Histoire vécue Addictions - Dépendances > Médicaments      (316 témoignages)

Préc.

Suiv.

Effets longue durée et sevrage Effexor

Témoignage d'internaute trouvé sur e-sante 24 ans
Mail  
| 3951 lectures | ratingStar_120262_1ratingStar_120262_2ratingStar_120262_3ratingStar_120262_4

Selon mon expérience personnelle, voici mes principaux conseils : * Le sevrage radical est très dangereux * Les anti-dépresseurs et l'alcool font bien mauvais ménage * Il faut être prêt, il faut être *motivé* à s'en sortir, pour se sevrer * Ne laissez pas votre médecin/psychiatre augmenter votre dose trop facilement Il y a une semaine, j'ai entamé un sevrage forcé de mes Effexor 150 mg après les avoir jetés à la toilette sur un coup de tête. Comme je suis en voyage dans un pays étranger, ça m'a pris presqu'une semaine pour en avoir d'autres. Croyez-moi, le sevrage radical est très dangereux. Je ne pourrais décrire par de simples mots l'enfer que j'ai vécu durant la semaine qui vient de passer. Je pouvais à peine fonctionner, j'étais un vrai légume. Jamais je n'aurais pu remplir la moindre obligation professionnelle ou familiale. Je n'ai aucun doute que plusieurs suicides ont lieu lors de sevrages aussi radicaux. Aussi, n'oubliez surtout pas que les anti-dépresseurs et l'alcool font bien mauvais ménage. C'est le lendemain d'avoir viré une brosse (pris une cuite) , que j'ai jeté mes Effexor. Je suis tout à fait d'accord avec tous ceux qui disent que ces médicaments sont une drogue qu'il faut éviter le plus possible de consommer. Mais pour plusieurs personnes, c'est une béquille pratiquement essentielle pour arriver à s'en sortir. Personnellement, j'ai toujours été contre toute forme de médicaments chimiques, mais j'ai dû commencer à prendre des anti-dépresseurs car c'était rendu une question de survie. Comme les anti-dépresseurs ne sont qu'une béquille pour parvenir à se relever, c'est très important d'entreprendre une thérapie en psychologie et/ou psychiatrie en parallèle avec la médication, et de se sevrer le plus tôt possible lorsqu'on se porte suffisamment bien. Mais je crois qu'il faut faire attention de ne pas se sevrer trop tôt non plus, que ce soit radicalement ou non. Il faut être prêt, il faut être *motivé* à s'en sortir, pour se sevrer. Quand j'ai jeté mes Effexor, je n'avais plus aucune motivation pour continuer à vivre, donc c'était impossible que je puisse surmonter les difficultés du sevrage. Je suis sûr par contre que si j'avais eu une motivation très forte, j'y serais parvenu, que le sevrage ait été progressif ou même radical. Le témoignage de Nat, notamment, démontre bien que c'est possible. Mais ça dépend aussi de la dose que vous prenez et depuis combien de temps. Nat a arrêté du jour au lendemain, mais après seulement 5 semaines de traitement, et probablement qu'elle prenait une petite dose. Après 4 mois à 150 mg, les 10 jours d'enfer qu'elle a vécu s'étireraient sans doute sur plusieurs semaines. Mieux vaut donc y aller molo, à mon avis. Un dernier point. Ne laissez pas votre médecin/psychiatre augmenter votre dose trop facilement. Je suis passé de 75 à 150 après une première rencontre d'à peine 45 minutes avec un psychiatre qui ne m'avait jamais rencontré. Je suis convaincu que c'était une erreur, car j'étais OK à 75, et je m'aperçois avec le recul qu'à 150 les effets secondaires indésirables de l'Effexor étaient devenus plus néfastes par rapport aux bénéfices…
  Lire la suite de la discussion sur e-sante.fr


120262
b
Moi aussi !
5 personnes ont déjà vécu la même histoire

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

La dependance et son resultat ! - dependance aux medicaments

image

Je ne savais pas trop où mettre ce message. J'aurais pu le mettre dans Anxiolytiques/Anti-dépresseurs​, sur Coup de Gueule (parce que ce qui arrive me met en colère) aussi. Je poste donc ici pour expliquer "mon" problème et en quelque sorte...Lire la suite

Aidez moi svp je suis trop mal

image

C vrai que je ne veux pas être dépendante affective et oublier tout le reste, d'ailleurs je me suis mis à dessiner des portraits de mon meilleur ami et je suis contente de moi ! (avant d'avoir lui ton mail) Pour ce qui est de partir, mon job me...Lire la suite


 
Voir tous les  autres témoignages