Histoire vécue Addictions - Dépendances > Médicaments      (316 témoignages)

Préc.

Suiv.

Je refuse de prendre des antidépresseurs

Témoignage d'internaute trouvé sur doctissimo
Mail  
| 5773 lectures | ratingStar_53225_1ratingStar_53225_2ratingStar_53225_3ratingStar_53225_4

Je suis actuellement en dépression depuis 1 mois suite à une déception amoureuse (l'élement déclencheur en fait).

Suite à celà, mon médecin généraliste m'a prescrit du Séroplex 10mg que j'ai arrété au bout de 2 jours.

Je n'en supportais pas les effets (somnolence, perte d'appétit, de libido, de concentration, d'attention, nausée etc…).

Je lui ai menti en lui disant que je suivais le traitement à la lettre mais que mon état s'améliorait peu. Il m'a alors dirigé vers un psychiatre a qui j'ai dis la vérité et auquel j'ai tout raconté.

Celui-ci à changé mon traitement et m'a prescrit Paroxétine 20mg 1/jr pour ensuite l'augmenter maintenant à 2 prise/jr.

Le problème c'est que je lui mens aussi et que je ne les prends pas du tout.

Pourquoi leur mentir ? Surtout à ton spy !

Dis lui que tu as peur de ces médoc et il te rassurera et t'expliquera comment ça marche, rien de sorcier ?;) ?

Au vu de tout ce qui se dit ici sur ce genre de médicaments, j'ai PEUR de les prendre.

Justement, faut pas lire CE genre de forum.

Ici, il n'y a que concentration de gens qui ont un même but : soit dire que ces médoc sont pas bons, soit autres chose.

Il faut que tu saches qu'à l'extérieur des forums il y a des milliers de gens qui n'ont aucun soucis avec ces médicaments. C'est bien pour ça qu'ils ne viennent pas poster ici pour dire "c'est affreux ! " ?;) ?

Je fais partie des gens qui ont pris ces médoc sans effets secondaires, sans accoutumance.

J'ai arrêté du jour aulendemain parce que j'allais meiux et que j'avais envie de continuer toute seule.

Ces médicaments ont été une béquille non négligeable pour moi :

- ils m'ont détendu (anxiolitique) : du coup, je voyais les choses plus sereinement, j'arrivais à prendre du recul et à résoudre calmement mes soucis.

C'est sûr, au début, les anxiolitiques vont t'assomer car ils agissent + ou - sur les muscles : tout à coup, tous tes muscles vont se détendre et là, tu vas comprendre que depuis des semaines/mois/années, tu ne vivais que sur les nerfs (une fois les nerfs "détendu", tu es tout mou, c'est preuve que c'était les nerfs qui te maintenaient debout).

Au bout de quelques temps, ces effet là s'estompent, et tu te sens juste détentu ?;) ?

- ils m'ont redonné la pêche (antidèp) : ils agissent sur le moral et n'agissent qu'au bout de 15j environ. Petit à petit, sans t'en rendre compte, tu vas reprendre gout à la vie et avoir envie de faire des choses (sport, école, boulot etc etc). Ça sera tellement naturel et normal pour toi, que tu ne penseras pas que c'est les antidèp qui agissent ?;) ?

- somnifère (dodo ? ben c'est simple, pour résumé : mieux tu dors, + tu es en forme, reposé, plus tu avances. C'est hyper important le sommeil ?;) ?

Je sais qu'il y a un danger d'accoutumance, ainsi qu'une période de sevrage (apparemment pas évidente) lors de l'arrêt de ce genre de traitement ce qui est loin de m'encourager aussi.

C'est pas le cas pour tout le monde ?;) ?

Je n'ai pas eu d'accoutumance au stilnox, déroxat, prozac et autres et lorsque j'ai arrêté du jour au lendemain, je ne me suis pas jetée par une fenêtre lol. Par contre, j'avais repris du poil de la bête, j'avais le moral et je me sentais forte ?;) ?.

D'autant plus que je suis dépendant au tabagisme (2 pqt/jr) et que je suis également alcoolique.

Ce que je trouve étonnant, c'est que mon Psy veuilles procéder par étapes : en premier lieu résoudre ce deuil amoureux, et ensuite s'attaquer à ma dépendance à l'alcool. Il ne m'a pas interdit pour le moment de "boire" vu que ce sont les seuls moments où je me sens un peu mieux, jugeant que j'en avais besoin ce malgrès la prise (fictive) d'AD que je suis censé ingurgiter.

Il a tout à fait raison.

1 problème à la fois, sous peine de mal résoudre chacun de tes soucis.

C'est vrai que l'alcool et les médoc ne font pas bon ménage mais si tu respectes la prescription, tu risques juste d'accentuer un peu les effets. Bien sur pas question de prendre la voiture avec alcool et médoc, hein ?;) ?

Par contre, tu peux essayer de te dire : je ne bois pas quand je prends mes médoc, car c'est dangeureux.

Il faut résoudre d'abord la 1° ; chose qui t'a amené chez le psy : l'amour.

On résoud d'abord les problèmes "de surface", pour creuser plus profond : ton alcoolisme par exemple et autre.

J'ai peur qu'en plus de mes deux addictions qui perdurent depuis des années vienne se rajouter celle-ci. C'est la première fois de ma vie que je me retrouve devant des AD et je fais dans mon "froc" !!!

Je vais jeter un pavé dans la marre : l'addiction au médoc est moins grave que tes autres addictions qui te font risquer un cancer, un arrêt cardiaque, un coma et autre à tout moment.

Si les médoc peuvent te faire arrêter le tabac et l'alcool, tu résoudra le problème des médoc après. Mieux vaut 1 problème que 2, non ? ?;) ?

J'avais pensé aussi que peut-être qu'au bout d'un mois avec de la volonté, les choses iraient mieux et que je me reprendrai, mais ce n'est pas le cas. Je suis même au fond du trou, un "légume". Euphorique quand j'ai bu, et un cafard démesuré en période de jeun.

On pense toujours que ça va aller mieux, mais sans une thérapie, les choses ne s'améliore pas malheureusmeent.

Il y a de très bon psychiatres, humains, gentil, à l'écoute et tout. J'en ai croisé 2 et grace à eux, je suis mariée et j'ai 2 beaux enfant ?;) ?

Est-il possible de sortir de cet état sans traitement ?

Non, désolée, je suis presque sûre à 100% que non ?;) ?

Peut-il exister autre chose que la prise d' AD ? Un dépressif doit-il immerédiablement passer par là ?

Personnelement, je pense que c'est utile.

Il faut le voir comme une béquille, AVEC UNE THERAPIE (obligatoire ?;) ?) et pas comme un sale médoc qui va te gacher la vie (au contraire, elle va devenir bientôt rose ?;) ?).

Merci de vos témoignages si une ou des personnes ont pu sortir d'une dépression par d'autres moyens que les anti-dépresseurs car ça c'est sûr, je ne les prendrai pas, je m'y refuse… et j'en ai trop peur.

Dans ce cas là, je ne sais pas quoi te dire ?: (?

J'espère que mes mots au dessus t'auront convaincu.

N'aie pas peur, je suis passée par là, et je m'en suis sortie haut la main !!

Bises.
  Lire la suite de la discussion sur doctissimo.fr


53225
b
Moi aussi !
Vous avez peut-être vécu la même histoire ?

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

La dependance et son resultat ! - dependance aux medicaments

image

Je ne savais pas trop où mettre ce message. J'aurais pu le mettre dans Anxiolytiques/Anti-dépresseurs​, sur Coup de Gueule (parce que ce qui arrive me met en colère) aussi. Je poste donc ici pour expliquer "mon" problème et en quelque sorte...Lire la suite

Aidez moi svp je suis trop mal

image

C vrai que je ne veux pas être dépendante affective et oublier tout le reste, d'ailleurs je me suis mis à dessiner des portraits de mon meilleur ami et je suis contente de moi ! (avant d'avoir lui ton mail) Pour ce qui est de partir, mon job me...Lire la suite


 
Voir tous les  autres témoignages