Histoire vécue Amour - Couple > Autres      (33584 témoignages)

Préc.

Suiv.

Ma nièce, 13 ans, m'a remerciée de l'avoir giflée!

Témoignage d'internaute trouvé sur psychologies - 04/01/11 | Mis en ligne le 06/04/12
Mail  
| 182 lectures | ratingStar_237668_1ratingStar_237668_2ratingStar_237668_3ratingStar_237668_4
C'est celui qui dit qui l'est, après tout. Citation : Personnellement les corrections corporelles me choquent. Être personnellement choqué et juger que c'est "MAL", ce sont deux choses différentes. Citation : On transmet à ses enfants l'amour et la haine en est l'opposé ! Exact, l'amour, c'est "+A" La haine, c'est "-A". L'amour est toujours présent, certes opposé. A ou -A ne se dinstinguent pas fondamentalement : A est présent, qu'il soit négatif ou positif. L'inverse de l'amour (pas son opposé donc) , c'est l'indifférence, c'est "Non A". Citation : L'amour n'est pas la haine dans ma conception ! L'amour n'est pas de la haine, mais la haine est toujours de l'amour. On ne hait pas quelqu'un qu'on ne pourrait pas aimer : on le méprise ou on y est indifférent. Citation : En fait ds le livre de Cl. Halmos que j'ai lu elle explique très bien qu'on en est venus à tellement diaboliser la gifle lâchée quand l'enfant nous pousse à bout que certains parents sont traumatisés d'avoir collé une baffe à leur enfant. Ils ne comprennent pas comment ils ont pu faire une chose pareille et ils doutent de leurs capacités à élever un enfant. Ce qui, bien entendu, empire ensuite les choses… Donc Cl. Halmos dit qu'il faut aussi se pardonner d'avoir les nerfs qui lâchent de temps à autre. Effectivement, et j'ajouterai même que cette diabolisation agit parfois comme une "transe hypnotique". Si je vous dit de ne PAS penser à l'éléphant rose, il sera toujours présent à votre esprit (à quoi ne faut-il plus penser ? Ah zut, je viens d'y penser). Pareillement, vouloir NE PAS giffler à tout prix, c'est avoir toujours cette gifle à l'esprit (et à la main) , et cela ne peut que partir plus souvent, avec la dose de culpabilisation que cela entraîne, et le fait d'encore plus y penser pour essayer de l'empêcher. Citation : Mais en fait, tout bien réfléchi, je les divise moi aussi en justes et injustes. Et pareillement, je divise aussi les gentillesses, les mots doux, les cadeaux que j'ai reçus en deux catégories : celels que j'aurais voulu ne jamais recevoir, et celles qui étaient données avec amour.
  Lire la suite de la discussion sur psychologies.com


237668
b
Moi aussi !
Vous avez peut-être vécu la même histoire ?

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

A deux doigts de fuir parce que la rencontre m'angoisse - relations amoureuses

image

Bonsoir et merci de passer sur mon post. J'ai pas mal hésité à écrire ici (ou ailleurs ^^) , mais je crois qu'il faut que je mette les choses a plat et je suis ouverte à tous conseils et toutes critiques constructives. Voila, je suis une jeune...Lire la suite

Est-ce un point de non-retour ? - affaires de couples

image

Il s'en fout et il m'a dit "De toute façon, je ne vois pas l'intérêt de me prendre en main, il est trop tard maintenant." (il reste un mois à la fin de l'année). Ce qu'il a envie de faire en garçon normalement constituée. Je parle de le...Lire la suite


 
Voir tous les  autres témoignages