Histoire vécue Addictions - Dépendances > Drogues      (1046 témoignages)

Préc.

Suiv.

En me droguant, je me tue petit à petit : que faire ?

Témoignage d'internaute trouvé sur doctissimo
Mail  
| 582 lectures | ratingStar_202591_1ratingStar_202591_2ratingStar_202591_3ratingStar_202591_4

Je suis un jeune lycéen dans le général, j'ai 17ans. Depuis que je suis tout petit j'ai eut une vie de misère. Lorsque j'étais petit, mon père me tapais, il ne m'a jamais aimé, et a toujours préféré ma soeur. Ma mère ne s'est presque jamais opposé à ça. Arrivé à l'age de 11 ans, j'en suis arrivé à supplier ma mère de divorcer, je voulais partir le plus loin possible. Arrivé aux alentours de 12 ans (par là) , mon père nous a un soir viré (ma soeur et moi) de la maison, en nous disant de ne jamais revenir et de ne plus l'appeler père, qu'il ne considéré pas avoir d'enfants.

Nous sommes allé habité chez ma mère. J'ai alors commencé à sortir du moule, à vouloir existé (je pense). J'ai commencé le skate, la fume, l'alcool, sous prétexte qu'on avait qu'une vie. M'enfin bon, c'était encore innocent, 2/3 joint par ci par là, rien de quoi alertant. J'ai commencé à être très violent ac ma mère et ma soeur. J'ai fait quelques TS. Suite à ça, 2/3 ans après, il a repris contact avec nous, cela n'a pas marché, ma soeur et moi avons dut fuguer. Arrivé aux alentours de 14/15 ans, je me suis rendu compte que j'étais un connard et j'ai arrêté de me comporté de la sorte avec ma mère. De toute facon c'est trop tard, le contact physique n'existe plus, je ne lui fait même pas la bise en me levant les matins. On se supporte. C'est tout. J'ai été donc plongé assez tôt dans le monde de la drogue, j'ai vu un ami mourrir d'OD de méta, etc…

Bref. Un "beau" jour, mon meilleur ami et partit habité à 5oo bornes chez son père. Je le considérait comme mon frère, ma seule famille (je suis toujours en contact ac lui, il m'arrive de passer le voir). Ce jour la n'est d'ailleurs pas si loin, ce fut il y a 1o mois. Je me suis donc retrouvé seul. C'était lui qui me rattaché à la bande de copain on va dire. J'ai donc décidé de passer à autre chose. Je me suis renfermé 1 mois sur moi même, je prenais ma gratte, je grattouillais tout seul dans ma chambre. Puis j'ai voulu me "resocialisé". Ce fut le drame. J'ai rencontré des gens qui fumait beaucoup plus que moi. J'appris très vite à caller des douilles. Au bout de 2/3 mois après cette rencontre, je rentrais les soirs (alors que je me prenais mon car à 7h2o) à 2h / 2h3o du mat. J'étais devenu un zombi au lycée, l'ombre de moi même, et encore. Il m'arrivait de prendre mon geu et d'aller m'enfiler des douilles à la récré. Je suis même devenu le plus gros fumeur de la bande, un vrai gouffre à shit. Vers le mois de Mars / Avril de cette année, ma mère fut informé de la consommation (on ne cache rien éternellement à ses parents). Ma mère ne gronda pas, ne me punit pas. Elle m'a juste pris des rendez-vous ac une infirmière et un médecin pour arrêter ça. J'ai écouté ce qu'ils ont eut à me dire. J'en ai tenu compte (bien que j'allais à mes rendez-vous complètement déchiré). J'avais conscience que je me tuais petit à petit. Le 9 juillet, je devais à mon tour déménager (ma soeur ayant un an de plus que moi, elle rentre actuellement en fac). On est donc partit ma mère ma soeur et moi habité à Lyon. Avant de partir (pour vous dire a quels points j'étais fou) , on a décidé d'aller en festival. Le 4/5/6 juillet on est donc aller au Oulala. Je me suis alors pris une défonce rarissime. J'ai mélangé sauge/beuh/trip. Ce fut mémorable. Redescente difficile. Ainsi, depuis le 9 juillet, je ne fume plus de shit. Je suis devenu dépressif (plus qu'avant). Je ne vois personne, je ne sais pas quoi faire de mes journées. J'ai souvent envie d'aller trouver un dealer histoire de me défoncer le crâne. Je veux devenir quelqu'un de bien, quelqu'un de normal, métro/boulot/dodo. Aidez moi svp ! Que pensez vous de mon parcours ? Que me conseillez vous maintenant ? Je suis perdu, c'est si dur de redevenir quelqu'un de normal quand je sais de quoi sont capable les gens. Pour moi un drogué est quelqu'un de courageux (non, la vie de drogué n'est pas une vie facile). Je n'ai plus la force de faire face aux gens "normaux", plus la force de défendre mes opinions vis-à-vis d'eux. Je suis vraiment perdu. Je sais pas où j'en suis, je me pause trop de question !! Help please !! Je recommence à avoir des idées suicidaires… Je veux être quelqu'un de bien !! Merci de vos réponses et d'avoir lu ce long message !! PS : J'ai raconté tant de blabla pour que vous puissez cerner la personne qui vous parle, et j'spr que mon expérience servira à des gens !! Je pense que chaque personne est un mur, et que chaque nouvelle rencontre nous apporte une nouvelle brique, permettant donc de nous consolider.
  Lire la suite de la discussion sur doctissimo.fr


202591
b
Moi aussi !
Vous avez peut-être vécu la même histoire ?

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

Enfin, j'en parle. - psychologie et comportement

image

Bonjour tout le monde. Je m'apelle Sarah, je viens d'avoir 17 ans. A vrai dire je me surprend de poster ce message, car je viens de m'inscrire et je me suis toujours répétée que ce genre de forums n'étaient pas fait pour moi. Bref, me voila...Lire la suite

Comment agir, se comporter ? - alcool, drogue... : vivre avec un dependant

image

Salut à tous, Je suis avec mon amie depuis un peu plus d'un an, moi 30 ans, elle 25, nous vivons chacun chez nous. Depuis, le début, la relation est enrichissante et nous sommes heureux ensemble et voulons continuer tous les deux. Bref, bonne...Lire la suite


 

Témoignages vidéos
Philippe, ancien toxicomane
Sur le même thème
Ma désintox Douzième Jour
Confession d'un ancien drogué
Voir tous les  autres témoignages