Histoire vécue Amour - Couple > Aventures - Infidélité      (15762 témoignages)

Préc.

Suiv.

Articles écrits sur le tard.. :-)

Témoignage d'internaute trouvé sur forumados - 21/09/11 | Mis en ligne le 21/04/12
Mail  
| 165 lectures | ratingStar_244509_1ratingStar_244509_2ratingStar_244509_3ratingStar_244509_4
Stop, j'en ai marre, j'arrête. Assez, s'en est assez. J'ai souffert, j'en souffre & j'en souffrirais de cette chose bizarre que l'on appelle "Amour". Mais c'est quoi cette merde, cette drogue dure ? Pourquoi n'y a t-il pas des campagnes de préventions contre ce fléau, comme pour toutes les autres drogues ? Si quelqu'un à réponse à cette question, venez à ma rencontre et dites le moi. Comme disait en son temps Charles Péguy : "Il y a des larmes d'amour qui dureront plus longtemps que les étoiles du ciel". Alors c'est sa l'amour ? S'habituer à souffrir, et trouver notre bonheur dans la noirceur de la vie ? Se perdre dans ses souvenirs les moins glorieux, espérer à en perdre haleine pour qu'à la fin tu tombes sans rien ni personne pour te relever, que ton coeur soit en pièces, en milles morceaux & que tu soit déclaré détruit mentalement à cause d'une femme que tu as voulu 'seulement ' aimer ? J'ai tellement l'envie d'avancer si vous saviez, de ne plus m'arrêter à une seule & unique personne, de ne plus m'attacher tellement j'ai peur, peur de retomber, peur de me faire encore une fois avoir comme une brêle, peur d'avoir mal, ' tout simplement ' . Vous me direz sûrement que " ça fait partie de la vie, c'est le jeu, le vice ", et je vous répondrais que oui sûrement que "Les gens sont libres, et l'attachement est une absurdité, une incitation à la douleur." comme dirait Marc Lévy. Eh bien si c'est ça l'amour, autant vous dire que plus jamais je ne signerai ce contrat avec le Diable. Le plus bel enfer c'est l'amour, et bien moi j'ai décidé, à ce moment même, de nager dans le bonheur, enfin du moins d'en reprendre l'habitude. Et pour moi le bonheur, c'est clairement l'amitié, que cette citation définie bien : " L'idéal de l'amitié c'est de se sentir UN et de rester DEUX ." Ils se reconnaitront tous, certainement. A vrai dire, je n'ai plus qu'une chose à crier & à écrire : " Allez tous, vous aimez en douce, au final vous irez tous vous faire foutre ." -------------------------------------------------------------------------------------------------------------- Le sens des mots peut être fort, alors ne les utilisez pas à mauvais escient ! Facebook est le lieu par excellence pour s'exprimer mais apparemment certains ou certaines personnes n'aiment pas voir la réalité en face ni savoir leur verité. Quand tu parles, quand tu es franc, tu te fais jeter. Ou est la logique ?! Je crois qu'effectivement, il y en a pas. C'est du beau, les gens préfèrent que tu fasses le lèche ou le faux-cul avec eux, que plutôt de savoir ce que l'on pense. Un exemple. Les gens qui s'appellent "ma vie". Si seulement ils savaient ce que vaut une vie et, si je dis bien si, ils appellaient seulement une personne chère a leur coeur comme ça, encore ça passerait, mais là c'est du grand n'importe quoi. Chaque semaine ils ont une nouvelle "vie", ou encore mieux, ils nomment plusieurs personnes "ma vie". Moi ça me révolte, j'arrive pas à l'accepter, ça me sidère ! Tout ces surnoms allant de "ma vie" , à cette phrase que tout les gamins ne connaissant rien à l'amour citent "T'es la femme de ma vie", alors qu'ils connaissent la personne depuis 1 mois, ça me fou les nerfs. L'amitié c'est comme l'amour, ça se construit sur des mois, des années. Croyez en mon expérience, j'en ai fais les frais par deux fois. Je croyais jusqu'à présent que ces 2 amies serait là jusqu'a la fin au vu des années passées ensemble, mais non. Pour ma part j'ai fait table rase du passé, mais elles me manquent tout autant. Mais voilà, on tombe de haut, certes la vie est mal faite et est aussi faite de haut & de bas, mais c'est comme sa, alors maintenant par pitié arrêtez de vous appeler comme tel quand vous n'en savez pas le sens. Les ami (e) s nous n'en avons que 5-6, pas plus, sinon on appelle sa des "connaissances". Apprennez le sens de l'amitié, de l'amour, de la VIE, et venez me revoir après, je pense que vous changerez d'attitude. A bon entendeur, salut ! ?"Tu n'as pas compris encore ? On est tous des losers, toi & moi, et même tout le monde dans cette ville. J'ai pas peur de me faire traiter de loser, parce que je peux accepter que j'en suis un." ? -------------------------------------------------------------------------------------------------------------- "La haine entraine la haine, seul l'amour peut arrêter la haine." "La haine renfermée est plus dangereuse que la haine ouverte", c'est par cette citation que je commencerais cet article. Par ou pourrais-je bien commencer, par quelle déception pourrais-je entamer cette (d) ébauche de vie. Alors, tout d'abord parlons de l'amitié. Y'a t'il des ami (e) s, ou seulement des personnes de passage ? N'est ce que des moments d'amitié comme dit le proverbe ? Je dirai que oui. Ce qui me fait dire sa ? C'est mon expérience. A croire que certaine personnes te promettent monts et merveilles pour au final te laisser en plan. C'est comme si ils te disaient "Maintenant débrouille toi tout seul, tu m'as servis, je te jette. Merci, aurevoir". Ils croyent certainement que nous sommes des objets, rien que ça, mais ne voyent pas à quel point notre deception peut être immense et qu'à force nous nous remettons à chaque fois en question pour rien ce qui nous fait perdre confiance en nous. Ces soit-disant (es) ami (e) s, d'après moi, ne savent pas ce qu'est la véritable amitié. Pour eux, cela s'arrête à des mots, jamais à des preuves ou à des gestes. Ah oui, ils sont beaux a dire "Je te remercierai jamais assez pour tout ce que tu as fais pour moi", mais quand ils te lâchent la main, nous on à que nos yeux pour pleurer et quand ils reviennent, on les accueille a bras ouverts, le coeur sur la main, même après toutes les crasses, parce qu'on les aime. Les personnes comme moi, dites "trop bonnes, trop connes", sont effectivement connes. On ne devrait justement pas les accueillir aussi facilement, on devrait leur rendre coups pour coups leurs crasses, leur faire comprendre leurs erreurs, et au final, les laisser tomber comme des merdes. C'est ce que je fais à partir d'aujourd'hui. Trop de gens on voulu me baiser, trop on voulu profiter de ma gentillesse, j'ai failli perdre pied, mais je suis remonté à la surface sans aide. Ces personnes là, et j'espère qu'elles se reconnaitront, je pourrais les faire tomber une a une, détruire tout ce qu'elles ont construit pendant des mois, leurs amitiés et relations s'éffondrant en seulement une parole. Je suis prêt à tout, prêt à m'en prendre plein la gueule (un peu plus, un peu moins, franchement je m'en contre-fou, je suis paré) , prêt à tout dévoiler du plus petit secret a la plus grande honte, sans concession. Maintenant il n'y a plus de fair-play, j'ai remarqué que toute cette haine était prête a ressortir depuis quelques temps. A croire que personne ne me connait vraiment, a croire que vous êtes naïf, a croire que je ne me croyais pas aussi confiant jusqu'à présent et pourtant, mais surtout n'oubliez jamais que vous n'êtes supérieur a personne. Certaine personnes n'auront jamais ma vitalité, ma joie, ma force morale acquise au fil des années. Je sais ce que je vaux, ces personnes là ne sont que des sous merdes, développant une jalousie maladive, essayant de détruire ce que tu as construit parce qu'elles n'arrivent pas à construire quelque chose de solide, qui dure. A ces personnes là, je leur adresse toutes mes condoléances. Oui mes condoléances vu que leurs âmes sont mortes le jour de leurs naissances, leur honneur aussi, ainsi que leur dignité. Ça me fait rire quand même, ils se donnent corps et âmes pour nous enfoncer, mais ils n'y arrivent pas ou plus, donc ils changent de cibles, mais n'y arrivent pas non plus. A force ce sont eux qui sont détruits, et nous qui sommes reconstruits. Le mot de la fin : La solitude n'est pas un moyen d'enfermement, au contraire, elle permet de se forger une personnalité et une carapace, pour plus tard s'ouvrir au monde. Seul les solitaires sont heureux, et ne sont jamais déçu. J'AIME LA VIE, JE SUIS NE POUR VIVRE, MAIS EN AUCUN CAS POUR VOUS AIMER ! ?"Tu n'as pas compris encore ? On est tous des losers, toi & moi, et même tout le monde dans cette ville. J'ai pas peur de me faire traiter de loser, parce que je peux accepter que j'en suis un." ? -------------------------------------------------------------------------------------------------------------- Décevant mais beau. "Elle me manque. Quand vous aimez quelqu'un comme je l'ai aimé, cette personne fait partie de vous. C'est comme si vous étiez attaché par cette corde invisible, et peu importe si vous êtes loin, vous pouvez toujours la sentir. A présent à chaque fois que je touche cette corde, je sais qu'il n'y aura personne au bout, et j'ai l'impression de plonger dans le néant. Puis je me rappelle d'elle. Je me rappelle d'une amitié menée sans ennemi (e) s, sans préjugés, sans regrets, et je suis inspiré. Elle me manque tellement, c'est comme si une partie de moi c'était arrachée. Juste encore une fois, je voudrais la serrer contre moi. 10 petites secondes de plus, est-ce trop demandé ? Pour 10 secondes de plus dans ses bras ? Mais je ne peux pas, et je ne le ferai pas, et la seule chose qui m'empêche de me laisser emporter par la tristesse, est de me dire qu'elle me tuerait pour ça. Donc a partir de maintenant, elle va juste me manquer." -------------------------------------------------------------------------------------------------------------- On fait toujours les mauvais choix, on choisis toujours les mauvaises personnes. A croire que jaurais pas put vivre sans me crever à la tâche. Que j'étais obligé de me crâmer les mains, que la douleur m'étais indispensable. Que survivre au lieu de vivre, c'était beaucoup plus drôle. Beaucoup plus fort. J'étais obligé de foncer dans le tas, de choisir l'âme la plus moche, la plus crade, la plus abîmée et de lui donner toute ma force, toute ma beauté. Et elle, elle pompait mon sang, ma force, ma vie, elle prenait tout ce qu'elle voulait prendre (et même plus) , tout ce dont elle avait envie, et elle me laissait m'écraser au sol quand elle se barrait. Et je trouvais encore le moyen de m'excuser. Parce qu'au final, je me retrouvais toujours seul dans ma chambre, les mains froides, vides et le regard figé. Et maintenant ? Maintenant que je me suis bien écrasé contre des foules d'âmes en peine, je me retrouves comme elles, fissuré, craquelé. Et vide. Vide-vide-vide. Exsangu. A attendre que quelqu'un vienne me chercher, que quelqu'un me sorte de mon bourbier, en silence. Quelqu'un qui, comme toi, aimerait les âmes en peines, les gens brisés, fatigués, et tout leur foutoir de souffrances. Quelqu'un qui m'aurais laissé m'agripper à son cou, quelqu'un qui m'aurait regardé dormir. Qui m'aurait emmené voir le soleil ; qui m'aurait appris à ressentir quelque chose à nouveau. Qui m'aurait sorti de mon silence, qui m'aurait embarqué dans le bruit et la lumière. -------------------------------------------------------------------------------------------------------------- Stop, c'est sur ce mot que je vais commencer ce texte. Après tout pourquoi ne serai-je pas heureux sans elle ? Pourquoi m'interdirais-je de l'être ? Sachant que cette personne, que je croyais si bien connaitre, n'est pas celle qu'elle a prétendue être, je ne vois pas pourquoi je m'obstine autant à vouloir récupérer l'irrécupérable ? Irrécupérable, oui c'est le mot. Irrécupérable dans le sens : "perdue" tout comme sa si belle âme d'autrefois, "fichue" au vu des mauvais chemins empruntés par cette dernière et "désaxée" vu qu'elle s'amuser avec les 'sentiments' des autres. Aujourd'hui, j'ai bien compris son petit manège, cette petite espièglerie. Au fond qui est-elle pour que je m'en fasse autant ? Qui est-elle pour m'en avoir fait baver ainsi ? Qui est-elle pour avoir réussi à tromper ma vigilence toutes ses années ? Mais qui est-elle réellement, un ange, un démon ? Enfin, je me questionne aussi sur le fait qu'elle réussisse à raviver cette "haine" que j'ai en moi ? Au début je me disais qu'à toutes mes questions, il me serait quasi-improbable d'y répondre par moi même. Et pourtant, et pourtant, j'y suis parvenu. Si je me posais toutes ces questions, c'était certainement dû à une peur enfouie dans le plus profond de mon âme. Cette peur je l'ai cherché, trouvé, détruite & enterrée. Cette peur c'était l'abandon, l'oubli. Oui j'avais peur que tu m'abandonnes, que tu m'oublies. Ce fut le cas, au début me dire que sans toi je n'y arriverai pas c'était mon quotidien. Et puis le temps passa, il fût son petit boulot, effaça de plus en plus de cicatrices "morale" suite à ton acte de lâcheté. A partir de ce moment là, j'ai su qui tu étais. Tu n'étais plus rien, j'ai juste ouvert les yeux, grâce à ma seule volonté en un instant j'ai pû, comme tu l'as si bien fait, te faire disparaitre, effacer toutes tes traces, oublier nos souvenirs et t'oublier. Maintenant, quand je te verrais, ça ne m'atteindra même plus, je ne me dirai plus "Qu'est ce qu'elle me manque, c'est atroce", non. A contrario, je me dirai justement que la vie à bien fait les choses et que si nos chemins respectifs se sont séparés c'est que tu n'étais pas assez bien pour moi, que tu ne m'arrivais pas à la cheville. Vous trouverez peut-être ça prétentieux, mais sincèrement de votre avis, je m'en balance. Tant de soit disants ami (e) s m'ont tourné le dos, et dans mon acs, ça m'a fait grandir, évoluer, et ces ex "ami (e) s" je leur dis quand même un grand MERCI. Merci de m'avoir montré ce que c'était la dure réalité de la vie et d'avoir fait en sorte que je me construise cette carapace. Après tout, ce que je veux c'est être HEUREUX et SANS TOI. Quand on veut on peut non ? Je veux être heureux, je le serai ! Comme dirait Eminem : " Je ne reviendrais pas, ça ne sert à rien d'attendre mon retour. Tu sais parfaitement quelles sont tes fautes, inutile d'y réfléchir davantage. Je te l'ai dit que tu serais désolée si jamais je partais que je rirais pendant que tu pleurerais. Comment tu te sens maintenant ? C'est bizarre hein, tu m'as tellement négligé, malgré tout tu m'as rendu service, tu m'as permis de me libérer une bonne fois pour toute ! "
  Lire la suite de la discussion sur forum.ados.fr


244509
b
Moi aussi !
Vous avez peut-être vécu la même histoire ?

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

Amour, infidelite, besoin d'aide - relations amoureuses

image

Salut ! Je vous explique mon cas, je ne sais pas quoi faire.. Je sors avec un mec depuis 1an, une relation sérieuse, je sais qu'il m'aime beaucoup mais avant de sortir avec j'aimais déjà un autre garçon, fin', on peut dire que j'avais des...Lire la suite

Je vais les petier les rotules - fidelite – infidelite

image

Tu ne peux lui demander une telle chose car il serait foutu de le faire et de t'en rendre responsable au cas où. . De plus, attends toi à une demande d'accueil. Si tu es contente ainsi, si rien ne t'emmerde dans cette relation, que demande le...Lire la suite


 
Voir tous les  autres témoignages