > Drogues      (1046 témoignages)

Préc.

Suiv.

Comment sortir quelqu'un de la drogue ?

Témoignage d'internaute trouvé sur e-sante
Mail  
| 1843 lectures | ratingStar_119918_1ratingStar_119918_2ratingStar_119918_3ratingStar_119918_4

Lorsque je prenais beaucoup de drogue, j'essayais par tous les moyens de satisfaire mon bien-être. Ce bien entre venait d'un facteur extérieur en l'occurrence d'une substance et parfois de plusieurs. Cela a duré plusieurs années et donc m'a inconsciemment éduqué à la trouver, à chaque fois que le besoin se faisait ressentir. Je peux l'expliqué simplement le temps est un facteur qui génère des habitudes, des réflex. En faite notre mémoire opère de manière mécanique. Nous avons appris à nous droguer, donc nous détenons un savoir. Notre cerveau réagit un peu à la manière d'un ordinateur, vous entrez une information puis vous pouvez là consulté autant de fois qu'il vous plait. Rappelez lorsque vous étiez à l'école, une poésie enseignée, puis apprise est ainsi récitée. Cela s'appelle un effet mécanique de la mémoire. Quand vous pensez a la drogue, vous réagissez de manière mécanique, vous cherchez, obtenez, consommé sans fin un peut comme si vous tourniez autour d'un rond-point, sans jamais prendre une direction autre que celle qui assouvi votre besoin, de vivre dans une réalité virtuelle. Inutile de vous dire que j'ai épuisé tous mes bons amis et semer par la même occasion un bordel immense dans mes relations familiale et sociale. En effet, je me suis comporté ainsi et je vous assure que j' avais conscience de susciter autant de mal, d'inquiétude, d'angoisse. J'appelle ça aujourd'hui des dommages collatéraux. Le problème était le suivant, j'avais toujours de bonne raison de croire en ma position, car d'une certaine manière la drogue m'avais appris a ne plus observé de critique sur moi, mais a répercuté, justifié l'origine de mon mal-être sur les autres. Parfois, j'avais du regret sur ce que je faisais, mais tous disparaissaient une fois que je consommais. Vraiment j'étais imbriqué vers un seul but, vivre la sensation que produisait la drogue. Quand on se drogue, il est plus facile de critiquer les autres que de scruter soit même son propre jugement. Mais voilà la drogue contient son lot de différence et par conséquent tous les êtres qui chute dedans ont chacun, chacune un vécue qui met en cause son usage de façon diverse et varié. De fait, une chose est sur, plus cela dur longtemps, plus il est difficile de décrocher. En conclusion, vous devez non pas décidé de prendre prendre une autre direction, comme ça a la va-vite, mais réfléchir et concevoir la ou vous voulez allez, sans jamais vous mentir. On se dit bien assez souvent, je fais ce que je veux, quand je veux. Que voulez-vous faire à part penser à arrêter ? Nous ne pouvons pas nous substitués au mal que l'on a devant nous. Nous faisons de notre mieux ce que nous sommes pour dire que sans drogue ou autre, la joie de vivre existe .
  Lire la suite de la discussion sur e-sante.fr


119918
b
Moi aussi !
Vous avez peut-être vécu la même histoire ?

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

Enfin, j'en parle. - psychologie et comportement

image

Bonjour tout le monde. Je m'apelle Sarah, je viens d'avoir 17 ans. A vrai dire je me surprend de poster ce message, car je viens de m'inscrire et je me suis toujours répétée que ce genre de forums n'étaient pas fait pour moi. Bref, me voila...Lire la suite

Comment agir, se comporter ? - alcool, drogue... : vivre avec un dependant

image

Salut à tous, Je suis avec mon amie depuis un peu plus d'un an, moi 30 ans, elle 25, nous vivons chacun chez nous. Depuis, le début, la relation est enrichissante et nous sommes heureux ensemble et voulons continuer tous les deux. Bref, bonne...Lire la suite


 

Témoignages vidéos
Philippe, ancien toxicomane
Sur le même thème
Ma désintox Douzième Jour
Confession d'un ancien drogué
Voir tous les  autres témoignages