Histoire vécue Amour - Couple > Autres      (33584 témoignages)

Préc.

Suiv.

Le rôle essentiel de la maternelle

Témoignage d'internaute trouvé sur france2 - 24/11/10 | Mis en ligne le 23/04/12
Mail  
| 156 lectures | ratingStar_245331_1ratingStar_245331_2ratingStar_245331_3ratingStar_245331_4
- Enfin – et c'est évidemment fondamental – on doit apprendre à chaque enfant à métaboliser ses pulsions. Car il y a, chez tout sujet, des pulsions archaïques dont nous savons, malheureusement, qu'aucun vernis de civilisation ne peut nous en protéger complètement. L'objectif de l'éducation, ce n'est donc pas de masquer ou de tenter de faire disparaître ces pulsions, c'est de les métaboliser. De les transformer en énergie créatrice… Pour cela, bien sûr, il nous faut offrir à l'enfant des médiations culturelles qui lui permettent de donner forme à ce qui l'habite, de symboliser ce qui l'inquiète ou le hante, ce qu'il espère ou désire… La littérature de jeunesse est un outil particulièrement précieux pour cela et je ne saurais trop vous dire à quel point je suis admiratif devant les créations françaises dans ce domaine : dès l'école maternelle, cette littérature doit avoir droit de cité dans la classe, elle doit être un outil pédagogique privilégié… Il faut raconter des histoires, il faut apprendre à regarder et à lire des albums, il faut parler des albums, il faut fabriquer des albums. J'étais, il y a quelques jours, dans une grande section de maternelle où les enfants fabriquaient des albums nouveaux avec tous les vieux albums cassés de ces dernières années : ils recollaient les pages autrement, découpaient les dessins et composaient de nouvelles histoires… Voilà une manière, parmi bien d'autres, de "faire récit" , d'apprendre à donner sens aux choses dans la temporalité, de métaboliser ses pulsions, de reconstruire un monde pour mieux habiter ce monde. Car l'enfant ne peut habiter ce monde que s'il parvient à lui "donner forme" par la culture, comme le dit si bien Jérôme Bruner. C'est pourquoi il faut lui raconter Le Petit Poucet : il y rencontrera des situations et des êtres qui vont lui permettre de relier ce qu'il a de plus intime avec ce qui est le plus universel. Il va découvrir qu'il n'est pas le seul à avoir peur d'être abandonné par ses parents et à être terrorisé par l'ogre… ce personnage étrange qui, à force de nous aimer, finit par nous manger. Il va, à travers un objet culturel, accéder à des interrogations anthropologiques fondamentales : comment aimer quelqu'un sans l'étouffer ?
  Lire la suite de la discussion sur france2.fr


245331
b
Moi aussi !
Vous avez peut-être vécu la même histoire ?

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

A deux doigts de fuir parce que la rencontre m'angoisse - relations amoureuses

image

Bonsoir et merci de passer sur mon post. J'ai pas mal hésité à écrire ici (ou ailleurs ^^) , mais je crois qu'il faut que je mette les choses a plat et je suis ouverte à tous conseils et toutes critiques constructives. Voila, je suis une jeune...Lire la suite

Est-ce un point de non-retour ? - affaires de couples

image

Il s'en fout et il m'a dit "De toute façon, je ne vois pas l'intérêt de me prendre en main, il est trop tard maintenant." (il reste un mois à la fin de l'année). Ce qu'il a envie de faire en garçon normalement constituée. Je parle de le...Lire la suite


 
Voir tous les  autres témoignages