Histoire vécue Amour - Couple > Autres      (33584 témoignages)

Préc.

Suiv.

Il y a ce qu'on montre.

Témoignage d'internaute trouvé sur psychologies
Mail  
| 94 lectures | ratingStar_279633_1ratingStar_279633_2ratingStar_279633_3ratingStar_279633_4
Il y a ce qu'on DIT. Il y a ce qu'on montre. Tu peux exposer tout ce que tu veux à grand renfort de trompettes, si dans les faits tu n'est pas en cohérence, ça ne sert A RIEN ! L'autre le capte. Moi aussi j'ai beaucoup DIT pendant un an. Et puis un jour j'ai entendu moi-même ce que je disais et je me suis mise en conformité. J'ai arrêté de parler, j'ai juste dis que je me "séparais" de lui. Je me suis levée du bord du trou où il pataugeait toujours et j'ai repris ma route. POINT. Il aurait pu ne pas me suivre, ce n'était pas un calcul, c'était une évidence. Sauver mon âme, reprendre le cours de MA vie et si celle-ci ne passait plus par lui, ben c'était ainsi, je l'acceptais. J'avais "passé assez de temps" avec son délire, à "com - prendre" (prendre avec) des problèmes qui ne me concernaient pas et que je n'avais donc pas à régler. (Parce que son infidélité n'avait rien à voir avec moi et notre couple, juste avec ses angoisses perso). J'avais été patiente, aimante, "fidèle", à disposition, compréhensive, solide, je lui avais tenu la tête hors de l'eau quand il se noyait. Bref j'avais fait ce que j'estimais avoir à faire après 20 ans d'amour sans nuage, ce que mon amour malgré tout intact pour l'homme qu'il avait été (que je ne retrouvais plus trop au demeurant) me dictait de supporter en attendant qu'il "redevienne lui". Je dis "passé du temps", pas "perdre du temps", parce que j'ai mis à profit cette "halte forcée de ma vie" (forcée, non, acceptée plutôt) pour faire de l'introspection, revisiter mon fonctionnement, modifier mes paramètres de vol et me "rénover". Je ne sais pas si le "lâcher prise" se travaille ou non. Je pense qu'il "arrive" quand un certain déclic se fait à l'intérieur, et ça c'est propre à chacun, à ses peurs, à son sentiment d'insécurité, peur de l'abandon, un tas de trucs plus ou moins conscients qu'on se trimbale. Le jour où tu arrêtes d'avoir "peur du noir", tu peux avancer. Et quand tu commences à lâcher, oui, tu peux peut-être travailler à éviter que les peurs ne reviennent, à te recadrer régulièrement en fonction de ton nouveau cap, de tes nouvelles "certitudes".
  Lire la suite de la discussion sur psychologies.com


279633
b
Moi aussi !
Vous avez peut-être vécu la même histoire ?

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

A deux doigts de fuir parce que la rencontre m'angoisse - relations amoureuses

image

Bonsoir et merci de passer sur mon post. J'ai pas mal hésité à écrire ici (ou ailleurs ^^) , mais je crois qu'il faut que je mette les choses a plat et je suis ouverte à tous conseils et toutes critiques constructives. Voila, je suis une jeune...Lire la suite

Est-ce un point de non-retour ? - affaires de couples

image

Il s'en fout et il m'a dit "De toute façon, je ne vois pas l'intérêt de me prendre en main, il est trop tard maintenant." (il reste un mois à la fin de l'année). Ce qu'il a envie de faire en garçon normalement constituée. Je parle de le...Lire la suite


 
Voir tous les  autres témoignages