Histoire vécue Amour - Couple > Autres      (33584 témoignages)

Préc.

Suiv.

Le "marché" de la séduction...

Témoignage d'internaute trouvé sur psychologies - 14/01/11 | Mis en ligne le 22/04/12
Mail  
| 122 lectures | ratingStar_244960_1ratingStar_244960_2ratingStar_244960_3ratingStar_244960_4
Hum, suis du même avis, fort intéressant tout ça. Mais il manque quelque chose, il me semble : Les gens "normaux", c'est-à-dire ni spécialement gentils, ni spécialement méchants. Des gens que l'on croise tous les jours, des gens comme toi, moi et tous ceux du forum. Je postule que les "vrais" gentils sont rare aussi rare que les "vrais"méchants. Je postule aussi que la méchanceté s'exprime quand on se sent pour faire court blessé, attaqué, malmené. ET que nous sommes réellement gentils que lorsque nous n'attendons rien de spécial de l'autre, que nous sommes neutres. Je suppose que les vrais gentils sont arrivés à un seuil d'élévation spirituelle tel que ça leur permet de dépasser les émotions négatives, les blessures, leur égo. Je suppose que les vrais méchants eux n'ont simplement jamais eu la moindre émotion. Nous naviguons tous, pour ma part entre notre côté ange et notre côté démon. Ni tout à fait l'un, ni tout à fait l'autre. Le truc, comme tu dis c'est que bien souvent, nous voyons la méchanceté en l'autre et on ne voit pas notre propre méchanceté, notre propre côté sombre. Ça me rappel d'ailleurs une discussion que j'ai eu sur fidèle/infidèles et où je disais que pour ma part un infidèle (homme/femme lol) fait sciemment du mal à l'autre. (dans un couple où la fidélité est la base). Levé de bouclier des gens qui ont pu être infidèle dans leur vie. Comment ça ? J'ai jamais voulu lui faire du mal, c'est arrivé comme ça, par pure coïncidence. Mais ça me rappel aussi comment je peux moi-même réagir parfois… Bah oui, je suis comme les autres lol. Donc pour en revenir aux comportements d'ouverture : Je vais rajouter. Personne comme toi et moi et tous les autres (sauf exception). 1/ Comportement d'ouverture de mon initiative : => Ouverture de l'autre… On avance. =>Fermeture de l'autre. On avance pas, mais je je me ferme également. Jusqu'à trouver une solution gagnant/gagnant si possible. Le problème est que quand on n'est pas spécialement méchant on peut être très surpris d'en croiser un de méchant, et surtout, ne pas le reconnaître, ne pas pouvoir croire que ça puisse exister. Le problème après, après ce genre de rencontre, ou une désillusion quelconque dans le cadre des rencontres amoureuses par exemple, on peut être trop sur nos gardes, voir le mal partout. J'ai moi-même eu à subir cette méprise, je veux dire cette sensation de ne plus être en mesure de faire confiance, d'avoir peur de ma faire avoir. Et il m'a fallu un temps pour revenir ou du moins tendre vers un équilibre : Ni méfiant a priori/ni confiant a priori : neutre. L'autre peut être pourrit, méchant, égoïste etc, mais l'autre peut être acceptable pour moi. Mais soyons lucide, je pense quand même, avoir un encore du chemin à parcourir avant que d'arriver pleinement à cet équilibre que je cherche. A l'inverse, en tant qu'homme en contact avec la gente féminine, je peux me sentir comme cette copine de fac qui me disait : "Phoenix, je crois que je deviens xénophobe envers les gens de mon propre pays"… ? Font que des conneries, et qui en paye les pots cassés ? Et bien parfois je me sent comme ça envers les hommes : Font que des conneries, et qui en paye les pots cassés ? Les hommes ni spécialement pourris, ni spécialement anges. Ces mêmes hommes qui ne sont ni plus, ni moins pourris que les femmes qu'ils peuvent rencontrer. Le problème aussi, j'y pense, c'est que nous "hommes" avons tendance à ne pas parler, à ne pas parler de notre vécu, de nos perceptions de la gente féminine, ce que nous avons pu vivre parfois de bien glauque aussi… Peut-être que si les hommes se mettaient un peu plus à parler, à témoigner de ce qu'ils ont pu vivre (un peu comme tu as pu le faire) , peut-être que nous arriverions hommes et femmes à nous comprendre plus, mieux, et à nous voir surtout comme sont, ou peuvent être parfois nos congénères… Je veux dire comment peuvent être les hommes quand on est homme, mais aussi les femmes quand on est femme. Et cela nous permettra à nous tous de pouvoir nous dire un jour : Nous sommes justes, nous tous, hommes et femmes des êtres humains, et la plupart du temps ni spécialement méchants ni spécialement gentils. Nous avons tous un passé, et ce passé peut vraiment, mais alors vraiment nous aveugler. Ce n'est pas aux hommes à prouver qu'ils sont dignes de confiance. Ce n'est pas même aux femmes à prouver qu'elles sont dignes de confiance. C'est à nous qu'il revient de dépasser nos blessures, nos failles, nos manques, personne d'autre que nous-même.
  Lire la suite de la discussion sur psychologies.com


244960
b
Moi aussi !
Vous avez peut-être vécu la même histoire ?

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

A deux doigts de fuir parce que la rencontre m'angoisse - relations amoureuses

image

Bonsoir et merci de passer sur mon post. J'ai pas mal hésité à écrire ici (ou ailleurs ^^) , mais je crois qu'il faut que je mette les choses a plat et je suis ouverte à tous conseils et toutes critiques constructives. Voila, je suis une jeune...Lire la suite

Est-ce un point de non-retour ? - affaires de couples

image

Il s'en fout et il m'a dit "De toute façon, je ne vois pas l'intérêt de me prendre en main, il est trop tard maintenant." (il reste un mois à la fin de l'année). Ce qu'il a envie de faire en garçon normalement constituée. Je parle de le...Lire la suite


 
Voir tous les  autres témoignages