Histoire vécue Addictions - Dépendances > Tabac      (3488 témoignages)

Préc.

Suiv.

Je suis devenue dépendante après la mort de mon chat

Témoignage d'internaute trouvé sur psychologies - 09/02/11 | Mis en ligne le 08/12/11
Mail  
| 367 lectures | ratingStar_224567_1ratingStar_224567_2ratingStar_224567_3ratingStar_224567_4

Ça fait trois mois hier que mon chat a rejoint les étoiles et trois mois que j'ai repris la cigarette. Je bois un peu plus de vin, ça dépend des jours et si je sais que c'est pas bon d'abuser, je sais aussi la relation que j'ai au vin rouge.

Le tabac c'était mon père qui fumait tout le temps et pour échapper à la vie, je crois, ne pas voir, ne pas ressentir, comme se couper la vue car il ne pouvait endurer ce qu'il avait à endurer notamment d'émotions, j'imagine. Il a connu aussi l'alcool et il est parti de tout ce mélange et c'est pourquoi je sais quel rapport j'ai à l'alcool, je bois de la façon dont il buvait, je sais à quoi c'est lié, du moins a priori.

La clope.

Quand j'ai perdu mon chat, je me suis jetée à corps perdu dans la cigarette, j'en avais parlé sur le forum mais pas longtemps parce que j'aime bien des fois parler de choses mais surtout quand j'ai décidé moi de les mener dans telle ou telle direction, quand c'est réglé.

Je me fichais de mourir, c'est du moins ce que je disais alors par la cigarette ou autre…

A plusieurs reprises, quand j'avais trop forcé sur le paquet, je me disais que j'allais arrêter et c'est comme là, il était cinq heures du mat mais à 9h c'était autre chose.

Et puis j'ai intégré une bande de collègues, les pauses clope c'est ce que je vis comme de la chaleur humaine alors que c'est sûrement de la merde… J'avais tellement besoin d'être entourée et je sens que je suis pas prête à lâcher pour toutes sortes de raisons notamment que j'ai peur de me retrouver il y a trois mois, ma douleur dans la tronche et j'en fais quoi si je la noie pas dans un verre de vin ou si je la fuis pas dans une cigarette. Elle est où, ma minette. Je veux ma minette.

Je voudrais retrouver ma capacité respiratoire d'avant. J'étais devenue une fumeuse occasionnelle, c'était pas régulier, je fumais une clope de temps à autre, tous les mois, tous les trois mois, tous les six mois. C'était en principe la cigarette plaisir et là je ressens plus rien.

Cette nuit j'ai rêvé d'hôpital et y avait des gens avec des masques pour respirer et je me suis dit que ça sonnait le glas de mes conneries mais qu'est ce que je vais faire, comment je vais gérer ma vie sans elle, sans ma fille, comment je vais meubler pour ne pas voir qu'elle est pas là et j'irai vers quoi, vers qui quand j'aurai mal. Ici c'était plein de fumée, ça puait la clope, le tabac froid et chaque fois quasiment qu'une émotion était trop forte quand je pensais à elle, j'allumais une clope. Je vais donner le change comment, même au boulot. J'ai envie de gueuler là, de crier ma rage et mon désespoir. J'ai plus mon petit refuge tout doux, son oeil sur moi et je voudrais encore l'embrasser. Je sais plus si c'est vrai que j'aime la vie, que je veux continuer.

Je sais qu'il me faut apprendre à sortir mes émotions même quand elles sont si fortes car c'est moi aussi la fragilité. Moi qu'on dit toujours forte. Assumer mes faiblesses.

Mon paquet, là, me fait deux jours. Je n'aurais aucun problème dès que je le sentirai à faire comme j'ai toujours fait. Je suis quelqu'un qui a vraiment de la volonté mais là je peux pas, c'est pas ma dose de nicotine qu'il me faut, c'est inverser la donne. Pleurer, dire mon chagrin pour fumer moins. Montrer plus et fumer moins et j'y arriverai à ce moment-là. Ce sera plus comme avant parce qu'avant je montrais pas grand-chose. Je dois néanmoins diminuer et que ça redevienne un peu du plaisir. Même si ça schlingue et que le goût est dégueulasse, faut bien le dire. Ce truc de succion, c'est le chagrin non dit du bébé qui tête sa maman, non ? C'est son refuge au bébé que je suis. Pas avoir besoin de dire ses chagrins mais être compris, enveloppé, entendu, tout le temps, dès qu'y a besoin. C'était mon chat, ma clope. J'avais besoin de rien d'autre et je demandais rien à personne.
  Lire la suite de la discussion sur psychologies.com


224567
b
Moi aussi !
Vous avez peut-être vécu la même histoire ?

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

C'est reparti!!....et toujours dans la bonne humeur! :-)

image

Les insultes tu te les gardes hein !! Mais comme je suis honnête, oui j'ai été idiote ça oui !! De penser une seule seconde tout ce qui pouvait venir de toi. Mais j'ai voulu juger par moi-même, c'est chose faîte et depuis un bout de temps...Lire la suite

Train de l'abstinence conducteur "garzo "+ mode d'emploi.

image

Bonsoir tlm. Vous me rassurez pour l'anesthésie, mais je dirai quand même au doc mes habitudes, même si ça fait un peu honte. J'ai pas peur de l'anesthésie, mais juste qu'elle fonctionne pas. Bon, il me tarde, j'en peux plus de ces maux. NV, je...Lire la suite


 

Témoignages vidéos
Témoignages de personnes malades à cause du tabac
Sur le même thème
Témoignage arrêt tabac JOUR 1
Témoignage arrêt du tabac jour 2 et 3
Voir tous les  autres témoignages