Histoire vécue Amour - Couple > Aventures - Infidélité      (15762 témoignages)

Préc.

Suiv.

Il n'est pas du tout présent pour moi, pour notre couple

Témoignage d'internaute trouvé sur psychologies
Mail  
| 230 lectures | ratingStar_218185_1ratingStar_218185_2ratingStar_218185_3ratingStar_218185_4

Les principales choses que je n'ai pu encore digérer avec lui au cours de notre relation de 18 ans sont par exemple : le fait qu'il ait eu envie de me retrouver 15 ans après, ça peut encore se comprendre, quoi que la suite ne l'explique pas, car il s'est trouvé piégé lorsqu'il a fallu qu'il réalise qu'il avait deux femmes en même temps. Il lui avoue qu'il a cherché et retrouvé une ancienne copine d'il y a 15 ans, qu'il n'avait soi-disant pas oubliée, mais la copine, elle avait changé, 15 ans après, avec son vécu, etc ; … je n'étais plus du tout la même qu'à 19 ans, c'est clair.

Sa femme essaie alors de comprendre, mais ils continuent de vivre ensemble, à cause des vacances qui approchent, du petit à communier l'année d'après, du mariage du cousin en Auvergne, de la maison à finir de payer, du contrat à respecter, etc… Je me revois chaque soir, très tard, au début de nos retrouvailles, le reconduire chez lui, avec ma voiture, à son nid conjugual, pendant que mon petit garçon, lui, restait seul à l'appartement. Cela, il ne l'ignorait pas, et les siens étaient bien au chaud avec leur maman ! Et j'ai toléré ça ! Combien de soirées a-t-il veillé avec moi chez moi, tard, enceinte ou non, il repartait dans la nuit pour déjeuner avec ses enfants au petit matin ! J'étais tellement épuisée, mais je n'osais rien dire et j'ai encore pris sur moi-même.

Un jour, il m'a avoué une chose, que sa femme avec qui il s'ennuyait comme il disait, avec qui il ne se voyait pas vieillir, ou qui était un peu fade, ou je ne sais quoi, cela me terrifiait, car il l'avait quand même aimée 15 ans, lui avait fait deux enfants, on peut bien sûr parler de routine, mais pas ainsi. Dès lors qu'elle a senti qu'elle perdait son mari, le père de ses enfants, sa femme a dû à un certain moment vouloir se réveiller, changer d'apparence, de comportement, ils ont donc bien rediscuté, et apparemment, ils avaient dû retrouver une certaine complicité. Elle continuait, me disait-il, à lui confectionner des petits repas aux chandelles, de s'occuper de lui, etc ; … chose que toute femme qui se respecte et amoureuse de son mari ferait pour récupérer son amour, cela je le comprenais fort bien. Il lui aurait donc dit : "mais pourquoi es-tu ainsi maintenant, pourquoi ne l'as-tu pas été plus tôt". Cela voudrait dire si je continue sa phrase : si tu avais été comme ça avant, je n'aurais peut-être pas recherché la copine d'il y a 15 ans ! C'est l'une de ses remarques qui m'a fait réfléchir, mais pas assez, car j'ai continué à tolérer cette situation. Il continue donc de venir me voir chaque jour et lorsque je lui annonce que ne prenant plus rien depuis des années à cause d'un problème de santé, j'attends un petit bébé, là, il pousse un cri, "hors de question de le garder" ! Encore une fois, à cette réaction, j'aurais dû être plus ferme, le prier de quitter mon appartement, mais de ne pas lui rouvrir ma porte par la suite, chose que je n'ai pas su faire. Une petite anecdote : un jour, sa femme a retrouvé deux gros sacs de vêtements de bébé dans son jardin, au moment justement où j'attendais ma petite fille. Il a bondi chez moi, méfiant et hors de lui, pensant que c'était moi ou quelqu'un de mon entourage qui aurais éventuellement, pour faire du mal à sa femme, déposé ces vêtements de bébé dans le jardin, comme on dépose les Pâques !

J'étais hors de moi, comment pouvait-il penser une chose pareille me concernant, dans quel but aurais-je fait cela, il faudrait peut-être plus que pourrie pour faire ce genre de choses ! Lorsqu'on est complètement innocent, cela doit être terrible d'être soupçonné de quoi que ce soit, il en est toujours à se demander qui a fait cela, et moi je ne comprends toujours rien. Bref, ma petite fille est née et en la déposant sur mon ventre, il m'a dit "la voilà ta fille". Il aurait pu aussi être un peu plus tendre et me dire "regarde notre belle petite fille" par exemple. Cela voulait dire "tu voulais une fille, tu m'as bien piégé, la voilà ta fille", c'est ainsi que je l'ai ressenti ! Mon petit garçon n'a pas eu le droit de l'accompagner pour venir voir sa petite-soeur et sa maman à la maternité, il avait un peu mal à la gorge, mais rien de méchant, et il ne s'en est même pas occupé l'ombre d'un instant, c'est une amie qui me l'a pris pendant ma semaine à la maternité, du fait que son papa était dans la nature ! Mon petit garçon n'a vu sa petite-soeur que quelques jours après, parce que mon amie me l'a amené, et il pleurait en voyant ce petit bout de chou. Rien que ce passage, j'en ai les yeux qui débordent car je me souviens tellement de la peine que j'ai ressentie à cette époque-là. J'avais demandé au père de ma petite fille de louer un caméscope pour filmer ma petite-fille et dessus, il n'y a pas mon petit garçon, il n'a même pas cherché à comprendre ni à deviner que cela m'aurait tellement fait plaisir d'avoir mes deux bébés sur le film que l'on garde toute une vie en fait ! Heureusement j'avais pris beaucoup de phots avec mon petit garçon et mon bébé. Je suis rentrée chez moi, et j'ai encore passé l'éponge, on va dire ça comme ça. Sa jalousie vis-à-vis de l'amour que je portais à mon fils me laminait, je refusais de croire qu'on pouvait être jaloux d'un petit garçon de 8 ans ! Il l'était bien sûr de tous ceux qui m'approchaient, famille, amis, collègues, etc ; . Et même du père de mon fils lorsqu'il venait chercher son fils en bas de l'immeuble, ou d'un beau-frère, parce qu'il avait mis la main sur mon genou en discutant, ou du frère de ma meilleure amie, donc un ami d'enfance également, qui me connaissait depuis des années, et qui profitait soi-disant toujours de m'inviter à danser quand il était parti aux toilettes ! Etc. Etc.

Puis mes collègues de travail, si bien que je ne lui confiais plus rien, je ne lui racontais plus rien, vu sa jalousie. Il s'est peut-être toujours senti "de trop" ou "non attendu" ou "pas assez aimé", je ne sais pas, peut-être un manque de confiance en lui qui le faisait réagir ainsi, mais c'est pénible ! Enfant pourtant, c'était soi-disant le chouchou de son père, c'est lui qui négociait pour ses frères et soeurs. Ensuite, avec sa femme qui le montait toujours en flèche sur un piédestal, qui disait comme lui, faisait comme lui, qui lui cédait tous ses caprices, peut-être aussi en a-t-il pris l'habitude et ensuite s'est senti délaissé, abandonné ou je ne sais quoi avec moi ? Il avait pourtant sa place, j'étais amoureuse, je tenais àlui, j'avais envie de faire quelque chose avec lui, mais mon fils était très important pour moi aussi, et être entre les deux, faire l'arbitre, le médiateur, temporiser, gérer, etc… c'était épuisant. Lorsque j'ai changé de poste à mon travail, je gagnais davantage et je travaillais les dimanches et jours fériés. Mon dieu, quelle catastrophe ! D'abord je n'étais pas assez présente, et il devait s'occuper de ma petite fille souvent, car le soir je finissais assez tard. Cela ne lui a pas plu, et il prétendait que même si je gagnais davantage, j'étais lézée au point de vue congés et repos, etc… bref, il n'admettait pas tout simplement que je gagne un peu plus que lui et que j'aie quelques avantages supplémentaires !

Quand je suis allée vivre chez lui, d'abord on sentait bien qu'il était chez lui, ma fille et moi n'osions pas faire ce qu'on voulait, puis il avait décidé de continuer de payer ses factures d'électricité, de gaz et d'eau ; quant à moi, ne payant plus de loyer puisque j'étais chez lui, je devais assumer ma fille toute seule, c'est-à-dire qu'il ne me donnait plus rien pour elle, et la nourriture, l'entretien de la maison ! Equitable, je ne sais pas ? J'ai repris mes affaires et je me suis retrouvé un appartement avec ma fille. De toute façon, il n'était jamais présent, me laissait faire les courses toute seule, la cuisine, etc… lui qui chez moi m'aidait souvent à faire la cuisine, etc… là il ne faisait plus rien, il était sans cesse posté derrière son PC ou dans son garage, ou à ses.
  Lire la suite de la discussion sur psychologies.com


218185
b
Moi aussi !
Vous avez peut-être vécu la même histoire ?

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

Amour, infidelite, besoin d'aide - relations amoureuses

image

Salut ! Je vous explique mon cas, je ne sais pas quoi faire.. Je sors avec un mec depuis 1an, une relation sérieuse, je sais qu'il m'aime beaucoup mais avant de sortir avec j'aimais déjà un autre garçon, fin', on peut dire que j'avais des...Lire la suite

Je vais les petier les rotules - fidelite – infidelite

image

Tu ne peux lui demander une telle chose car il serait foutu de le faire et de t'en rendre responsable au cas où. . De plus, attends toi à une demande d'accueil. Si tu es contente ainsi, si rien ne t'emmerde dans cette relation, que demande le...Lire la suite


 
Voir tous les  autres témoignages