Histoire vécue Amour - Couple > Autres      (33584 témoignages)

Préc.

Suiv.

Relation à distance et ... problèmes

Témoignage d'internaute trouvé sur psychologies
Mail  
| 396 lectures | ratingStar_200336_1ratingStar_200336_2ratingStar_200336_3ratingStar_200336_4

Je suis avec mon homme depuis plus d'un 1 an ½. J'ai 32 ans, lui 27 ans. On se connaissait bien avant cela (5 ans). Ça a toujours été une relation "platonique" dans le sens où à l'époque on s'attirait et s'entendait vraiment très bien mais sans tentative ni échange de coordonnées. L'un comme l'autre on sortait d'une histoire difficile et on n'a jamais franchi le "cap" , c'est resté amical. On s'est perdus de vue 2 ans jusqu'au jour où il s'est arrangé pour obtenir mon numéro de téléphone et me contacter. De là, on s'est vus de temps en temps. J'ai su dès le premier jour qu'il ne serait pas de passage dans ma vie. Puis il a tout plaqué pour partir dans le Sud et prenait de mes nouvelles de temps en temps en m'envoyant un message, sans que moi je ne le fasse. Après 1 année charnière durant laquelle, après un RDV msn/cam (amical je précise) , quelque chose s'est passé intérieurement (nos regard, je ne sais pas mais ce fut intense, comme si subitement on avait une révélation) , il m'a appelée et proposée de venir passer des vacances chez lui. Il a aussi monté sa boîte, et après quelques mois tests, on s'est mis ensemble à distance, en partant du principe qu'on ne faisait pas ça pour rien et qu'il y avait une envie réelle des deux côtés de s'engager ensemble. Je savais ce que je voulais de mon côté et lui aussi. Ça n'a pas été facile tous les jours du fait de la distance principalement, on a appris à se connaître différemment, on a choisi d'énormément communiquer pour éviter des malentendus et conflits et jusqu'à présent, on s'est toujours tout dit, rien caché. Communication hors pair, une relation tout ce qu'il y a de plus saine et normale. On s'est accrochés l'un à l'autre et lui, aussi bien que moi, nous sommes beaucoup investis dans notre relation. Elle a évolué tranquillement, sérieusement, naturellement. Certes, je n'étais pas à la même vitesse que lui, dans le sens, où j'avais besoin d'être sûre de lui, de nous, ayant énormément morflé par le passé avec 2 ex et pas mal de plans foireux. Mais j'ai décidé d'être naturelle, moi-même, quoiqu'il arrive, de ne pas jouer à un jeu. Et lui idem, je suis sa première relation sérieuse depuis son grand amour d'il y a plusieurs années qui l'a brisé en le trompant avec son meilleur ami. Entre elle et moi, il a passé son temps à n'avoir que des histoires de Q et ne penser qu'à lui. Il s'est aussi rendu compte suite à un clash entre nous en octobre qu'il était enfermé dans une espèce de ranc ? Ur et de souffrance par rapport à cela et qu'il n'était plus lui-même, manque de confiance, etc. Il m'a dit textuellement, en parlant de moi "ptin je ne m'étais pas rendu compte que j'avais de l'or entre les mains. Je n'ai aucune envie de te regretter ni te perdre" Il a décidé de se prendre en main et j'ai accepté d'être là, de l'aider, à condition que notre relation ne devienne pas une relation "tampon" et que je ne sois pas plus qu'une "béquille" pour lui. Je lui ai dit aussi que si un jour, j'en souffrais, il serait préférable que l'on arrête. De là, notre relation est encore passée à la vitesse supérieure, ça a été comme un déclic. Il y a eu ses premiers "je t'aime" , mots qu'il m'a toujours dit ne pas avoir prononcés depuis son ex car il n'avait plus ressenti cela depuis, avant moi. Petit à petit, j'ai pris confiance et ai commencé moi aussi à lui ouvrir mon c'ur, disons à l'ouvrir totalement et accepter mes sentiments et les lui dire. Il m'a toujours dit (et prouvé aussi) être bien avec moi, naturel, lui-même, adorer notre entente (mentale et physique) , nos délires, notre complicité, même nos prises de tête. Il me voit comme la mère de ses enfants, sa femme, n'attend qu'une chose, que je passe le cap de tout quitter afin de le rejoindre. Son âge me faisait un peu peur parfois, enfin notre différence d'âge pour le "futur" , lui fougueux, impulsif, foufou, idéaliste. Moi fougueuse et fofolle aussi mais plus réaliste, plus raisonnable, plus lucide dans les moments importants. Mais quelque part, on s'est toujours équilibrés. En fait, on avait le sentiment tout bête de s'être trouvés. Lui n'a pas connu son père et il ne veut pas d'une vie de couple dissolue. Il veut quelque chose de solide, stable et souhaite ne pas infliger à ses futurs enfants ce que lui a vécu. Mais voilà, en ce moment, ce n'est pas la joie. Sa boîte ne marche pas très bien, mauvaise conjoncture et parallèlement, il bosse dans un restau depuis début juillet pour arrondir ses fins de mois. Donc il vit comme un saisonnier et côtoie évidemment tous les saisonniers ? .Avec les virées régulières pour décompresser en fin de service. Le mois de juillet a été très difficile à passer. Dès le départ, il m'a dit "bébé, ça va être dur, je ne vais pas être dispo aux mêmes horaires que toi, on ne va pas réussir à passer autant de temps ensemble que d ? Habitude. Mais il faut qu'on s'accroche, il faut que tu tiennes le choc, ne lâche pas stp. C'est juste 2 mois difficiles et on va les passer" . J'ai accepté en lui disant que tout irait bien, je comprendrais mais qu'il fallait qu'il n'oublie pas mon existence. Durant ce mois, j'ai constaté la difficulté de notre décalage horaire et j'ai pété les plombs plus d'une fois mais j'ai aussi pris conscience que je l'aimais profondément et que je ne voulais vraiment pas le perdre. Je lui ai donc fait une déclaration, si je puis dire. Disons que je lui ai dit que je l'aimais et que j'étais prête à quitter mon boulot et sauter le pas pour venir, sans lui donner de délai, juste pour qu'il ait la réponse à la question qu'il se pose depuis longtemps. Il a été "absourdi" par ce message en me disant que ça lui paraissait surréaliste que je lui dise ça, moi me déclarer, il était très ému, pas de comédie possible, je le connais. Ensuite, ça a été malgré quelques passages space. Comment dire, je l'ai trouvé distant, à se comporter comme un célibataire tout en n'oubliant pas qu'il a une nana mais à me mettre de côté quoi. Il est dans le feu de l'action là-bas, et en plein dans l'ambiance saisonnière, il connaît et s'entend avec tout le monde, est un peu le "mec que tout le monde veut connaître" , sociable, drôle, à l'écoute, etc. J'ai pris mes distances 2 jours et là, il est revenu au galop, en me demandant ce qui se passait, si tout allait bien, en me disant qu'il avait besoin de sentir que j'étais là, que ce n'était pas facile certes, mais qu'on venait de passer le premier mois, qu'il n'en restait plus qu'un, etc. J'ai passé 3 jours là-bas ce week-end et ça a été nickel hormis une prise de tête. On a pas mal discuté et il m'a dit que le jour où je me suis déclarée, il a ressenti un immense soulagement et s'est dit "ça y est, c'est bon, cette fois je suis sûr d'elle" . Il m'a dit aussi qu'il était conscient d'agir un peu trop en solo ces derniers temps et qu'il savait qu'il devait faire des efforts mais qu'il était à 200 à l'heure entre ses 2 boulots. Il m'a présentée à tous ceux qui ne me connaissaient pas encore en live, m'a montré son boulot au restau, le contexte, etc. Tout le monde sait parfaitement que j'existe depuis longtemps évidemment mais surtout, à son initiative, que je viendrai vivre ici courant 2009. Je sais aussi qui lui tourne autour ? Mais le jour de mon départ, j'ai eu l'impression qu'il se blindait ou était plus détaché que d ? Habitude. Alors que moi, je n'ai évidemment pu m'empêcher de verser ma petite larme (et je m'en suis voulue car je ne voulais pas craquer). Depuis 2 jours, pas un seul "tu me manques" , "ça fait vide sans toi" , rien alors que jusqu'à présent, ça n'était jamais arrivé, au contraire et un contact plus que sommaire. Evidemment, je vous laisse imaginer mes doutes et ma réaction. Et hier, il crache enfin le morceau. Je sais que sur le coup de l'impulsivité, il s'exprime mal, ça ce n'est pas nouveau. Il me sort que là, d'un coup je lui annonce que je suis prête à venir et que ce n'est pas la bonne période, il me dit que le problème de cohabitation entre nos animaux (lui un bull terrier et moi un chat) pose problème et qu'il ne voit pas de solution. Qu'il ne veut pas continuer à distance des années parce qu'il ne tiendra pas et que si on ne peut pas vivre ensemble à cause de nos "animaux" , ça ne mène à rien. Bref sur le moment je l'ai senti en train d'abandonner totalement. Là, je lui dis qu'à l'entendre, il pense séparation. Il s'enflamme en me disant "mais arrête, pourquoi tu me parles de séparation, on est bien ensemble, on était bien ce week-end non ? " . Je lui réponds ok mais qu'il y a toujours une solution, que je n'ai jamais dit que j'allais débarquer chez lui demain. Et que bien que l'un comme l'autre il était hors de question qu'on lâche nos "bêtes à poil" (je suis dingue de ma minette). Bah s'il le faut, je descends temporairement sans mon chat le temps de m'adapter, trouver un boulot, prendre un appart pour récupérer mon chat et là, le problème ne se posera plus. On ne sera plus à 900 bornes et on pourra se voir et passer des nuits ensemble sans problème. Mais que pour moi, les "animaux" n'étaient pas un motif de séparation et encore moins avec la relation que l'on tient depuis 1 an ½. Par contre, s'il y avait autre chose derrière tout ça, autant le dire. Il a admis que c'était une solution. Puis m'a dit reconnaître que ça fait des mois qu'il n'attend que ça que je descende, qu'il m'en parle et mais que là, d'un coup, c'est "brutal" . Il n'a pas la tête à penser à ça en ce moment, trop de problèmes avec sa boîte, et mon arrivée le fait flipper, il a peur que ça se passe mal, que je pète un câble etc. Mais là tout de suite, il n'a pas envie de se prendre la tête et d'y penser, ce n'est pas le moment. Il se sent sous pression et me dit qu'on en reparlera en septembre (lors mes vacances chez lui) , il sera plus zen, plus posé et moins préoccupé ? Soit. Je lui réponds donc que j'ai compris le message, qu'il fallait juste que les choses soient dites clairement. "OK j'ai compris, je n'en parle plus, je ne voulais pas te mettre la pression" . "de toutes façons, en ce moment, tout ce qui est important en dehors du boulot me met la pression" mil répondu. Je précise aussi que sa mère avec qui il a des rapports tendus est arrivée chez lui hier pour 3 semaines. Et ça lui prend la tête aussi. J'ai ensuite passé une après-midi et une soirée de merde. Plus de news de lui et je n'ai pas cherché à le contacter. J'ai tout remis en question et ai eu l'impression qu'il me mettait un stop en pleine tête même si je comprends les "circonstances" et ses "peurs" . Mais nil vraiment que ça ? J'ai donc décidé de ne plus me poser de questions ni à lui, de laisser passer ce mois d'août en prenant sur moi et de le "laisser vivre" (ce qui ne veut pas dire que j'accepterais un manque de respect ou du foutage de gueule bien sûr). Ce matin, réveil difficile, je prends mon portable et vois un texto envoyé à 3 h 20 du mat, dans lequel il me souhaite bonne nuit, etc. Bref habituel, il a juste "zappé" de se manifester plus tôt (il sait que ça m'énerve quand il me bipe trop tard). J'en ai conclu qu'il était sorti boire un verre après le boulot. Je décide de maintenir mes résolutions : la jouer zen, tout va bien. Je fais comme si de rien n'était et ne le contacte toujours pas. Il m'appelle à 10 heures, "bébé" , "mon c'ur" à profusion etc je le sens "inquiet" , il me demande si ça va, "oui ça va" . Il est bien sorti hier après le boulot et remet ça ce soir avec des potes de la copine de son ami en ajoutant "il y a 3 mecs célibataires donc ils sont chauds" "comment ça ? " "bah ils ont envie de sortir" "donc ce soir c'est sortie célibataires" , "non il y a aussi un tel avec sa copine, moi je ne suis pas célibataire, déjà hein ? Et un tel et sa copine" "ok" . Depuis, il m'a rappelée 2 fois dont une où je n'ai pas répondu car oqp, et sur mon répondeur ainsi que de vive voix, ça fuse de "mon c'ur" (ses habitudes ceci dit, rien de louche) et des mêmes interrogations "j'espère que ça va" , "ça va toi ? " . Ce à quoi, je réponds le plus calmement et détachée du monde "oui ça va" . A l ? Heure actuelle, Je me dis donc qu'il y n'a que 2 solutions ? .Mais je ne crois pas aux contes de féesavoue que ça m'a en partie détruite en quelques instants et que depuis, je n'ai plus confiance, je suis sonnée si je puis dire. Le mois d'août s'annonce très tendu et même si je me prépare au pire, j'avoue que là subitement me dire que si ça se trouve, en septembre, on va se séparer, wow, il y a encore moins d'une semaine, on n'en était pas là ?
  Lire la suite de la discussion sur psychologies.com


200336
b
Moi aussi !
Vous avez peut-être vécu la même histoire ?

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

A deux doigts de fuir parce que la rencontre m'angoisse - relations amoureuses

image

Bonsoir et merci de passer sur mon post. J'ai pas mal hésité à écrire ici (ou ailleurs ^^) , mais je crois qu'il faut que je mette les choses a plat et je suis ouverte à tous conseils et toutes critiques constructives. Voila, je suis une jeune...Lire la suite

Est-ce un point de non-retour ? - affaires de couples

image

Il s'en fout et il m'a dit "De toute façon, je ne vois pas l'intérêt de me prendre en main, il est trop tard maintenant." (il reste un mois à la fin de l'année). Ce qu'il a envie de faire en garçon normalement constituée. Je parle de le...Lire la suite


 
Voir tous les  autres témoignages