Histoire vécue Amour - Couple > Aventures - Infidélité      (15762 témoignages)

Préc.

Suiv.

Tout sur l'art de la séduction des hommes

Témoignage d'internaute trouvé sur forumfr
Mail  
| 195 lectures | ratingStar_272077_1ratingStar_272077_2ratingStar_272077_3ratingStar_272077_4
Objet du troisième livre : Je t'ai donné des armes contre les Amazones ; Il me reste maintenant à te donner des. Armes. À toi et à tes escadrons. Marchez au combat à armes égales. Il n'était pas juste que vous vous mesuriez, Sans défense, à des ennemis armés : pour vous aussi, hommes, il serait. Honteux de vaincre dans ces conditions. Peut-être viendra-t'on me dire : "Pourquoi fournir aux serpents un nouveau. Venin et ouvrir le bercail à la louve féroce ? " Gardez-vous d'étendre à toutes les femmes. L'accusation qui pèse sur quelques-unes ; que chacune d'elles soit jugée selon ses. Oeuvres. Je n'enseigne que des amours légères. Je vais apprendre aux femmes comment. Elles se font aimer. La femme ne sait pas écarter les feux et les. Flèches cruelles de l'Amour ; je constate que ces traits sont moins. Redoutables aux hommes. Les hommes trompent souvent, les femmes, Sexe délicat, peu souvent, et, en cherchant bien, il n'y a guère de. Perfidies à leur reprocher. Ce qui a causé votre perte, je vais vous. Le dire : vous ne saviez pas aimer. L'art vous manquait et c'est l'art qui fait. Durer l'amour. "Qu'ont donc fait ces malheureuses. Femmes? On les livre, troupeau sans armes, aux. Hommes bien armés. Ceux-ci, mes deux premiers chapitres. Les ont rendus maîtres dans l'art d'aimer ; il faut que mon sexe, à son tour, Soit instruit par tes leçons. Si je te connais bien, toi qui as aimé les. Femmes, ne leur fais pas de tort. Ta récompense de ce service, tu pourras. La réclamer ta vie durant. Tandis que l'Amour m'inspire, cherchez ici. Des leçons, ô femmes! Je parle des femmes que la pudeur, Les lois et leur condition autorisent à. En puiser ici. Dès à présent, songez à la vieillesse. Qui viendra : ainsi vous ne laisserez passer aucun. Moment sans en profiter. Pendant que vous le pouvez, et que. Vous êtes encore au printemps de la vie, Amusez-vous ; les années s'en vont comme une eau. Qui s'écoule ; l'onde qui a passé devant. Vous ne remontera plus à sa source ; de. Même l'heure qui a passé ne peut plus. Revenir. Il faut profiter de son âge ; il fuit d'un. Pied rapide, cet âge, et tout heureux. Qu'il soit, il est moins heureux que celui qui l'a. Précédé. Un temps viendra où, toi qui laisses. Aujourd'hui les amoureux dehors, vieille et abandonnée tu seras seule. La nuit sur ta couche froide. Ta porte ne sera pas brisée dans une. Querelle nocturne, et, le matin, tu n'en trouveras pas le seuil jonché. De roses. Cueillez la fleur, car, si elle n'est pas. Cueillie, elle se flétrira et tombera d'elle-même. Suivez, mortelles, l'exemple des déesses. Et ne refusez pas aux désirs de vos amants les joies que vous pouvez leur donner. Ma voix ne vous conseille pas de vous livrer. À tout venant, mais vous demande de ne pas redouter une perte imaginaire : Vous ne perdez rien en vous donnant.L'importance des soins de ta personne : La beauté est un présent divin ; mais combien. Peuvent s'enorgueillir de leur beauté! La plupart de vous n'ont pas reçu ce. Présent. Des soins donneront un joli visage ; Un joli visage négligé se perdra, fût-il semblable à celui d'une déesse.Ta coiffure est un atout majeur : C'est la simple élégance qui charme l'homme. Que ta coiffure ne soit pas en désordre. Une femme doit choisir la coiffure qui lui sied. Le mieux, et, avant tout, consulter son miroir. Combien la nature est secourable à vos. Charmes, puisque vous avez mille moyens d'en. Réparer les outrages! Nous, hommes, nous nous déplumons. Fâcheusement et nos cheveux, emportés par l'âge, tombent comme. Les feuilles d'automne. La femme, elle, s'avance parée d'une. Très épaisse chevelure qu'elle a achetée, et, à prix d'argent, les cheveux d'une. Autre deviennent les siens. Et elle ne rougit pas d'en faire ouvertement. L'achat, tandis que la moumoute, sur le crâne d'un homme, est un objet. De risée.Tes vêtements : Que dire alors du vêtement ? Je n'entends pas ici les robes luxueuses. Garnies de paillettes d'or ou de longues traines qu'il faut faire. Supporter par quatre porteuses. Quelle folie ce serait de porter sur toi toute. Ta fortune. J'entends plutot les vêtements qui inspirent. La luxure, par la couleur, le tissu, l'élégance, La texture, le prix. Entre tous, choisis avec soin. Tous ne conviennent pas à toutes. Les femmes, le noir va bien à un teint éclatant de. Blancheur ; le blanc va bien aux brunes. Je ne m'étendrez pas sur le sujet car. Je te sais plus habile que moi à faire un choix que saura t'avantager. Voici d'autres moyens d'être belle : J'ai été sur le point de vous avertir que. La forte odeur du bouc ne devait pas siéger sous vos aisselles et que vos. Jambes ne devaient pas être hérissées. De poils rudes. Vous savez aussi vous donner un teint. Blanc en appliquant du fard ; celle dont le sang ne fait pas rougir. Naturellement la peau la fait rougir. Artificiellement. Et vous ne rougissez pas de marquer. Le tour des yeux avec de la cendre fine ou. Avec le safran.Ne jamais te laisser voir à ta toilette : Mais que ton amant ne te surprenne pas. Avec tes boîtes étalées sur la table : l'art n'embellit la figure que s'il ne se. Montre pas. Ces apprêts te donneront des charmes, Mais le spectacle en est désagréable ; que de choses choquent pendant qu'on. Les fait et plaisent quand elles sont faites!Pourquoi saurais-je à quoi est due la. Blancheur éclatante de ton visage ? Ferme la porte de ta chambre à coucher. Pourquoi montrer un ouvrage imparfait ? Il y a bien des choses qu'il convient que. L'homme ignore. Comme les décors de la scène, on ne. Permet au public d'en approcher que. Lorsqu'ils sont terminés ; de même c'est en l'absence des hommes. Qu'il faut te faire une beauté.Voici quelques moyens de remédier à tes défectuosités physiques si tu en as : Celles qui viennent recevoir mes leçons, C'est la foule, mélange de jolies et de laides, et il y a plus de laideurs que de beautés! Les belles ne réclament pas le secours de. Mon traité et ses préceptes ; elles ont à elles leur beauté qui n'a pas. Besoin de l'art pour exercer sa puissance. Cependant il est rare qu'une figure soit. Sans défaut : cachez ces défauts, et, autant que possible, Dissimulez vos imperfections physiques. Si tu es petite, assieds-toi, de peur que, Debout, on ne te crois assise, et étends ta menue personne sur le lit ; Même là, couchée, pour qu'on ne puisse juger de ta taille, jette sur toi une robe. Qui cache tes pieds. Trop mince, habille-toi de vêtements en. Tissu qui étoffe ; qu'un large manteau pende. De tes épaules. As-tu le teint pâle ? Porte des vêtements. Rayés de couleurs éclatantes. Trop brun ? Emprunte le secours des blancs. Tissus. Un pied difforme doit toujours se cacher. Dans une chaussure blanche en cuir fin ; qu'une jambe sèche ne se montre. Jamais sans courroies. De minces coussins conviennent à des. Épaules saillantes ; qu'un corset ceigne une poitrine plate. Accompagne tes paroles de gestes rares. Et menus, si tes doigts sont gros et tes. Ongles peu polis. Celle qui a l'haleine forte doit ne jamais. Parler à jeun, et se tenir toujours à distance de. L'homme auquel elle s'adresse. Si tes dents sont noires, trop longues. Ou mal rangées, tu te feras beaucoup. De tort en riant.Et voici quelques autres artifices : Qui le croirait ? Les femmes apprennent même à rire et. Elles acquièrent ainsi un charme de plus. Ouvre modérément la bouche : que les coins de ta bouche soient. Peu écartés par le rire et que les bords de tes lèvres ne laissent. Pas voir le haut de tes dents. Que ton ventre ne se fatigue pas en un. Rire perpétuel, mais que ce rire sonne léger et digne. D'une femme! Il est des femmes dont les éclats de rire. Leur tordent la bouche d'une façon. Déplaisante ; une autre rit aux éclats et elle a l'air. De pleurer. Le rire d'une troisième sonne rauque. Et désagréable ; tel le braiement d'une vieille ânesse. Qui tourne la meule rugueuse. Jusqu'où l'art ne s'étend-il pas ? Les femmes apprennent à pleurer. Comme il faut ; elles versent des larmes quand et comme elle veulent. Tous ces artifices sont utiles : donnes-y. Ton attention. Apprend à marcher comme il sied à. Une femme. Il y a dans la démarche aussi une part. De charme qui n'est pas à dédaigner : elle attire ou fait fuir un homme qui. Ne te connaît pas. L'une, par un mouvement de hanches. Étudié, fait flotter sa robe au gré des vents et porte majestueusement le pied en. Avant. Cette autre, marche en écartant les. Jambes et en faisant des pas énormes. Mais en cela, comme en bien d'autres. Choses, il est une mesure à garder. De ces démarches, l'une sent la campagne, L'autre est plus prétentieuse qu'il ne convient. De toute façon laisses à découvert, Du côté gauche, l'extrémité de l'épaule. Et le haut du bras. Cela sied surtout à une peau blanche. Comme neige : cette vue me donne envie de couvrir. De baisers tout ce que je vois de l'épaule.Surveille ta voix : Les Sirènes étaient des monstres marins, Dont la voix mélodieuse arrêtait les vaisseaux dans leur course, Si rapide fût-elle. C'est un charme qu'une voix mélodieuse : Que les jeunes filles apprennent à chanter, à défaut de beauté, beaucoup de femmes. Ont eu leur voix comme moyen de séduction et qu'elles répètent tantôt les airs entendus. Dans nos théâtres. Apprends également à parcourir légèrement. De tes deux mains la guitare, cet instrument. Joyeux : il convient très bien aux doux ébats.Il est bon de connaître la poésie : Si tu es vraiment une femme cultivée, Lis mes vers où je t'instruis dans l'art de. L'amour, ou bien ces autres vers que je te livre. Ailleurs et qui ont un fondement érotique que tu liras d'une voix souple et tendre, Ou bien déclame avec art l'une de mes. Lettres d'Amour.Je te conseille de pratiquer la danse et les jeux : Je veux, cela on n'en doute pas, qu'une. Femme sache danser pour que, si on le. Demande, elle puisse, au sortir d'un festin, Agiter les bras gracieusement. Comme les danseurs de ballet, Par leurs mouvements font les délices. Des spectateurs. Pratique mille jeux ; il est honteux qu'une. Femme ne sache pas jouer ; à la faveur du jeu souvent naît l'amour. Mais il est plus important d'être maître. De soi que de savoir lancer les dés. En jouant nous cessons d'être sur. Nos gardes ; la passion dévoile notre caractère et le jeu laisse voir notre âme à nu. On en arrive insensiblement à la colère, Qui enlaidit, à la passion du gain, aux querelles, aux batailles, À l'amer ressentiment. On se fait des reproches ; des cris ébranlent. L'air ; chacun invoque les dieux et les associe. À sa colère. Plus de confiance entre les joueurs. Quels voeux ne forme-t-on pas pour gagner! souvent même j'ai vu les visages. Se mouiller de larmes. Puisse-tu te préserver de défauts. Si avilissants, femme qui veux plaire!évite de laisser tes charmes sous le boisseau : Tels sont, femmes, les jeux que votre nature. Délicate vous permet : un champ plus vaste s'ouvre devant les. Hommes. Ils ont l'art de l'évolution au manège et la. Rapidité au stade. A vous les pistes du stade ne convient pas, Ni les torrents glacés mais la frénésie des gradins vous sied. Mieux à exhulter devant l'effort du mâle. La foule vous est utile, jeunes beautés. Portez souvent vos pas errants hors. De chez vous. C'est vers une troupe de brebis que. Va la louve pour trouver une proie à saisir. Une belle femme doit aussi se montrer. En public : dans le nombre elle trouvera peut-être. Quelqu'un qu'elle séduira. Que dans tous les endroits, avide de plaire, Elle passe quelque temps, et qu'elle s'applique de toute son attention. À faire valoir sa beauté. Le hasard joue partout son rôle : Laisse toujours pendre l'hameçon, dans l'eau où tu croiras le moins. Trouver de poisson, il y en aura. C'est souvent aux funéraille d'un homme. Qu'on trouve un ami. Marcher les cheveux épars et donner. Libre cours à ses larmes sied bien à. Une femme.Tu te dois d'éviter certaines catégories d'hommes : Mais évite les hommes qui font étalage. De leur élégance et de leur beauté et dont chaque cheveux a sa place assignée. Ce qu'ils te disent, ils l'ont dit à mille autres : leur amour vagabond ne se fixe nulle part. Que peut faire une femme contre un. Homme plus licencieux qu'elle et qui a peut-être plus d'amants ? Tu auras peine à me croire, crois-moi. Tout de même. Ne te laisses pas séduire par ses. Cheveux tout brillants, ou par l'étroite courroie de soulier. Méticuleusement disposée, ni tromper par sa veste en tissu le plus fin ou par les bagues qui chargent ses doigts. Peut-être le plus élégant de la bande. Est-il un voleur et tout l'amour qui le consume s'adresse-t-il à tes robes. Aux femmes qui se laissent prendre par. Des séducteurs dont les noms sont notoirement décriés, il n'est pas rare qu'on étende la fâcheuse réputation. De leur amant. Apprend par les malheurs d'autrui à. Craindre le tien : que ta porte ne s'ouvre jamais à. Un suborneur. Gardes-toi, de croire aux serments, Ceux qu'il te fera en prenant les dieux à témoin, il les a. Déjà faits. Si tes amants te font de belles promesses, que tes paroles leur retournent. Autant de promesses : s'ils donnent, donnes-leur à ton. Tour les faveurs convenues.Comment gérer les lettres d'amour : Si tu reçois un billet, attends un peu avant. De répondre. L'attente aiguillonne toujours l'amour, Si elle ne dure pas trop longtemps. Ne te montre pas trop facile aux demandes. D'un soupirant, mais ne repousse pas durement sa requête. Fais en sorte qu'il craigne et qu'il espère. En même temps, et qu'à chaque réponse son espoir soit mieux assuré et sa. Crainte moins forte. Les termes qu'emploient les femmes. Doivent être élégants, mais d'usage courant et sans recherche : rien ne plaît davantage que le ton. Ordinaire de la conversation. Que de fois un amour hésitant a trouvé. Dans une lettre une ardeur nouvelle! Que de fois un langage barbare a fait. Tort à la plus rare beauté!Pour ne pas être surprise, que ta main. S'accoutume à varier ton écriture de plusieurs. Manières, et il n'est pas prudent de répondre sur des tablettes et y laisser la trace. De tes mots. Lorsque tu écriras à ton amant, aie toujours. L'air de t'adresser à une femme ; dans tes billets, dis "elle" où il faut dire "il". Surveille l'expression de ton visage : Pour ne pas te gâter les traits, il importe de réprimer la violence de tes passions. Le calme de la paix convient aux hommes, la fureur de la colère aux bêtes féroces. Comme les bêtes féroces, vous aussi, au milieu d'un accès de colère si vous regardiez votre miroir, C'est à peine si chacune de vous pourrait reconnaître ses traits. Il ne faut pas moins éviter un air d'arrogance qui vous serait pernicieux ; C'est la douceur du regard qui doit provoquer l'amour. Crois-en mon expérience ; nous haïssons un air par trop revêche. Souvent, sans parler, un visage porte en lui des germes de haine. Regarde celui qui te regarde. A un sourire engageant, réponds par un sourire engageant. Si l'on te fait un signe de tête, fais de ton côté un signe d'intelligence. Nous haïssons aussi la tristesse. Pour nous, peuple enjoué, c'est une femme gaie qui nous séduit. Et je ne demanderais à aucune autre femme d'être ma maîtresse. Demande à chacun ce qu'il peut donner : Femmes, examinez à quel usage chacun de nous est propre. Et assignez à chacun l'emploi qui lui convient. L'homme riche fera des présents, l'homme de loi donnera des conseils, L'orateur ira plaider votre cause, nous qui sommes poètes, nous nous bornerons à écrire des vers. Car le poète sait aimer ; nous savons faire l'éloge de la beauté qui a su nous charmer. Ajoute que les poètes, troupe sacrée, ont une âme qui ne connaît pas la perfidie. Et que notre art nous façonne à son image. Non, nous ne sommes tourmentés ni par l'ambition, ni par l'amour du gain ; Dédaignant le prétoire, nous ne recherchons qu'un lit de repos et le silence de la nuit. Mais nous nous attachons facilement, nous brûlons d'un feu long et violent. Et nous savons aimer avec loyauté, trop de loyauté. Sans doute notre caractère est adouci par notre art paisible. Et notre manière d'être s'accorde à nos occupations. Aux poètes, disciples des dieux, soyez accueillants, ô belles ; Un souffle divin les anime, les muses les favorisent, un dieu est en nous. Et nous avons commerce avec le ciel : Ce sont les demeures éthérées qui nous envoient notre inspiration. Attendre d'être payé en retour est un crime qu'aucune belle ne craint de commettre. Du moins sachez dissimuler et ne montrez pas au premier abord votre commerce : À la vue du piège un nouvel amant reculera. Ne traite pas de la même façon un novice et un homme plus expérimenté : Pour séduire un coeur assagi par les années et une verte jeunesse, vous ne suivrez pas la même voie. Ce novice, qui fréquente pour la première fois le camp de l'amour, proie toute fraîche, Que tu as admise dans ta chambre à coucher, ne doit connaître que toi, Doit être toujours à tes côtés : c'est une moisson qu'il faut entourer de hautes palissades. Crains les rivales : tu seras sûre de la victoire, tant que tu seras seule près de lui ; Comme le pouvoir des rois, celui de l'amour souffre mal le partage. L'autre, le vieux soldat, aimera insensiblement et sagement ; il endurera bien des choses. Qu'un conscrit ne supporterait pas. Ce n'est pas lui qui enfoncera la porte, ou, terrible, y portera la flamme ; Ce n'est pas lui dont les ongles iront meurtrir la joue délicate de sa maîtresse, Ce n'est pas lui qui déchirera sa tunique ou la tunique d'une femme, et, pour lui, Un cheveu arraché ne sera pas une cause de larmes. Ces excès sont d'un jeune homme, dans la chaleur de l'âge et de l'amour. L'autre supportera d'une âme patiente les cruelle blessures. Les feux dont il brûlera seront lents, hélas! comme il arrive à la paille humide, Ou encore au bois qui vient d'être coupé sur les montagnes. Plus sûr est cet amour, l'autre est court et plus fécond ; les fruits qui ne durent pas, Dépêchez-vous de les cueillir. Comment tu dois agir pour être aimée longtemps : Des faveurs accordées facilement auront du mal à nourrir longtemps l'amour : É ses douces joies il faut mêler quelques refus. Laisse ton amant à la porte ; qu'il l'appelle porte cruelle. Et qu'il ait à employer longtemps et la prière et la menace. Voici la raison qu'empêche les femmes légitimes d'être aimées ; C'est que leurs maris les voient quand ils veulent. Une porte de plus et un portier pour te dire, cher mari, qu'on n'entre pas, Et toi aussi, laissé dehors, tu seras pris par l'amour. Quand il tombe dans tes filets où il vient, lui aussi, de se faire prendre, Que ton amant se flatte d'être seul admis dans ta chambre à coucher, Bientôt donne-lui le sentiment qu'il a un rival et que tes faveurs intimes sont partagées. Sans ces stratagèmes, l'amour vieillit. Si bien éteints que soient nos feux, la jalousie les ranime. Moi, je l'avoue, pour aimer, il me faut un affront. Mais ne fais pas connaître trop clairement à ton amoureux ce qui cause son tourment ; Laisse-le s'inquiéter et se figurer qu'il y en a plus qu'il n'en saura. Sans danger, le plaisir est moins vif. Comment tu peux éluder la surveillance : Comment on peut éluder la surveillance d'un amant subtil ou celle d'un gardien vigilant, J'allais le passer sous silence. Que la femme mariée craigne son mari ; que la surveillance de la femme mariée soit bien assurée ; Ainsi le veulent les convenances, ainsi l'exigent les lois, notre chef et la pudeur. Mais qui pourrait admettre que toi, tu soies soumise à la même surveillance ? Pour apprendre à tromper, agrège-toi à mon culte. Que peut un gardien quand il y a dans cette ville tant de théâtres, Quand elle assiste volontiers aux courses de chevaux ; Quand elle écoute assidûment les airs connus à l'Opéra. Quand elle va dans des lieux interdits à ses gardiens, Quand le surveillant garde à la porte les vêtements de la dame, Pendant que les bains cachent de furtifs ébats amoureux ; Quand, toutes les fois qu'il est nécessaire, Une amie ou une soeur se dit malade, et, bien que malade, cède son lit ; Quand la fausse clef, par son seul nom d'adultera, indique ce que nous avons à faire ; Quand, pour pénétrer chez une belle, nous avons d'autres voies que la porte ? Pour tromper la surveillance d'un gardien, on peut employer l'alcool. Ou des breuvages qui procurent un profond sommeil. Un heureux stratagème aussi, c'est qu'une complice occupe votre odieux gardien. Par des plaisirs qui paralysent sa surveillance et se donne à lui pour le retenir longtemps. Mais pourquoi tous ces détours, tous ces menus préceptes, Quand le moindre présent suffirait à corrompre le gardien ? Lorsqu'il vous aura prêté la main une fois, il vous la prêtera souvent. Voici comment te défier de tes amies : J'ai regretté, je m'en souviens, qu'il fallût se méfier de ses amis : Ce regret ne s'adresse pas seulement aux hommes. Si tu es trop confiante, d'autres femmes goûteront à ta place les plaisirs d'amour, Et le lièvre que tu auras levé sera pris par d'autres. Même cette amie qui, dévouée, te prête son lit et sa chambre, tu peux m'en croire, Elle s'est donnée à moi plus d'un fois. N'employez pas non plus une servante trop jolie : Souvent elle a pris auprès de moi la place de sa maîtresse. Fais en sorte que l'amant se croit toujours aimé : Je poursuivrai loyalement mon entreprise, et te donnerai, femme, des armes pour me tuer. Faites en sorte, et cela est facile, que nous nous croyions aimé : La passion se persuade aisément ce qu'elle désire. La femme n'a qu'à jeter sur son ami un regard plus amoureux, à pousser de profonds soupirs, À demander pourquoi il vient si tard. Ajoutez-y des larmes, la colère d'une feinte jalousie, et déchirez-lui le visage de vos ongles. Il sera bien vite persuadé ; il sera le premier à s'attendrir sur vous ; il dira ; "Elle m'aime à la folie", Surtout s'il est élégant et qu'il s'admire dans son miroir, Il se croira capable de toucher le coeur d'un déesse. Mais dans tous les cas, ne te laisse pas troubler sans mesure par une offense, Et ne perds pas la tête en apprenant que tu as une rivale. Laisse croire aux amants qu'ils sont aimés : Quels dangers dans une crédulité trop prompte! Tu pensais sans doute, que tes yeux seraient témoins de l'adultère. Tantôt tu regrettes d'être venue, car tu voudrais ne pas les surprendre, tantôt tu t'en applaudis : Ton amour ne sait à quoi se décider et agite ton coeur en tous sens. Pour excuser la crédulité, il y a le lieu, le nom, le délateur, Et cette tendance de l'esprit à croire toujours ce qu'il redoute. De la manière de te comporter dans les festins : Tu veux mon avis sur la façon de te comporter dans les festins. Arrive tard et que ta beauté ne fasse son entrée qu'à la lumière des lampes : L'attente augmentera ton prix ; pas de meilleure entremetteuse que l'attente. Serais-tu laide, tu paraîtras belle à des yeux troublés par le vin, Et la nuit suffira à jeter un voile sur tes imperfections. Prends les mets du bout des doigts, ne barbouille pas ton visage d'une main mal essuyée. Ne mange pas chez toi avant de venir dîner, mais à table, arrête-toi. Avant d'être rassasiée et reste un peu au deçà de ton appétit. Boire est plus à propos et siérait mieux aux femmes ; encore faut-il que la tête puisse le supporter, Que ton intelligence et ta démarche n'en soient pas troublées, que tes yeux ne voient pas double. Quel spectacle honteux qu'une femme étendue par terre, gorgée de vin! Elle mérite que le premier venu la prenne. Elle ne peut non plus, à table, s'abandonner au sommeil sans courir de risques : Le sommeil permet ordinairement bien des choses qui offensent la pudeur. Et finalement, comment agir au lit : Je rougis des enseignements qu'il me reste à te donner, mais ce dont on a honte, C'est justement ce qui compte. Que chaque femme se connaisse bien ; d'après votre physique, choisissez telle ou telle attitude ; La même posture ne convient pas à toutes. La femme dont la figure est particulièrement jolie, s'étendra sur le dos. C'est de dos que devront se montrer celles qui sont satisfaites de leur dos. Si tes épaules sont belles, il faut les faire voir. La femme petite prendra la posture du cavalier ; si tu veux te faire admirer par toute. La ligne du flanc, tu te présentera à genoux sur le lit, la tête un peu cambrée en arrière. Si tes cuisses ont le charme de la jeunesse et que ta poitrine soit également sans défaut, L'homme sera debout, et toi-même étendue sur le lit perpendiculairement à lui. Dans cette attitude, n'aie pas honte de dénouer ta chevelure, Et tourne la tête en laissant flotter tes cheveux. Il y a mille manières de goûter les plaisirs de chair ; La plus simple et la moins fatiguante est d'être à demi couchée sur le côté droit. Que la femme sente le plaisir de chair l'abattre jusqu'au plus profond de son être, Et que la jouissance soit égale pour son amant et pour elle! Que les propos d'amour et les doux murmures ne s'interrompent jamais. Et que des mots lascifs trouvent place parmi vos ébats. Même toi, à qui la nature a refusé les sansations de l'amoureux plaisir, feins, Par des inflexions mensongères, de goûter les douces joies. Combien il faut plaindre la femme chez laquelle reste insensible cet organe, Qui doit procurer des jouissances à la femme comme à l'homme! Mais que cette feinte ne se laisse pas déceler. Que tes mouvements et l'expression même de tes yeux réussissent à nous tromper. Que la volupté, que les mots, que la respiration haletante en donnent bien l'illusion. Je rougis presque de poursuivre : cet organe a ses moyens d'expression secrets. Après ces joies de la chair, demander à son amant un cadeau, C'est bien vouloir que les prières n'aient aucun poids. J'oubliais : ne laisse pas la lumière pénétrer par toutes les fenêtre dans ta chambre à coucher ; Bien des parties de ton corps gagnent à n'être pas vues au grand jour. Conclusion à ce libidinage : Mon libidinage est enfin terminé : Il est temps de descendre du lit, sous le joug duquel les déeses ont joué d'allégresse. Comme autrefois les hommes que maintenant les femmes, mes élèves, Écrivent sur leurs trophées : "Ovide était notre maître à tous." SOURCE /
  Lire la suite de la discussion sur forumfr.com


272077
b
Moi aussi !
Vous avez peut-être vécu la même histoire ?

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

Amour, infidelite, besoin d'aide - relations amoureuses

image

Salut ! Je vous explique mon cas, je ne sais pas quoi faire.. Je sors avec un mec depuis 1an, une relation sérieuse, je sais qu'il m'aime beaucoup mais avant de sortir avec j'aimais déjà un autre garçon, fin', on peut dire que j'avais des...Lire la suite

Je vais les petier les rotules - fidelite – infidelite

image

Tu ne peux lui demander une telle chose car il serait foutu de le faire et de t'en rendre responsable au cas où. . De plus, attends toi à une demande d'accueil. Si tu es contente ainsi, si rien ne t'emmerde dans cette relation, que demande le...Lire la suite


 
Voir tous les  autres témoignages