Histoire vécue Amour - Couple > Aventures - Infidélité      (15762 témoignages)

Préc.

Suiv.

En fait, le smiley interrogatif indiquait que je me demandais

Témoignage d'internaute trouvé sur psychologies - 20/04/10 | Mis en ligne le 20/07/12
Mail  
| 142 lectures | ratingStar_278441_1ratingStar_278441_2ratingStar_278441_3ratingStar_278441_4
Klam la communication sur forum peut être faussée parfois par la précipitation. En fait, le smiley interrogatif indiquait que je me demandais : -- qu'est-ce qui avait bien pu se passer en toi pour que tu livres ce fait pour la toute première fois, 35 ans après, surtout au regard de l'heure où tu as posté. Et puis ta phrase que j'ai reprise m'interrogeait sur la dichotomie qui existe entre : -- vivre dans une communauté libérée et ne pas être en adéquation avec un acte sexuel qui aurait pu être somme tout sympa et faire partie du mode de vie de ces communautés de la fin des années 70. Je comprends très bien ton étonnement face à toi-même, face à ta conscience, d'avoir eu à subir un acte touchant l'intime que tu n'avais pas choisi. Je comprends et je compatis. Je me pose surtout la question de ce que cela à soulevé chez toi surtout qu'hier j'ai lu tes échanges avec Sotgrenue sur la place du père, ton indépendance, etc… je me suis demandée s'il n'y avait pas un lien entre tout cela chez toi… ? Pour répondre à ta question me concernant sur des actes que j'aurais fait sans y avoir réellement adhéré je n'en n'ai pas souvenir. Franchement, je pense avoir toujours su dire non lorsque je ne voulais pas aller là où je le voulais excepté dans mon histoire d'infidélité qui m'a totalement dépassée et où je ne me suis pas reconnue. Il m'est aussi arrivé des histoires pas très saines touchant à la sexualité d'autant plus que j'ai été livrée à moi-même très jeune. -- A 16 ans je me suis retrouvée embarquée dans une boîte échangiste mais je n'ai même pas voulu "échanger" un simple baiser tant j'étais désorientée et le garçon qui m'avait amenée là n'a pas insisté. Je n'en ai jamais parlé. -- Une véritable tentative de viol à 17 ans par l'ouvrier de mon oncle. J'étais en totale confiance avec ce garçon et pourtant j'aurais du me méfier. Je me suis défendue comme une harpie, ma force était décuplée tant la peur de mourir m'a prise aux tripes. Il est parti sans parvenir à obtenir ce qu'il voulait. Je n'ai jamais rien dit ni à mon oncle, ni à mes parents. Je me suis tue. -- Une tentative d'enlèvement à 19 ans gare Saint-Lazare à Paris. J'attendais mon train dans la salle des pas perdus quand un homme à l'allure de proxénète, de petite taille, est venu vers moi, m'a attrapée fortement par le bras en m'ordonnant de le suivre. Je me suis débattue, il m'a giflée me disant de le suivre à nouveau. Les quelques voyageurs qui ont daigné regarder la scène passaient dans la plus grande indifférence. A l'époque il y avait une bouche de métro dans ce hall, il m'a dangereusement fait pencher en arrière dans le vide en me menaçant. Je suis devenue hystérique, heureusement que je le dépassais d'une bonne tête, je me suis projetée en avant et ai couru en dehors de la gare où par chance un transport de fonds avait lieu, encadré par des agents de police. Je me suis plantée à côté d'eux sans rien dire. L'homme à la tête de proxénète est parti. Je me suis tue aussi. -- A 25 ans alors que je cherchais du travail à temps partiel car je venais d'avoir ma seconde fille, je suis allée me présenter pour un emploi avenue Montaigne à Paris. La classe. Je me suis retrouvée dans un appartement digne des films porno., interrogée par un homme au véritable physique de proxo. J'ai eu très très peur une fois la porte CAPITONNEE (je me souviens avoir été impressionnée par cette porte) refermée sur moi. Il m'a dit que j'avais le physique pour tourner mais pas le mental… je n'avais fait que de parler de mes filles… J'ai cru que je ne les reverrais plus jamais mais… il a été plus que correct, il m'a grand ouvert cette porte pour que je puisse courir retrouver ma famille. Et je me suis tue. Aussi. Je crois l'avoir échappé belle. Et puis, il y a eu ce fameux épisode lors de mes 14 ans où je dormais dans la même chambre qu'un de mes oncles (jeune adulte). Merci papa, merci maman. Il faisait chaud cette nuit d'août. J'étais en sous-vêtements il est venu dans mon lit une place tout près de moi et s'est mis à me caresser avec une grande tendresse, un grand respect. J'étais consciente. Je me suis laissée faire et j'ai adoré. Jamais personne n'avait été aussi tendre avec moi. Je me suis tue, j'avais peur de bouger par peur qu'il s'arrête. C'était terriblement humain, terriblement tendre. Il ne m'a pas pénétrée. Je l'ai regretté. Il est reparti dans son lit. J'en garde depuis toujours un fabuleux souvenir. Très longtemps après, cet homme, aujourd'hui avec de grosses responsabilités dans un secte m'a dit qu'il aimerait que nous rediscutions de cet épisode où il s'était très mal comporté envers moi. Je lui ai dit que je ne regrettais rien, qu'il m'avait donné beaucoup de bonheur et que je gardais cela comme un beau cadeau. Il n'était pas content de ma réponse peu importe, moi je n'y ai pas vu de mal, juste un échange d'amour pur, d'amour vrai. (j'ai depuis pu analyser cette sensation). Pour en revenir à Butterflys qui est souvent taxée de se poser en victime je trouve que certaines internautes sont dures avec elle. Certes, Butterflys ne veut pas voir un psy pour l'aider à démêler les fils de son histoire elle risque donc de rester empêtrer dedans mais elle a tout de même de bonnes raisons d'en vouloir à son amant. Elle déplore la façon qu'il a eu de la larguer. Manière non seulement inélégante mais surtout désinvolte. Moi aussi je trouve choquant qu'un homme puisse assommer une femme de mots d'amour et la jeter comme une vieille chaussette dans le même temps. Si j'ai bien lu Butterflys c'est la façon qu'il a eu de rompre bien plus que le fait qu'il ait choisi son épouse qui lui a fait mal. Pour conclure, je dirais que nous pouvons assumer notre part de responsabilité dans une histoire dès lors qu'il n'y a pas de sur-investissement affectif, autrement, dès que nous sommes dans l'idéalisation, nous avons du mal à comprendre que l'autre ne corresponde pas à l'image que nous lui avons collé ou qu'il s'est collé.
  Lire la suite de la discussion sur psychologies.com


278441
b
Moi aussi !
Vous avez peut-être vécu la même histoire ?

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

Amour, infidelite, besoin d'aide - relations amoureuses

image

Salut ! Je vous explique mon cas, je ne sais pas quoi faire.. Je sors avec un mec depuis 1an, une relation sérieuse, je sais qu'il m'aime beaucoup mais avant de sortir avec j'aimais déjà un autre garçon, fin', on peut dire que j'avais des...Lire la suite

Je vais les petier les rotules - fidelite – infidelite

image

Tu ne peux lui demander une telle chose car il serait foutu de le faire et de t'en rendre responsable au cas où. . De plus, attends toi à une demande d'accueil. Si tu es contente ainsi, si rien ne t'emmerde dans cette relation, que demande le...Lire la suite


 
Voir tous les  autres témoignages