Histoire vécue Amour - Couple > Amitié homme - femme      (6280 témoignages)

Préc.

Suiv.

Mon histoire avec Sébastien, un ami inattendu

Témoignage d'internaute trouvé sur aufeminin
Mail  
| 338 lectures | ratingStar_218928_1ratingStar_218928_2ratingStar_218928_3ratingStar_218928_4

Ce soir est la fête la plus importante de lannée, enfin du moment. Ce soir, je donne une grande fête pour fêter lobtention dun nouveau travail. Le hic de ce travail, sa localisation à Lyon. Je déménage dans 4 jours pour rejoindre ma nouvelle ville. J'ai donc réuni mes amis pour une dernière grande fête ensemble. Nous sommes une vingtaine. J'ai fait préparer par le service traiteur du supermarché dà côté des plats. Nous passons la soirée à table à égrener les souvenirs de nos nombreuses sorties et soirées. Les rires vont bon train. Au moment du départ des premiers invités, les larmes commencent à monter. Je les invite tous à venir me voir à Lyon pour un week-end ou des vacances. A 4 h du matin, ils sont tous partis sauf Sébastien. Il est trop saoul pour conduire, je le garde donc à la maison. Il dormira sur le divan. Sébastien, cest lami inattendu de ma petite bande damis. Il ne connaissait personne ce soir à part moi. Les autres invités étaient des amis denfance, quelques anciens collègues. Alors que Sébastien, cest un ami que je me suis fait sur Internet. On a passé des mois à se raconter nos vies, à déconner, à se chambrer sur tout et nimporte quoi. Il est différent de nous car là ou nous sommes des ouvriers, il est un ingénieur.

Là où il est fêtard, nous sommes un brin casanier. Il y a quelques semaines, on sest décidé à se rencontrer. Cétait bête de ne pas se connaître alors quon vit dans la même ville. On avait été boire un verre. Sen étaient suivi des dîners, des soirées en boite, des cinés. En peu de temps, nous étions devenus les meilleurs amis du monde. Ce qui posait problème lorsque nous rencontrions une personne avec qui on avait envie de sortir. Les gens ont du mal à comprendre le lien qui nous unit. Le lendemain matin, lorsque je me réveillai, Sébastien avait été cherché les croissants. On a passé la journée à papoter en finissant de faire mes cartons. Il mavoua quil navait pas envie que je parte. Jétais importante dans sa vie, une amie, une confidente, une sur. Lune des rares personnes qui le comprenait et qui ne sarrêtait pas à son statut social. Lyon, septembre 2009 Ca fait 3 mois et demi que je vis ici maintenant. Mon boulot se passe bien. Je me suis fais quelques amis avec qui je sors au resto ou au ciné. Pendant lété, j'ai reçu à mon appart certains membres de ma famille et une amie. Ca ma fait du bien de les voir. Sébastien mappelle tous les 2 jours comme nous le faisions lorsque je vivais à Nantes. On se parle sur MSN, on se voit par le biais de la webcam. Mais cest pas pareil, ça me manque de ne pas faire des choses avec lui. Cependant, je vais pouvoir rattraper le temps perdu ce week-end, il vient passer 4 jours à Lyon. Il est 2 heures du matin lorsquil arrive dans la nuit du jeudi au vendredi. Il est parti en débauchant et a roulé toute la soirée. J'ai guetté son arrivée toute la soirée, étant excitée comme une puce sur le dos dun chien. Dailleurs, il nétait pas sorti de la voiture que je lui sautais dessus en hurlant de joie. Une longue étreinte sur le trottoir plus tard, nous rentrons chez moi. Il est très tard mais je lui fais visiter mon petit appart. Je lui montre le canapé ou il va dormir. Lheure tardive fait que nous allons nous coucher surtout que je travaille le lendemain. Le vendredi matin, je vais lui chercher des croissants et je lui laisse un mot dans la cuisine avec un jeu de clé pour quil puisse sortir. A mon retour en fin daprès midi, je suis émerveillé de le voir là. Il est dans la cour ou il parle avec mon voisin de la moto que celui-ci possède. Je retrouve lhomme passionné qui me manquait depuis 3 mois et demi. Le soir, je linvite dans un petit bouchon, le resto typique de la ville. On refait le monde, on planifie notre week-end.

On profite dêtre ensemble car ça lui manquait autant quà moi. Le samedi matin, nous nous levons tôt car nous allons faire les touristes. Nous partageons la salle de bains de façon naturelle, nous affichant nu aux yeux de lautre. Dans les rues de Lyon, nous déambulons lappareil photo à la main. Nous visitons le mythique quartier de la Croix Rousse. En rentrant chez moi vers 18 heures, nous avons les pieds en compote davoir marché. Nous nous sommes bien arrêtés pour boire un verre, pour déjeuner mais on a quand même mal aux pieds. Après un massage mutuel des pieds, Sébastien se lève et va dans la salle de bains. Je lentends faire couler un bain puis il revient me dire que mon bain est prêt. Il ne me laisse pas le choix, il veut me préparer un bon dîner. Je ne dis rien et vais profiter du bain parfumé à la vanille. Je mendors dans leau tellement cest bon de ne rien faire, de se prélasser. Je me réveille lorsque leau est froide. Je sors du bain et vais me préparer. Jenfile une jolie robe, me maquille avec soin. Je me fais une coiffure un peu sophistiquée. Lorsque je suis prête, je demande à mon meilleur ami en criant à travers lappartement si je peux venir. Ayant son accord, je vais le rejoindre dans le salon. Je suis époustouflée, il a mis la table avec les chandeliers. Lodeur qui me chatouille les narines, est exquise. Sur la table, il a sorti du champagne. -Waouh -Tu es resplendissante ma louloute -Je sais, je suis formidable, lui dis je en rigolant. -Ca va les chevilles ? -Très bien. Dis moi, il y a un truc que tu veux me dire. -Pourquoi tu me dis ça ? -Parce que cest la première fois que mon lapinou me fait à dîner avec des chandelles. -On fête nos retrouvailles. -Alors sers moi une coupe pour quon trinque à ce magnifique week-end. Le dîner est délicieux, je suis troublée par lambiance de la soirée. Les chandelles rendent latmosphère intime. Dailleurs au fur et à mesure que les plats défilent sur la table, les sujets de conversation se font plus intimes. Au dessert, Sébastien mavoue que les 3 derniers mois ont été un enfer pour lui. -Tu me manques louloute, me dit il en plongeant ses yeux dans les miens. -Toi aussi, tu me manques. Javoue que jattends nos conversations téléphoniques avec impatience. -Tu vois, j'ai compris un truc le mois dernier. -Quoi ? -J'ai croisé ta copine Nathalie au supermarché. -Et ? -On a discuté un peu, de toi évidemment. Elle ma dit que le soir ou tu avais donné ta soirée dau revoir, elle nous avait pris pour un couple tellement nous sommes fusionnels. Apparemment, les autres ont pensé la même chose. -Vincent ma dit la même chose la veille de mon déménagement. -La veille ? -Oui, il ma demandé si jétais sure de vouloir partir car pour lui, nous sommes amoureux mais quon ne le sait pas encore. -Moi je le sais maintenant, me dit il en prenant ma main qui traînait sur la table. -Moi aussi je le sais. Et vu létat dexcitation que javais depuis une semaine, ça a confirmé ce que je pensais. Je taime lapinou. -Je taime aussi, me réponds-il en se levant. Viens j'ai envie de te prendre dans mes bras et de tembrasser. Je ne me fais pas prier et lembrasse. Le premier baiser est timide mais les suivants sont langoureux. Ses mains serrent ma taille, se promènent sur mon dos.

Je magrippe à sa nuque, passe mes doigts dans ses cheveux. Nous nous asseyons sur le canapé, je me glisse dans ses bras. Nous savourons le moment, ce moment ou le temps est suspendu, ou nous sommes juste un couple qui profite dêtre ensemble. Au bout dun moment, jinterromps le silence. -On va faire comment vu quon ne vit pas dans la même ville. -Je tai dis que ça faisait un mois que javais compris que je taime à la folie. -Oui et alors ? -Eh bien, j'ai cherché du travail sur Lyon pour venir te rejoindre. -Tu as fait ça pour moi. -Oui. De toute façon, je nai pas de famille sur Nantes donc la décision de partir est pas compliqué à prendre. -Je suis touchée mais il va falloir que tu trouves, ce nest pas simple en ce moment. -J'ai déjà trouvé. J'ai signé mon contrat hier midi. -Non tu déconnes là !!! -Du tout. Je me suis tapé le culot de demander à un gars que je croise régulièrement dans des réunions. Il ma recruté sur le champ. -Sur le champ !!! -Oui, apparemment, il apprécie le travail que jeffectue. Donc, il me recrute en CDI. Jaurai un 13 ème mois, tickets restos, intéressement. Le seul point négatif est que je serai payé un peu moins cher. Mais je nen fous, tant que je suis avec toi. -Je taime mon amour. Accepter une diminution de salaire pour une femme, peu le ferais. -Cest que 400 . Jépargnerai moins et cest tout. -Cest la plus belle preuve damour quon ne ma jamais faite. Tu tinstalles quand ? -Je finis mon préavis au 15 octobre et jarrive ensuite. -Je suis trop heureuse, lui dis je lembrassant. -Si tu savais comme cest un poids en moins. Javais peur que tu ne partages pas mes sentiments. -Mais tu as eu de la chance car je suis complètement accro à toi. -On fait comment pour les meubles ? -On met tes meubles dans un garde meubles. -Quoi ils sont bien mes meubles !!!! -Laisse moi finir chéri. Donc on met ton mobilier dans un garde meuble et on se cherche un logement plus grand. Quand on aura trouvé lappart ou la maison de nos rêves, on fera un mixe de nos meubles pour que ça soit joli. -Jaimerai quand même avoir des choses à moi ici en attendant quon trouve un logement à nous. -Ok apporte ton petit meuble que tu as dans ton entrée. Je ladore. Et ta lampe qui est dans le salon. -Juste 2 trucs me dit il un brin déçu. -Non, plus de choses mais cest les trucs qui me viennent à lesprit pour le moment. -Je préfère. -Chéri, on va se coucher, lui dis je en lentraînant pas la main vers la chambre. Dans la chambre, on se déshabille chacun de notre côté puis, nus, on se glisse dans le lit. Sébastien se penche sur moi pour membrasser. Mes lèvres se tendent vers lui. Il menlace, me sers contre sa peau nue. Sa langue tournoie contre la mienne alors que ses mains caressent mon dos. Nos jambes se mêlent. Ma bouche quitte ses lèvres pour son cou, son épaule. Je goutte sa peau, son parfum menivre. Je le repousse sur le dos, descends sur son torse. Sa main dans mes cheveux mencourage à continuer. Je dépose des baisers, des léchouilles sur ses pectoraux. Mes doigts jouent dans la légère toison quil possède. Jentends à son souffle quil apprécie ce que je lui fais. Je descends plus bas, sur son ventre. Ses poignées damour sont charmantes. Ma main effleure son sexe déjà durci par le désir mais je ne veux pas men occuper pour le moment. Je remonte vers sa bouche et recommence à lembrasser. Il profite de linstant pour me faire basculer sur le dos. A son tour, il vient goûter ma peau. Il joue avec mes seins, les malaxes, les pétrit, les caresses, les soupèses. Avec sa bouche, il embrasse, mordille, titille, lèche les mamelons qui se tendent sous ses attentions. Je gémis car il se débrouille très bien. Je sens son sexe coincé contre ma jambe. Jécarte les cuisses, il se faufile entre. Il revient à ma hauteur, me regarde dans les yeux. La tension est palpable, le désir est fort. Sa queue dans la main, il la dirige vers ma chatte. Il la présente à lentrée du vagin, pose son gland dessus. Je tire doucement sur ses fesses pour quil me pénètre. Je pousse un gémissement un peu plus fort que les précédents. Lorsquil est au fond, il sarrête, me demande si ça va. Jhoche la tête pour acquiescer. Il entame un lent va et vient, me lime tout doucement. Cest si bon que mes souffles saccélèrent. Lui aussi gémit. Il va en accélérant. Mon plaisir monte de plus en plus, je le sers contre moi, lui mordille loreille. Soudain, il se redresse sur ses bras, me lime très fort. Je prends mon pied, je sens une décharge le long de ma colonne vertébrale. Mon esprit est embrumé par lintensité du plaisir. Jhurle longuement alors que je suis prise de contractions vaginales. Sébastien fait encore quelques allers et retours puis il éjacule dans un long râle. Il se retire et sécroule sur moi. Mes mains caressent son dos pendant que nous reprenons nos esprits. Il me susurre des mots damour au creux de loreille. -Chéri -Ca me fait bizarre que tu mappelles ainsi. -Je sais, jessayais de mhabituer à tappeler ainsi. -Et ça marche ? -Attends, il faut que je réessayes. Voici Sébastien, mon chéri. -Hum jadore -Ca sonne bien. -Je trouve aussi. Je vais prendre une douche. Dans la salle de bains, je lentends chantonner. Ca me fait sourire. Lorsque je le rejoins, il est sorti de la baignoire. Je prends une douche à mon tour et vais le rejoindre dans la chambre. Juste vêtue dune serviette autour des seins, je sens son regard sur moi alors que je marche vers le lit. -Quand je pense quun autre homme est passé ici avant moi. -Tu te fais du mal là. En plus, lui na pas compté dans ma vie. -Tu ne ma jamais dis pourquoi vous vous étiez séparé. Tu nas jamais voulu le faire. -Maintenant je peux le faire. -Alors raconte. -On sest séparé parce que une nuit, il ma fait un cunni -Et alors, je croyais que tu adorais les cunnis. -Oui cest vrai et j'ai hâte que tu viens à la conquête de cette partie de mon anatomie. Donc, il me broutait le minou et j'ai hurlé oh oui Sébastien -Hum, tu as crié mon prénom au lieu du sien. -Oui, tu me manquais trop. -Cest très gratifiant pour un homme dentendre une femme criée son prénom à un autre. -Mais tu nes pas nimporte quel homme. -Je taime -Moi aussi je taime lapinou. Sur ce, il membrasse et part à la conquête du triangle des Bermudes.
  Lire la suite de la discussion sur aufeminin.com


218928
b
Moi aussi !
Vous avez peut-être vécu la même histoire ?

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

"une amitie banale, en apparence..." premier recit gay termine

image

Bonsoir à vous tous, j'espère que vous avez passé un bon week-end ! Moi oui ça va. Demain dernière semaine et vacances, et qui dit vacances dit anniversaire de Léo, et qui dit anniversaire de Léo eh bah dit moi qui passe à l'action ! Je vous...Lire la suite

3 ans, envie de changement - relations amoureuses

image

Bonjour à tous, Cela fait trois ans que je suis en couple avec copain, j'ai 19 ans donc je l'ai rencontrée lorsque j'avais 16 ans. Je suis sa premiere copine, et moi il est mon premier copain "sérieux". Je l'aime énormément, il me donne vraiment...Lire la suite


 

Témoignages vidéos
L'amitié d'une autre façon
Sur le même thème
Amitié entre gars et fille ? IMPOSSIBLE !
Notre amitié homme-femme
Voir tous les  autres témoignages