Histoire vécue Addictions - Dépendances > Drogues      (1046 témoignages)

Préc.

Suiv.

Je suis conscient que les drogues me détruisent, je décide d'arrêter

Témoignage d'internaute trouvé sur doctissimo
Mail  
| 655 lectures | ratingStar_202545_1ratingStar_202545_2ratingStar_202545_3ratingStar_202545_4

Il ne sera fait aucune apologie de la drogue, le sujet restera centré d'un point de vue médical et psychologique de la prise et du sevrage de l'héroîne et du subutex. En 1999, suite à un choque émotionnel et en total contradiction avec mes principes, je prends pour la première fois de l'héroîne. S'il m'arrivait de consommer régulièrement du haschich, de fortes quantités d'alcool le week-end, jamais ses drogues m'ont permis de relativiser, voir carrément zapper, mes "démons" à un tel point que n'a pu le faire l'héroîne. Très rapidement je me suis retrouvé accroc à l'héroîne avec des quantités et qualités allants crescendos, passant de la consommation par voie nasal à l'injection, de 2-3g / j à 5-8g / j. Au bout d'un an j'ai commencé à couper contact avec ma famille, mes amis, étant la plupart du temps dans des états que je qualifierai de "zombi". En revanche, je me suis mis à côtoyer un grands nombres de toxicomanes, dealers, grossiste etc. D'un poste a hautes responsabilités avec des possibilités d'évolutions je suis passé à narcotraficant. De nature calme et posé je suis devenu violent et incontrôlable. A une époque où j'avais tout à gagner je me suis perdu. Cinq ans d'héroîne, quatre ans de Subutex. A ce jour traitement de subutex 16mg/j, par voie intraveineuse. Un mot sur la violence Je ne peux pas expliquer ma violence, a des moments j'ai complètement pété les câbles. C'est comme si je n'étais pas moi-même, je ne maîtrise plus rien, quand ça retombe et seulement, à cet instant je réalise l'ampleur et les conséquences de mes actes, qui inexorablement s'avère être une catastrophe. J'ai fait souffrir des personnes envers qui j'éprouvais des sentiments sincères. Si j'ai eu honte de moi, si je me suis méprisé, si je me suis fait peur, je ne comprends toujours pas comment j'ai pu entrer dans des moments de tels délires et surtout pourquoi j'ai été incapable de me contrôler, le visage radicalement transformé par la haine ou la colère. Frôlant la catastrophe a plusieurs reprises. Avec le temps j'ai seulement été capable de me reprendre, d'augmenter ma résilience face aux montés de colères, mais je sais qu'à ce jour je peux encore déraper. Je pense que cela est dut au subutex, car avant cela ne m'arrivait jamais, j'ai toujours su exprimer mes sentiments avec des mots. Encore à ce jour je suis pleinement conscient que la violence physique ne peux rien résoudre, sauf à se défendre d'elle-même. Je suis obligé de bannir toute relations "profonde" tant que je serais ainsi. A ce jour et dans l'espoir d'enfin me retrouver "sain", je stops le Subutex. N'ayant connu que le manque de l'héroîne il y a de ça plusieurs années, j'ai lu les expériences de certains qui ont tenté ou ont décrochés. Je m'attends donc à des insomnies, maux de ventre / diarrhées, courbatures, impatiences, transpirations et ce que je redoute le plus, ces moments de grands vides dues au geste de se piquer. Je détaillerai mon expérience personnelle quand aux effets du manque et la résultante de l'arrêt, les changements perçus.
  Lire la suite de la discussion sur doctissimo.fr


202545
b
Moi aussi !
Vous avez peut-être vécu la même histoire ?

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

Enfin, j'en parle. - psychologie et comportement

image

Bonjour tout le monde. Je m'apelle Sarah, je viens d'avoir 17 ans. A vrai dire je me surprend de poster ce message, car je viens de m'inscrire et je me suis toujours répétée que ce genre de forums n'étaient pas fait pour moi. Bref, me voila...Lire la suite

Comment agir, se comporter ? - alcool, drogue... : vivre avec un dependant

image

Salut à tous, Je suis avec mon amie depuis un peu plus d'un an, moi 30 ans, elle 25, nous vivons chacun chez nous. Depuis, le début, la relation est enrichissante et nous sommes heureux ensemble et voulons continuer tous les deux. Bref, bonne...Lire la suite


 

Témoignages vidéos
Philippe, ancien toxicomane
Sur le même thème
Ma désintox Douzième Jour
Confession d'un ancien drogué
Voir tous les  autres témoignages