Histoire vécue Amour - Couple > Autres      (33584 témoignages)

Préc.

Suiv.

Bien sûr qu'il tient à toi !

Témoignage d'internaute trouvé sur psychologies
Mail  
| 111 lectures | ratingStar_281511_1ratingStar_281511_2ratingStar_281511_3ratingStar_281511_4
Je sais pas Larverne, il m'a souvent dit tenir à moi et ne pas vouloir que je meurs. Il m'a souvent dit avoir besoin de moi donc … Bien sûr qu'il tient à toi ! Sans toi il n'est rien ! C'est parce que tu réalises ses moindres désirs qu'il se croit exister. J'aurais du partir loin, quand je suis tombée amoureuse delui, ça je le savais puisque c'est ce que j'ai tenté de faire à l'époque, mais il m'a retenu par ses mots, qui ont fait du bien à mon coeur trop meurtri et trop fragile. Tu es un petit oiseau qui abat un travail titanesque mais qui est fragile, qui ploie sur la moindre brise de tendresse. Tout ce que tu as donné auparavant et sans aucun doute le départ inattendu et… dans tes bras de ton père t'ont affaiblie. Comme tu le dis je ne crains pas de donner quand j'aime, je suis entière, je donne à 100%, je m'engae pas à la légère c'est toujours tout ou rien pour moi, je n'ai pas de demi-mesure je l'admet volontier. J'avais bien compris, tu es quelqu'un de "bien" qui s'engage à fond et… certains en ont plus que profité !!! Mais à l'heure actuelle, j'ai l'impression de ne pas respier, Depuis le nombre d'années que tu ne respires que pour eux puis pour lui… Tu as oublié ce que c'est. Je me demande en permanence s'il va bien, s'il est toujours envie, Je me permets de "jouer" avec ta faute de frappe… Bien sûr qu'il a envie. Il a envie de retrouver son esclave. Bien sûr qu'il est en vie ; mais sa vie qu'est-ce ? … Vivre des autres, vivre en avilissant les autres, vivre en prenant tout de l'autre… C'est l'opposé de ta vie, je parle de ta vie, celle d'avant, celle durant laquelle tu donnais à tous ceux dont tu croisais le chemin. Vous êtes tant à l'opposé l'un de l'autre que vous en êtes complémentaire. Mais tu n'es pas sur Terre pour être l'esclave d'un petit despote. Sous sa coupe, tu ne vis pas, tu dépéris et tu meures. S'il a tout ce dont il a besoin. Ouvre les yeux… il a besoin d'être secoué, d'être mis devant ses responsabilités, d'être mis à sa place d'humain. Pense à ce qu'il a fait subir à ta famille. Ce n'est pas lui rendre service de le servir, de le maintenir dans sa folie destructrice des autres. J'ai mal de cete abscence, Il faut du temps pour être sevrée. Tu as accepté de te mettre dans un tel état de dépendance. Ne regarde pas son absence, regarde tout le mal qu'il a fait autour de lui, tout le mal qu'il s'est fait à lui-même. Sa présence remplissait tout mon temps, toute ma vie, sans lui j'ai juste ce grand vide qu'il laisse. Il t'a vidé de ta substance, ne laissant qu'une carcasse avide de se remplir de nouveau de son vide, de son fol égocentrisme, de sa haine du bonheur des autres. Il est profondément destructeur. Il y a longtemps que le ciel n'est plus bleu pour moi, Je sais. C'est lui qui a aspiré ton ciel. Mais j'ai l'impression que sans lui il passe de gris à noir, je me sens seule et terriblement, infiniment vide. Non. Il ne passe pas du gris (lui) au noir, mais du gris (tu es gentille, vraiment ! ) à l'absence de toute lumière. Il agit comme une drogue sur toi, il t'a totalement aspiré âme, coeur, esprit, il t'a vidé, toi si pleine de courage, de force et d'abnégation. Je sais un peu de quoi je parle et de quoi tu parles : je me suis occupé plusieurs années de ma mère, j'ai perdu mon père, mon frère et ce n'est pas ma soeur qui risquait de m'aider ! .. J'aimerai pouvoir qroire que la vie est belle et qu'elle m'attend. Tu ne me connais pas. Je suis passé par la dépression, mon horizon d'un noir d'encre, j'aurai du disparaître. Le tunnel est long, il peut-être très long, mais ce n'est qu'un tunnel. Rappelle-toi la lourdeur de ta vie d'avant mais le plaisir d'échanger avec les ami (e) s, les voisins, le monde… Mais, la je n'arrive pas, j'ai juste l'impression de n'être plus rien. C'est lui qui t'a rendu ainsi, mais ce n'est pas toi. Tu es jeune, tu as l'expérience de l'effort, de la souffrance, tu… as l'avenir devant toi. Lui n'est ni la vie, ni l'avenir. Lui, c'est le piège, l'avilissement, la déchéance, l'épuisement et la mort. Oui, je suis épuisée, épuisée là aujourd'hui d'attendre son appel, d'espérer qu'il m'appelle, épuisée d'avoir envie de l'appeler de lui crier, de lui hurler que je l'aime et qu'il n'a pas le droit de me faire souffrir comme ça. Ce n'est pas son absence qui est souffrance, c'est sa présence, ce qu'il te fait endurer. Il te tue pour son plaisir. Si tu souffres là, c'est le sevrage… mais il est nécessaire pour que tu puisses renaître, revivre, vivre un jour. Et pour se redresser, il faut en avoir la force et moi, je ne l'ai pas, je ne sais plus où la trouver… Je vais me répéter… Tu es quelqu'un de fondamentalement courageux et fort. Il faut l'être pour se charger d'une grand-mère qui perd la tête et qu'il faut totalement assumer. Il faut l'être pour accompagner sa mère dans la dépression. Il faut l'être pour entourer ta soeur handicapée. Il faut l'être pour affronter le décès d'un père "retrouvé"… Tu es naturellement forte et courageuse. En ce sens, pardonne moi, tu es belle. Si tu n'as plus de courage c'est qu'il t'en a dépouillé, il te l'a volé. Mais tu es capable de le retrouver ce courage car il est tien ! Je n'ai plus personne autour de moi si ce n'est ma mère qui est dépressive et n'a pas la possibilité de m'aider et ma soeur aînée qui est handicapée mentale. Et il t'a fait faire le vide dans tes relations et ami (e) s… Je le dis toujours : il te faut occuper tes neurones, occuper sinon combler le vide. Te remettre au chant, entrer dans une association dans laquelle tu pourras AIDER, que sais-je ? Venir sur ce forum… L'important est de t'exprimer, d'échanger, de t'occuper, de voir qu'il y a autre chose, de te rendre compte de qui il est, de prendre du recul, LE recul. Ma soeur cadette est bien installée dans sa vie et n'en a que faire de mes problèmes, de mes états d'âmes. Elle me rappelle ma soeur… Il est mon seul horizon, derrière lui, après lui il n'y a rien, je ne suis plus rien. Non ! Il n'est pas un horizon. Il n'est qu'un sujet de psychanalyse. Non ! TU n'es pas rien, c'est lui qui n'est qu'un pauvre rien qui ne peut exister qu'en détruisant les autres. Il faut ouvrir doucement les yeux. Un sevrage est nécessairement long et douloureux, mais nécessaire. Il y a plusieurs types de sevrage… Tu as eu le courage de venir ici, aies le courage d'y rester, d'échanger, de tenir. Sans aucun doute tomberas-tu sur des gens qui vont te culpabiliser en te disant que tout cela est de ta faute. Laisse tomber. Tu as seulement sorti les lèvres de la mare de boue (je suis gentil). Apprends à respirer, ne fais pas attention à ceux qui te taperont sur la tête. De toutes façons, d'autres seront sans doute là pour… maintenir tes lèvres au dessus du niveau… Laisse le temps au temps, laisse le temps te faire redevenir celle que tu es profondément ! Courage !!!!
  Lire la suite de la discussion sur psychologies.com


281511
b
Moi aussi !
Vous avez peut-être vécu la même histoire ?

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

A deux doigts de fuir parce que la rencontre m'angoisse - relations amoureuses

image

Bonsoir et merci de passer sur mon post. J'ai pas mal hésité à écrire ici (ou ailleurs ^^) , mais je crois qu'il faut que je mette les choses a plat et je suis ouverte à tous conseils et toutes critiques constructives. Voila, je suis une jeune...Lire la suite

Est-ce un point de non-retour ? - affaires de couples

image

Il s'en fout et il m'a dit "De toute façon, je ne vois pas l'intérêt de me prendre en main, il est trop tard maintenant." (il reste un mois à la fin de l'année). Ce qu'il a envie de faire en garçon normalement constituée. Je parle de le...Lire la suite


 
Voir tous les  autres témoignages