Histoire vécue Addictions - Dépendances > Drogues      (1046 témoignages)

Préc.

Suiv.

Tour de France et dopage

Témoignage d'internaute trouvé sur france2
Mail  
| 1757 lectures | ratingStar_57332_1ratingStar_57332_2ratingStar_57332_3ratingStar_57332_4

DOPAGE – Pour le médecin du sport, auteur du Dictionnaire du dopage, la consommation de cocaïne dans le sport ne relève pas seulement d'un aspect festif…

 

Auteur du Dictionnaire du dopage, Jean-Pierre de Mondenard dénonce l'hypocrisie qui règne dans le monde sportif quant à la consommation de cocaïne…

 

Quand on parle de cocaïne dans le sport, faut-il comprendre dopage ?

Oui, évidemment. La cocaïne est un stimulant du système nerveux central. Elle donne la "niaque" . Quand on joue au tennis, on ne connaît plus le petit bras. Dans les années 1970, une star du baseball américain disait que lorsqu'il jouait sous coke, il avait la clé du match et se sentait imbattable. Il faut savoir qu'avant d'être consommé par les drogués, ce produit était utilisé par les athlètes. C'est l'un des plus anciens dopants. Au XVe siècle, au Mexique, on mangeait des feuilles de coca avant d'entamer de longues marches.

 

Aujourd'hui, c'est pour de longs entraînements ?

Quand on a 25 ans, qu'on a du pognon, des femmes, et qu'on doit aller s'entraîner plusieurs heures tous les jours… A un moment donné, ce n'est pas étonnant de prendre de la coke. On sait où cela a entraîné certains coureurs, comme Pantani ou Vandenbroucke. Il ne faut pas non plus oublier que la cocaïne est l'un des produits qui composent le pot belge. C'est un stimulant qui est consommé comme l'éphédrine. Maintenant, quand un coureur est pris à la cocaïne, il ne dira jamais qu'il a cherché à se doper. Il répondra qu'il voulait faire la fête. C'est plus valorisant. On refuse l'amalgame entre cocaïne et dopage mais dans le peloton, je peux vous assurer que ça fait bien rire."

 

Vous ne croyez pas au mythe du sportif fêtard ?

Ils peuvent prendre de la cocaïne pour être libérés, dire des c*******. Mais toutes les dépendances des sportifs naissent d'une consommation de ces drogues de la performance. Le risque, ce sont les effets secondaires. Personnellement, je soigne beaucoup de sportifs de haut niveau qui ont soudainement des bosses sur le crâne, des tumeurs, ou qui développent une gynécomastie avec l'apparition d'une poitrine féminine. On les repère assez vite sur les podiums.

 

En cyclisme, la cocaïne est interdite en compétition, mais autorisée à l'entraînement. Ça paraît aberrant.

C'est évident. D'ailleurs, c'est la justice belge qui mène une enquête sur Boonen. Pas l'UCI ou l'AMA qui n'ont rien à lui reprocher pour l'instant. Il y a quelques années, Jan Ullrich a été pris à l'ecstasy de la même façon. Il a dit qu'il avait pris ça en boîte, pour sortir de sa dépression. Qui y a vraiment cru ?

 

Propos recueillis par R.S.

 

Et dire que certains fustigent des coureurs qui n'ont jamais ete pris pour topage ou qui representent le cyclisme d'hier, et font la sourde oreille ou prennent la defense d'un coureur qui represente le cyclisme de demain et donne une image desatreuse de ce sport au jeune publique.Il serait temps de revoir les prioritées amis belgofranchouillards.Heureusement les organisateurs  du tour de france jusque la, objectifs, eux savent reconnaitrent les prioritées.

 

Boonen est un drogué, dopé, cocaïnoman qui nuit au cyclisme professionnel et au sport en général, n'en déplaise aux belgofranchouillards, on devrait lui retirer une bonne partie de ses victoires acquises en trichant.

 

Du point de vue  des instances du dopages et juridictionnel , Boonen avait l'obligation de na pas récidiver dans les trois ans après son premier controle positif. Aujourd'hui c'est son troisieme controle positif a la cocaine et il n'a toujours pas ete sanctionné par l'UCI . (serait il favorisé par les instances du cyclisme internationnals ou + encore ? )

De plus en Belgique, la possession de cocaïne est punissable d'une peine de prison de 3 mois à 5 ans et d'une amende de 1 000 à 100 000 euros. Aucune sanction non plus de ce coté là. Boonen doit avoir de très bons avocats et a surtout eu beaucoup de chance de ne pas subir un contôle pendant une epreuve et retrouver la blanque de sa cam.
  Lire la suite de la discussion sur france2.fr


57332
b
Moi aussi !
Vous avez peut-être vécu la même histoire ?

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

Enfin, j'en parle. - psychologie et comportement

image

Bonjour tout le monde. Je m'apelle Sarah, je viens d'avoir 17 ans. A vrai dire je me surprend de poster ce message, car je viens de m'inscrire et je me suis toujours répétée que ce genre de forums n'étaient pas fait pour moi. Bref, me voila...Lire la suite

Comment agir, se comporter ? - alcool, drogue... : vivre avec un dependant

image

Salut à tous, Je suis avec mon amie depuis un peu plus d'un an, moi 30 ans, elle 25, nous vivons chacun chez nous. Depuis, le début, la relation est enrichissante et nous sommes heureux ensemble et voulons continuer tous les deux. Bref, bonne...Lire la suite


 

Témoignages vidéos
Philippe, ancien toxicomane
Sur le même thème
Ma désintox Douzième Jour
Confession d'un ancien drogué
Voir tous les  autres témoignages