Histoire vécue Amour - Couple > Aventures - Infidélité      (15762 témoignages)

Préc.

Suiv.

La marmotte empaillée sur le buffet…

Témoignage d'internaute trouvé sur psychologies
Mail  
| 247 lectures | ratingStar_275620_1ratingStar_275620_2ratingStar_275620_3ratingStar_275620_4
@ Klam. Citation : D'abord, pour moi le "couple conventionnel" n'existe pas et je n'aime pas cette expression parce qu'elle fige quelque chose de vivant. La marmotte empaillée sur le buffet… Citation : Chaque couple est "unique" et même si au départ chacun a un "modèle" (sociétal, parental, philosophique) quand on est deux on ne maîtrise que la moitié de la relation et des équilibres subtils se créent de fait. Je te rejoins. J'ajouterais que l'équilibre est un équilibre dynamique : toujours en mouvement ! Citation : Si j'ai bien compris (!) , ce que tu décris c'est ce que j'appelle un " amant du placard " . On le sort quand on en a envie et on le range ensuite jusqu'à la prochaine fois, en n'omettant pas de lui signifier régulièrement qu'il est le préféré…Je ne doute pas que TU puisses être heureuse et satisfaite avec ce système éminemment "égotiste" , mais il faut trouver la "chose" qui s'y adaptera ! Ben oui, c'est pas un homme que tu cherches mais un "objet de plaisir vivant" . Je trouve l'appellation un peu raide mais je la prends ! Je ne cherche pas QUE un "objet" de plaisir vivant : je n'ai pas besoin de relation principale pour cela… Mais tu as raison, j'ai envie d'un homme dans ma vie et derrière cette envie se cache la recherche de satisfaction du désir et l'atteinte du plaisir ! Mais n'est-ce pas ce qu'on recherche dans tous les échanges qu'on initie avec les autres ? Dans cette configuration, je ne me sens pas utiliser mon partenaire principal. Il ne se tient pas à disposition pour moi. Citation : J'ai une amie qui a voulu vivre comme ça il y a 25 ans. Et je n'en étais pas loin non plus. Intellectuellement, c'est séduisant : je prends mais je ne donne que ce que je veux, quand je le veux. Je garde ma liberté et je ne gère pas tes merdes ni toi les miennes. Au début des années 80, époque où le MLF avait incité les femmes à secouer le cocotier et à rechercher d'autres types de relations, mon amie et son compagnon ont vécus ensemble quelques années mais comme les choses n'étaient pas clairement définies et donc entachées de mensonges permanents, monsieur avait fini par claquer la porte. Elle avait ensuite proposé (clairement cette fois) ce système : chacun chez soi et pas d'exclusivité sexuelle. Elle et sa "relation déclarée principale" avaient acheté chacun un studio (sur plan) dans la même résidence. Elle avait trois/quatre amants "secondaires" . Mais très vite la vie secondaire avait pris le pas sur la vie "principale" où elle me disait s'ennuyer. Elle a emménagé dans son studio mais pas lui. Quelques temps après son compagnon "principal" me demandait l'exclusivité dans notre relation naissante et s'installait avec moi. Cela fait 25 ans que ça dure… Elle a fait une sorte de dépression pendant 10 ans (faut dire qu'elle trainait aussi d'autres trucs). Elle a plus ou moins persévéré dans cette vision de couple avec l'homme qu'elle a rencontré ensuite, mais je pense qu'elle n'a gardé que le "chacun chez soi" et n'a pas continué sa collection de relations secondaires. Je suis toujours en relation avec elle mais ce sujet n'a jamais pu être réabordé, donc je ne sais pas comment les choses ont été vécues de part et d'autre. Je te cite cela non pas pour prouver quoi que ce soit, juste pour te signaler que cette idée n'est pas neuve, qu'elle a été largement expérimentée mais avec semble-t-il assez peu de succès (comme les communautés qui ont toutes très vite périclité, peut-être pour d'autres raisons.). Ce qui ne signifie pas non plus que ce n'est pas jouable ! C'était peut-être trop tôt ? Merci Klam pour ce témoignage. J'imagine bien que l'idée n'est pas neuve et qu'elle a été largement testée dans les années 70! L'idée est neuve pour moi ! Je sais aussi Klam que tu relates une histoire qui n'a pas valeur de vérité : je sais faire la part des choses… J'ai encore besoin de temps pour entendre cette histoire et poser des questions. Citation : Revenons à ton idée. Tu parles de couples multiples, et là, je coince déjà sur le terme. Je coince aussi. D'où mon questionnement sur ma facilité à cloisonner et le lien avec la structure psychique. Je n'ai pas de réponse. Citation : Nous vivons déjà ce genre de relations quand nous sommes des femmes actives : nous formons des "équipe" avec nos collègues de bureau, parfois un "binôme" professionnel, quand nous avons un partenaire privilégié de tennis ou de salsa, ou un ami cinéphile avec qui nous partageons certaines sorties. Cette dimension d'équipe me manque, c'est indéniable. Je travaille seule et mène toute seule ma barque professionnelle. Tiens, comme ma barque privée ! Moi, moi, moi… Je suis plus habituée aux binomes (couples ? ) : mon assistante de cours, mon partenaire de Tango, mes quelques partenaires de Salsa, la nana avec laquelle je partage mon local pro, T'avec qui je vais au ciné (et avec qui j'ai une relation "secondaire". Citation : Que veux-tu "de plus" dans ton système à toi ? La dimension sexuelle ? Ok, tu peux coucher avec tes collègues, tes danseurs, tes partenaires sportifs. Mais la relation principale dans l'histoire, elle sert à quoi ? Un port d'attache ? Un point fixe dans ta vie hasardeuse ? Un refuge ? (Un "doudou" ? !). Attention, moi je ne critique pas les gens qui cherchent à avoir le beurre et l'argent du beurre ! S'ils y arrivent et qu'on leur donne, c'est bingo ! A y réfléchir, je crois que je veux le beurre et l'argent du beurre, ainsi que le cul du crémier ! Je me trouve culottée de vouloir ça ! Je suis assez ambivalente quant à ce que je ressens. Je trouve ça déguelasse pour mon partenaire principal et je suis fière de moi d'avoir su demander ce dont j'avais envie. Je vois ma vie comme hasardeuse, dans le sens où je ne sais pas où je vais le problème est peut-être là : attacher de l'importance au chemin, ouais !!! Mais pour aller où ? Encore une fois, se contenter de cueillir les pâquerettes, c'est sympa mais qu'est-ce que je fais du bouquet ? Si je le garde à la main, elles vont faner et le bouquet perd tout son sens. Wouah ! Ça, c'est une avancée ! (j'élabore en écrivant, par association libre…). Je laisse reposer… Citation : Mais souvent ils n'y arrivent pas bien longtemps ou pas avec le bénéfice escompté parce que là on travaille dans l'humain !! C'est de la matière vivante et pensante que tu mets dans tes éprouvettes, mon Amie ! Je sais… et en mesure la complexité ! Citation : Je sais bien ce que tu cherches, je l'ai cherché aussi. Cela attise ma curiosité mais je n'ai pas envie de savoir ce que tu cherchais maintenant… Histoire de chercher seule… Peut-être que demain je changerai d'avis… Citation : Et bizarrement je l'ai trouvé dans le couple que tu nommes "conventionnel" et fidèle. Ma liberté je la trouve au sein de mon couple. C'est con, hein ? Mais je la trouve aussi dans l'exclusivité du domaine sexuel qui cimente la relation, la rend "unique" et concrétise que mon homme est "le préféré" et que je suis son Essentielle. Ça ne me paraît pas délirant du tout ! Ça me paraît même très juste ! Citation : Mais je l'y trouve AUJOURD'HUI, après avoir reformulé mes désirs DE COUPLE et être arrivée aux limites de ce que nous vivions précédemment. Voilà la clé ! Je ne suis pas encore aux limites permettant le basculement… Citation : A côté de cela, nous sommes des individus sociaux, qui formons aussi des équipes avec d'autres chacun de notre côté, chaque expériences rapportant au "couple" sa moissons d'éléments nourriciers. Le "don" , ce n'est pas donner ce qui ne coûte rien. Nous donnons chacun beaucoup dans la relation. Un don choisi, une priorité donnée à l'autre. Le don, c'est donner ce qu'on a de plus cher… Citation : Beaucoup de ce que nous faisons individuellement est tourné vers l'enrichissement de notre couple et est reversée dans le tonneau commun. Tous ce que j'apprends de toi, de vous, mes amis du forums, je le rapporte, sous une autre forme, à mon chéri, cela fait avancer NOTRE charrette, énergétise notre entreprise commune. Le quotidien peut-être très agréable si on rame dans le même sens, avec harmonie et désir. C'est peut-être ça mon but ? Citation : TON AMI[/#0000ff] == >> Cette "formule" est plus mon désir que le sien : il me l'a confirmé mais souhaite avancer dans l'entreprise. Il a déjà rencontré une limite : il a le sentiment de flouer les femmes des relations secondaires. Mais personne ne l'oblige, lui, a avoir des relations secondaires ! S'il ne le sens pas, il ne va pas aller baiser dehors, si ? Juste pour faire comme l'autre ? Pour pas être "en reste" ? Pour suivre ta mode ? Pour ne pas déséquilibrer la relation ? Oui, il veut des relations secondaires pour équilibrer la relation. Il n'a pas l'air de le vivre comme il l'a planifié… Citation : A première vue, cet homme "t'aime" (est attiré, charmé, veut faire un bout de chemin…mets le mot que tu veux) et n'a pas envie de te voir partir parce qu'il n'adhérerait pas à ta philosophie du moment. Alors il accepte l'expérience. C'est tout à fait ça ! Il met le mot "aimer". Citation : C'est audacieux et courageux. Il ne faudrait pas que ce soit destructeur, mais je suppose que c'est un grand garçon et qu'il sait où il met les pieds.! J pense qu'il est assez grand et réfléchit. J'ai tout de même peur qu'il se brûle les ailes… == >> Il a l'impression en les séduisant de ne leur laisser aucune chance. Citation : Il faudrait qu'il développe l'idée. N'a-t-il pas peur de s'auto censurer surtout ? Il est sûr que tu trouveras plus de mecs pour ce genre de relations cool et sans engagements que lui de nanas prêtes à vivre cela. Il va se présenter comme un "homme marié" qui cherche un plan sympa… Tu as lu suffisamment notre forum préféré pour savoir ce que ça peut engendrer. Je lui demanderai de développer l'autocensure. Mais oui, il pense que je n'aurai aucun mal à avoir des relations d'un soir alors qu'il va ramer… En fait, il aimerait qu'elles ne s'accrochent pas et ne pleurent pas… Citation : TA PHILOSOPHIE. == >> … j'attache plus d'importance au chemin parcouru qu'au but visé. Je préfère vivre concrètement, essayer des trucs, créer ma vie de toutes pièces. Le monde des idées est pour moi un refuge, et poussé à l'extrême, un moyen de me détourner de moi-même : quand je conceptualise, je suis infidèle à moi-même, je me perds. Attacher de l'importance "au chemin", au vécu journalier et ordinaire me permet de rester moi-même, de rester ancrée dans la réalité de ma vie et de la sentir vibrer en moi. [#0000ff]Je comprends et partage l'idée du chemin, mais si tu n'assembles jamais les morceaux du puzzle tu n'auras pas d'idée d'où tu vas, de ce que tu "construis" . Et cette démarche est par ailleurs là aussi éminemment personnelle. C'est valable si tu vis seule pas si tu veux un compagnon de route. Ça rejons l'histoire du bouquet… Citation : Et ne me dis pas que tu ne cherche pas à bâtir quoique ce soit, je ne te croirai pas ! On bâtit une vie, on se construit une personnalité (ou on l'extrait de sa gangue, peu importe) le chemin, c'est une suite de pas mis bout à bout mais qui se suivent et ont une logique. Tu cherches à séparer et moi dans ma vie je m'obstine justement à relier. Relier ne veut pas dire amalgamer ou mélanger. Chaque chose à sa place mais leur place s'inscrit dans un espace unique. (je me sens de moins en moins claire..). Pour moi, ton discours est très clair ! Je sais et je ressens aussi le besoin de relier. Je reviens sur la notion de structure psychique. J'ai une structure psychique basée sur la crainte du morcellement. Ce qui signifie, qu'à la base, je me vois composée de morceaux (cloisonnement ? ) et que j'ai un besoin de relier les morceaux pour contrer cette peur (je fais du lien pas pour lier mais pour calmer mon angoisse). Ça, c'est ma structure. Je l'ai déjà énormément bossée et aujourd'hui, j'arrive à un stade où je n'ai plus peur du morcellement. Ma structure reste la même mais je n'ai plus l'angoisse liée à la structure. Est-ce clair ? Donc, pour moi, relier prend un autre sens. Et relier pour faire du lien est encore assez inconnu pour moi, je me sens encore gauche et à court d'idées. Je pense que cet éparpillement est une réminiscence d'anciens fonctionnements très basiques chez moi, en conséquance de ma structure psychique. En l'écrivant, je perçois à quel point le phénomène est profond en moi, structurel. C'est pour ça que je focalise sur la route : elle me demande tellement de vigilance, ma nature me poussant vers autre chose vers lequel je ne peux pas aller : ma nature me pousse vers la pathologie. Je ne développerai pas les raisons en public mais t'en informerai en privé. Citation : Moi aussi je peux séparer les problèmes, je trouve d'ailleurs que la démarche est saine et je m'inscris aussi dans le concret, mais je ne me renie pas quand je "conceptualise" . Je ne sais pas trop comment développer la chose, je n'ai peut-être pas bien compris ton message. Je me renie quand je conceptualise trop. Le monde des idées me permet de me fuir, de penser à autre chose… Citation : Il y a un moment pour rouler et un moment où on s'arête pour regarder la carte et "projeter" la suite du parcours. Je suis dans les deux démarches, dans l'analyse et dans la synthèse. L'analyse sans synthèse est du temps perdu, et la synthèse n'existe pas sans analyse préalable. J'ai à trouver l'équilibre dedans… Citation : Je crois que tu te bats contre deux désirs opposés que tu voudrais absolument faire cohabiter. Le désir de cheminer seule … mais accompagnée ! Oui ! Merci Klam… J'ai besoin d'une pause maintenant… Bien amicalement. Lapipelette.
  Lire la suite de la discussion sur psychologies.com


275620
b
Moi aussi !
Vous avez peut-être vécu la même histoire ?

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

Amour, infidelite, besoin d'aide - relations amoureuses

image

Salut ! Je vous explique mon cas, je ne sais pas quoi faire.. Je sors avec un mec depuis 1an, une relation sérieuse, je sais qu'il m'aime beaucoup mais avant de sortir avec j'aimais déjà un autre garçon, fin', on peut dire que j'avais des...Lire la suite

Je vais les petier les rotules - fidelite – infidelite

image

Tu ne peux lui demander une telle chose car il serait foutu de le faire et de t'en rendre responsable au cas où. . De plus, attends toi à une demande d'accueil. Si tu es contente ainsi, si rien ne t'emmerde dans cette relation, que demande le...Lire la suite


 
Voir tous les  autres témoignages