Histoire vécue Addictions - Dépendances > Drogues      (1046 témoignages)

Préc.

Suiv.

entre dépendance psychologique et dépendance physique

Témoignage d'internaute trouvé sur aufeminin
Mail  
| 636 lectures | ratingStar_47462_1ratingStar_47462_2ratingStar_47462_3ratingStar_47462_4

Ça fait qques temps que j'évite ce post (par ailleurs un vieux post). J'y trouve beaucoup de bétises (dsl) de gens qui croient savoir parce que eux n'ont rien, mais qui se trompent sur le fond je crois.

Une personne très proche vit la même chose (en gros) que la soeur de Nadanad. Je vous donne mon témoignage, qui relève de choses observées de visu.

>>Question dépendance physique :

Oui il y en a une (sinon pourquoi classe-t'on le joint dans les drogues ? ) Bien entendu je ne parle pas des gens raisonnables qui fument de temps en temps lors d'une soirée ou pour se détendre chez eux… Je parle des gros fumeurs qui fument leurs joints comme d'autres leurs clopes, qui les rallument à la chaîne… Là oui il y a une dépendance. Et oui ça démolit la santé. C'est extrèmement nocif pour les poumons (on s'en aperçoit plus vite qu'avec la clope) et pour le cerveau.

J'ai assisté aux hallucinations (je précise d'ailleurs qu'il n'est pas nécessaire d'avoir pris des médocs pour en être sujet, j'ai vu une personne sobre à tout point de vue en avoir. Et pour les psychiâtres c'était qque chose de bénin et courant) , aux crises de folie (auto) destructives, aux violentes colères, à la dépression, à la nervosité due au manque, à l'abattement.

>>Question dépendance psychologique etproblèmes sociaux :

Oui il y en a :

1/Etant toujours dans un état second, avec les mouvement ralentis, il devient impossible de travailler, voir d'avoir une vie sociale normale, en dehors de son groupe d'amis fumeurs.

2/De ce fait, et pour ne pas perdre les seuls amis qu'il reste, on s'accroche au "signe de ralliement" encore plus… C'est un cercle vicieux.

3/On devient marginal, pauvre (ça coûte cher) , du coup surveillé par les autorités locales… La petite délinquance n'est pas loin.

J'ai pu voir que même avec de la volonté c'est très difficile de s'en sortir. Non seulement il y a cette dépendance physique (comme pour la clope) mais s'en sortir passe pas se couper de ses amis qui sont toute la vie sociale qu'il reste… Et retrouver au final les problèmes qu'on avait voulu fuir par la drogue.
  Lire la suite de la discussion sur aufeminin.com


47462
b
Moi aussi !
Vous avez peut-être vécu la même histoire ?

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

Enfin, j'en parle. - psychologie et comportement

image

Bonjour tout le monde. Je m'apelle Sarah, je viens d'avoir 17 ans. A vrai dire je me surprend de poster ce message, car je viens de m'inscrire et je me suis toujours répétée que ce genre de forums n'étaient pas fait pour moi. Bref, me voila...Lire la suite

Comment agir, se comporter ? - alcool, drogue... : vivre avec un dependant

image

Salut à tous, Je suis avec mon amie depuis un peu plus d'un an, moi 30 ans, elle 25, nous vivons chacun chez nous. Depuis, le début, la relation est enrichissante et nous sommes heureux ensemble et voulons continuer tous les deux. Bref, bonne...Lire la suite


 

Témoignages vidéos
Philippe, ancien toxicomane
Sur le même thème
Ma désintox Douzième Jour
Confession d'un ancien drogué
Voir tous les  autres témoignages