Histoire vécue Amour - Couple > Autres      (33584 témoignages)

Préc.

Suiv.

Harcèlement moral : repérer une femme « perverse narcissique ».

Témoignage d'internaute trouvé sur psychologies
Mail  
| 86 lectures | ratingStar_260536_1ratingStar_260536_2ratingStar_260536_3ratingStar_260536_4
Bonjour à tous, Je déterre un peu ce sujet posté il y a un an. J'en viens à vous pour savoir si mon ancienne compagne n'était pas "pervers narcissique". C'est un peu délicat pour moi et difficile d'en parler. (surtout pour un homme). Nous nous sommes connus jeunes, j'avais 19 ans, elle 17. Avec du recul, les traits de la dominance étaient déjà présent chez elle. En effet après s'être vu après la soirée où nous sommes sortis ensembles, je ne pensais pas la revoir car pour moi c'était une histoire d'un soir. Elle est revenue à la charge pour me revoir, chose que j'ai acceptée. Très vite, je me suis senti incompris dans le couple, "pas aimé"; pourtant elle me disait "qu'elle tenait à moi". A la fin de son cycle lycée et école prépa, elle est partie à grenoble en décidant, sans me demander mon avis. Je souffrais de cette relation à distance, lui disais que j'étais mal. Ses réponses étaient "y en a plein qui font leurs études à distance"; "arrêtes de te plaindre". Des remarques dans ce style. Puis, (je schématise) , à la fin de ses études (école de commerce) , elle a postulé a un poste de cadre dans une grande banque Française, sans se préoccuper du lieu ou elle allait atterrir, sans me demander mon avis. Nous sommes tombés encore à 200km de distance. A cette époque, avec elle, et en me retrouvant plusieurs fois au chômage, je me suis retrouvé en dépression ; je me sentais toujours incompris dans le couple et je devais souffrir en silence en acceptant toutes ces décisions, je n'en avais pas le choix de toute manière, je l'aimais. Il est arrivé aussi qu'elle me fasse des remarques sur mon accent qui ne lui plaisait pas, ou bien encore sur mes jambes qu'elle voulait que je muscle. Elle me surnommait aussi "po-pom" (pour paumé) car elle trouvait que je m'orientais mal en voiture. Elle n'évoquait jamais, l'avenir du couple, mais, toujours son avenir professionnel. J'avais parallèlement entamé une psychothérapie pour sortir de ce gouffre. Dès qu'il y avait un problème, c'était toujours la remarque "c'est de ta faute". Au bout de trois ans, elle a fini par obtenir sa mutation pour que nous habitions enfin ensemble. Le soir, elle lisait des dépliants sur les évolutions de carrière possible dans sa banque. Je faisais souvent le ménage, poubelle "fais ci, fais-ça". Le soir il fallait que je la masse, mais sans complicité, elle disait "masses moi". Je précise qu'en dix ans, je l'ai vu pleuré peut-être une fois, quelques soit les évènements. Je la surnommais dans mon fort intérieur "coeur de pierre". Même les brimades hierrachiques qu'elles avaient pu subir ne la touchait pas, incroyable. Grâce au travail de psychothérapie, qui a duré longtemps, j'ai réussi à m'affirmer, j'ai réalisé son emprise, le processus de destruction qu'elle m'avait imposé. Nous avons réussi, avec le psy, a briser cette emprise, et a enfin me séparer d'elle. Je me reconstruis encore aujourd'hui, mais je revis, j'analyse ce passage, pendant 10ans, j'ai l'impression d'avoir été plus bas que terre. Voila pour mon témoignage, j'espère aujourd'hui rencontrer quelqu'un de bien. Gizmo.
  Lire la suite de la discussion sur psychologies.com


260536
b
Moi aussi !
Vous avez peut-être vécu la même histoire ?

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

A deux doigts de fuir parce que la rencontre m'angoisse - relations amoureuses

image

Bonsoir et merci de passer sur mon post. J'ai pas mal hésité à écrire ici (ou ailleurs ^^) , mais je crois qu'il faut que je mette les choses a plat et je suis ouverte à tous conseils et toutes critiques constructives. Voila, je suis une jeune...Lire la suite

Est-ce un point de non-retour ? - affaires de couples

image

Il s'en fout et il m'a dit "De toute façon, je ne vois pas l'intérêt de me prendre en main, il est trop tard maintenant." (il reste un mois à la fin de l'année). Ce qu'il a envie de faire en garçon normalement constituée. Je parle de le...Lire la suite


 
Voir tous les  autres témoignages