Histoire vécue Amour - Couple > Aventures - Infidélité      (15762 témoignages)

Préc.

Suiv.

C'est fini... :-(

Témoignage d'internaute trouvé sur psychologies
Mail  
| 163 lectures | ratingStar_259928_1ratingStar_259928_2ratingStar_259928_3ratingStar_259928_4
A l'aube de cette nouvelle année, je suis seule chez moi, volontairement. Je suis triste. Infiniment triste. Pas de réponse à mon mail. Pas d'appel. Aucun signe de lui depuis notre conversation de la semaine dernière. Je ne comprends pas. Enfin… si, je comprends justement… Mais ça me fait mal. Tellement mal… J'ai tremblé de douleur, d'envie et de jalousie de l'imaginer enlacer et embrasser sa femme à minuit tout à l'heure… Je pleure à chaudes larmes. Encore. Sans pouvoir m'arrêter. Avec le sentiment que ma vie s'est arrêtée… Je suis dans la tempête. Une tempête avec des vents force 5 et une forte houle. Un vrai séisme. Je n'ai jamais vraiment eu le pied marin et encore moins depuis quelques temps… Je bois la tasse. Une sacrée tasse, même… Mais je vais tenter de ne pas me noyer… Je vais tenter de laisser 2008 mourir tout doucement. Je vais tenter de me rappeler des paroles d'un homme qui m'a sauvée quand je n'étais qu'une adolescente. Un homme qui aurait pu être mon père, que j'aurais aimé avoir comme père, et sans qui je ne serais peut-être pas là aujourd'hui. Cet homme qui m'avait dit et écrit, quand Sarah, ma fille aînée, est née, qu'elle avait "bien de la chance d'avoir pour maman une perle chatoyante emplie de toutes les richesses cosmiques". Je vais tenter d'entendre mes filles : Ma Sarah, ma magnifique Sarah, de qui je suis tellement fière, et qui me dit que sa mère, celle que j'étais "avant", lui manque et qu'elle aimerait bien la retrouver. Ma Sarah qui, un soir où on parlait comme d'habitude, m'a fait le plus beau compliment du monde en me racontant, des larmes d'émotion aux yeux, ce qui reste pour elle son plus beau souvenir d'enfance. Je vous le fais partager : "mon plus beau souvenir, je m'en rappelle comme si c'était hier et le simple fait d'en parler me gonfle le coeur : c'est quand j'était petite et que tu venais me chercher à l'école. Je t'attendais toute la journée. Et quand je te voyais enfin arriver, j'étais tellement heureuse ! TU arrivais ! Enfin ! Je sentais mon coeur battre plus fort, je te trouvais tellement belle ! Tu me prenais par la main et on rentrait tranquillement à la maison toutes les deux. D'une voix toute douce, tu me demandais si j'avais passé une bonne journée, on papotait de tout et de rien. Je me sentais en sécurité, ma main dans la tienne. Tu étais ma maman à moi ! Je me souviens que je me sentais toute petite à côté de toi et que j'étais heureuse, mais heureuse ! Tu ne peux pas imaginer à quel point ! Je me sentais la reine du monde de t'avoir pour maman… " Ma petite Kendra, ma blondinette si fragile, qui est bien triste en ce moment. Trop triste. A cause de moi. Parce que je ne suis pas "là". Et qui a dit à ma mère aujourd'hui : "maman est bizarre, on dirait qu'elle fait la tête, mais je crois qu'elle est triste… " Je vais aussi tenter d'entendre les paroles de collègues de boulot qui sont devenus bien plus que des collègues, au fil de ces derniers jours. Des "collègues" à qui je n'ai pas pu m'empêcher de raconter mon histoire en début de semaine et qui me rassurent, qui me soutiennent ; qui s'inquiètent de moi parce que je ne souris plus, parce qu'ils voient ma tête défaite, ravagée ; qui me disent que mon rire leur manque… Je vais tenter d'entendre toutes ces voix, tous ces mots. Il va me falloir du temps mais j'espère pouvoir essayer et… réussir. Avant, je vais tenter de mettre la voix d'Eric dans un petit coin de mon jardin secret. Sa belle voix qui me faisait frissonner et tous ces "rendez-vous charnels" passés ensemble. Encore avant, je vais tenter de me dire que même si elle n'a été jolie, intense et importante que pour moi, notre histoire était jolie quand même, et que c'est ce que je dois garder de ces 17 derniers mois. Mais dans un premier temps, bien avant tout cela, au lieu de me dire que j'avais si peu d'intérêt pour lui pour ne même pas mériter au moins un "au revoir", je vais tenter de me persuader que son silence ne vient que de sa peur d'être maladroit et qu'il aurait peut-être voulu me dire au revoir, lui aussi. Ça ne me soulagera même pas, mais je vais tenter de m'en persuader. C'est ce qui va être le plus difficile, mais je vais tenter… Notre aventure, je l'appelais "les plaisirs d'EriKa" (la contraction de nos prénoms) , ça le faisait rire… Je pleure en l'écrivant mais cette histoire est finie et je vais devoir tenter de l'accepter. Tenter surtout d'accepter la fin si moche des "plaisirs d'EriKa". Cette fin qui me fait mal. Tellement mal… Ça va être long, mais je vais tenter. Je ne sais pas comment je vais faire mais je vais tenter… A vous qui me lisez, je vous souhaite plein de belles choses.
  Lire la suite de la discussion sur psychologies.com


259928
b
Moi aussi !
Vous avez peut-être vécu la même histoire ?

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

Amour, infidelite, besoin d'aide - relations amoureuses

image

Salut ! Je vous explique mon cas, je ne sais pas quoi faire.. Je sors avec un mec depuis 1an, une relation sérieuse, je sais qu'il m'aime beaucoup mais avant de sortir avec j'aimais déjà un autre garçon, fin', on peut dire que j'avais des...Lire la suite

Je vais les petier les rotules - fidelite – infidelite

image

Tu ne peux lui demander une telle chose car il serait foutu de le faire et de t'en rendre responsable au cas où. . De plus, attends toi à une demande d'accueil. Si tu es contente ainsi, si rien ne t'emmerde dans cette relation, que demande le...Lire la suite


 
Voir tous les  autres témoignages