Histoire vécue Amour - Couple > Autres      (33584 témoignages)

Préc.

Suiv.

Je ne m'aime pas assez, du coup je n'aime personne

Témoignage d'internaute trouvé sur doctissimo
Mail  
| 196 lectures | ratingStar_217927_1ratingStar_217927_2ratingStar_217927_3ratingStar_217927_4

Premièrement, je n'ai plus de sentiment. Je n'aime personne, j'ai pas peur, je ne ressent aucun danger et même s'il se présentait, je n'essai pas de l'esquiver. Tous ce que je ressent c'est la colère sur le moment ou une petit pincement au coeur quand je me rend compte que je vis pour rien, que j'existe sans aucun but, que je n'ai aucune ambition et que la vie ne m'aime pas. Je n'ai pas d'ami, et ce n'est pas un problème, puisque j'ai passé le stade de la triste rejeté et que en se moment, je préfère dorénavant la sollitude après 2 ans de bouc émissaire dans une classe de paumés. Mais bon, je pense même que je le méritais, je n'était pas une brillance, je commettais tous le temps des gaffes. Je suis la pire des maladroite. Je dit des choses qui vexe, des paroles hors sujet et je regrette cuisamment quand je me souviens de toute mes bourdes. Chacune des mes erreurs me hante, et l'idée que les gens dont ils ont été des témoins l'oublie. Je voudrai même qu'il meurt, rien qu'on espérant qu'il oublieront toutes mes paroles. Je ne me sens pas aimé, je n'aime personne même si je me répète intérieurement que ce n'est pas vrai. Je suis certaine d'aimer, même si je ne ressens rien. Par ailleurs, je n'aime aucune tendresse, je ne laisse personne me serrer dans ses bras, c'est de l'hypocrisme, ça me dégoûte. Quand on me dit qu'on m'aime, que je suis belle, pour moi, ce sont de pures mensonges. Je hais les mensonge, il me répugne, et à chaque fois que je fais du mal aux personne s, ils me disent tous que je suis détestable. Je ne crois que ce que dis une personne en colère, même si moi-même sait que non, que les insultes sortis dans le vif ne sont pas vrais. En ce moment, je suis dans une phase de vide, je sort seuls n'importe où, je me dispute tous le temps avec ma soeur, ma mère et mon père. On ne cesse de crier, surtout avec ma soeur, et je ne supporte pas ça. Je suis lugubre, je n'aime rien, je veux plus vivre mais pas dans le sens que vous croyez. Je ne pense pas être déséspéré, jtrouve seulement que je suis inutile à la vie, que la vie est inutile à moi, que rien ne m'attend dans le futur. Je n'ai d'ailleurs jamais demander à vivre. J'essaie de m'interrsser à des choses, de sortir avec des gens, d'être cool, mais ça n'arrive pas, et si oui je pense des momets creux et inconsistants. Je en sais pas tenir une conversation. Je ne rit qu'avec ma famille, quand on est pas fâché, et deux ou trois eprsonne que je considère comme familiau. En fait je rit avec tout le monde, mais ce que je veux dire, c'est que JE fais des blagues qu'avec ma familiaux. Je me vexe dès qu'on me refuse un rendez-vous, quand on me laisse en plomb. Les gens me fuit, dès que je parle avec quelqu'un, à ce qui paraît, j'ai regard trop pénétrant qui intimide les gens. C'est vrai, parce que je les regarde tous comme s'ils étaient des hypocrites, je vois leur vrai coté. Je surveille tout leur geste, je traduit tout, je ne suis pas sociable. Les gens s'éloigne vite, exemple : même dans le métro, dans une place à 4, on s'assoit rarement près de moi, enfin ceux que je connais je veux dire. Dans la rue, les gens de ma conaissance fuit mon regard pour ne pas me saluer devant leur propre amis. Autre chose : je me met à la peau de tout le monde, j'interprète tout exactement comme il le faut, je comprend leur regard, je sais ce que peut ressentir n'importe qui. Je dis bien n'importe qui, un tueur, une victime, un voleur, un animal, un vieux, un bébé, un handicapé, une personne en colère, je me met à sa place et je comprend comment il voit les choses, je pense comprendre leur sentiment, s'ils s'en foute, s'il sont indifférent, si il m'aime, s'il comprenne ce que je dis, si ils font semblant de ne pas comprendre ce que je dis et c'est pour ça que je suis peu sociable. Vous allait croire que je suis prétencieuse ou qe je me prend pour une super héroine, mais c'est pas ça. C'est seulement comment je pense être. Et je change de personnailté comme de chemise, à la maison je suis un moi, à l'extérieur, je susi un autre moi, avec ci je suis un différent moi, avec ça je suis pas la même qu'avec les autres. J'ai plusieurs sens d'humour, plusieurs caractère. Je ne parle à personne de ça, pas à ma mère, à personne. Je me suis bokou plainte mais à force, en me prend pas au sérieux. Je ne fume pas, je me drogue pas, je ne bois pas. J'ai 17 ans. Je sui une fille. Je me m'aime pas, je ne sais pas comment maimer, j'ai bokou de regrets qui me stop en plein élan d'enthousiasme, rare que ce soit. Je ne sais pas exactement si je déprime, ou ce que j'ai. Ou si j'ai vraiment quelque chose de spécial. Est-ce que je suis normal ? Tout le monde pense comme moi mais joue mieux le jeu de la personne normal ou est ce que tout le monde est plus spontané ? Y a t il un moyen de changé de se sentir mieux, de sentir quelque chose tout court ?
  Lire la suite de la discussion sur doctissimo.fr


217927
b
Moi aussi !
Vous avez peut-être vécu la même histoire ?

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

A deux doigts de fuir parce que la rencontre m'angoisse - relations amoureuses

image

Bonsoir et merci de passer sur mon post. J'ai pas mal hésité à écrire ici (ou ailleurs ^^) , mais je crois qu'il faut que je mette les choses a plat et je suis ouverte à tous conseils et toutes critiques constructives. Voila, je suis une jeune...Lire la suite

Est-ce un point de non-retour ? - affaires de couples

image

Il s'en fout et il m'a dit "De toute façon, je ne vois pas l'intérêt de me prendre en main, il est trop tard maintenant." (il reste un mois à la fin de l'année). Ce qu'il a envie de faire en garçon normalement constituée. Je parle de le...Lire la suite


 
Voir tous les  autres témoignages