Histoire vécue Amour - Couple > Belle histoire d'amour      (3232 témoignages)

Préc.

Suiv.

Dois je y aller ou pas ? besoin d'avis sur mon cas

Témoignage d'internaute trouvé sur psychologies - 26/07/11 | Mis en ligne le 29/03/12
Mail  
| 217 lectures | ratingStar_233657_1ratingStar_233657_2ratingStar_233657_3ratingStar_233657_4
Bonjour à tous, Je vais avoir 30ans et je me pose beaucoup de question sur moi même, car depuis quelques temps je ne suis pas si bien que ça dans ma peau. Je suis à moitié célibataire, sans enfant et je suis cadre dans l'industrie. Je vous expose ci dessous mon histoire pour avoir des avis, j'ai pris un premier rendez vous avec une psychiatre, mais avec les délais ça me mène au 20 septembre. Pourquoi ai je pris de moi même l'initiative de voir un psy ? J'aurai je pense du faire cette démarche il y a longtemps, je l'ai d'ailleurs demandé à mon généraliste à deux reprises, mais je n'ai pas pris le rendez vous, je pense qu'une partie de moi même estimait jusqu'alors être assez forte pour gèrer le monde qui m'entoure. Il y avait deux choses qui m'inquiétait à l'époque, tout d'abord mon penchant auto-destructeur dans mes relations amoureuses, j'avais tendance à vivre des relations longues durées sans attache, sans réel épanouissement, il m'était cependant impossible de m'en défaire, certainement la peur d'être seul. Aux travers de ces relations, je papillonais dans mon esprit pensant pouvoir trouver mieux, j'instaurais de cette manière une certaine distance dans mes relations, elles étaient systématiquement stagnante, de cette façon je donnais naissance à un certain chaos. J'ai reproduit plusieurs fois ce merveilleux schéma. L'autre point est la relation avec mon paternel, pour celà il faut remonter loin dans le passé, notons tout d'abord que ma mère ma fait naître un peu avant sa majorité et mon père n'avait guère qu'un an de plus qu'elle. Il s'avère qu'il n'a pas été présent mes 3 premières années de vie, j'ai essentiellement été élevé par ma mère et surtout ma grand mère chez qui je passais la plus grande partie de mon temps, en gros j'ai été élevé dans un monde de femme jusqu'à mes 3 ans. Il y avait bien mon grand père, mais il travaillait beaucoup et j'ai le vague souvenir que ma mère avait un copain à cette époque, il était gentil avec moi, mais je ne me souviens pas de grand chose. Dans ma troisième année, j'ai eu l'honneur de connaître mon père, le grand amour de ma mère… de la même façon j'y ai gagné une nouvelle famille, avec des oncles, une nouvelle mamie et un nouveau papi. Ce que je retiens de ce changement c'est l'apparition brutale dans mon monde d'un homme qui surgit de nul part, j'ai un bon souvenir du jour où il m'a emmené chez ces parents pour la première fois, j'étais en terrain inconnu et hostile, je me suis renfermé sur moi même comme un petit garçon timide que l'on sort de sa bulle. Pour la suite rien de glorieux à conter, mon père un peu alcoolo sur les bords et fumeur de canabis, j'étais le principal sujet de discorde entre lui et ma mère, celle ci l'obligeant à ne pas boire et fumer devant moi. Il a toujours été distant avec moi, en treize ans de vie commune je compte sur les doigts d'une seule main les activités que l'on a pu partager ensemble. Il a aussi toujours été très dur et exigeant, je devais être le meilleur à l'école, ne pas faire de bêtise sous peine de passer un sale quart d'heure et dès que j'ai été apte à occupé certaine tâche à la maison, il ne sait guère gêner pour mes les incomber de façon assez brutal. J'ai un souvenir de moi entrain de jouer dans ma chambre aux legosun jour d'été, il m'appelle pour que je sorte, j'arrive, il me tend un rateau et me dit, "tu vas ratisser le gazon, tu retourneras jouer après"… il faut noter que je n'avais jamais fais celà auparavant, que j'avais 6ans et qu'on avait juste 20 ares de terrain. Je me souviens avoir pleurer toute l'après midi à me battre avec se gazon. Il s'en est suivi la naissance de mon frère, j'avais 8 ans, il était tout autre avec lui et il s'en ai vraiment bien occupé, je pense que le fait de le voir grandir vraiment à du jouer vraiment, il y a une différence entre devoir s'occuper du jour au lendemain d'un enfant de 3ans et un bébé que l'on a vu naître et que l'on a désiré. Mon père donnant tellement d'amour à mon frère et rien à moi même, qu'une jalousie est née bien évidemant. Ma mère de son coté, le voyant s'occuper pleinement de mon frère, elle a redoublé d'effort envers moi, en pensant que ça comblerais mon manque. Mes parents se sont séparés lorsque j'avais 16ans, les conflits entre mon père et moi même en tant que jeune adolescent rebelle était à leurs apogés. Je n'hésitai pas à lui balancer la réalité telle que je la voyais à travers mes yeux d'enfant, je me souviens l'avoir traité de "sale saoulard de merde", nous étions pas loin d'en arriver aux poings se jour là, ma mère étant toujours là pour faire le tampon entre nous. Rien à dire après qu'il soit partis, j'ai du le revoir trois fois depuis lors, il c'est occupé de mon frère encore pendant 2/3 ans puis il a aussi fini par l'oublier. Ce dernier a d'ailleurs mal vécu l'abandon de cet être qui lui a tant donné dans son enfance. Voilà pour les deux histoires, qui font que je voulais consulter à une époque, je pense que l'une découle de l'autre, mais je n'y voyais pas aussi clair encore qu'aujourd'hui. Et voici pourquoi j'entame cette démarche aujourd'hui. Un élément nouveau ma récemment fait ouvrir les yeux, j'ai rencontré une jeune femme de 8 ans de moins que moi à qui je me suis attaché. Cependant elle ne m'apporte pas ce que j'attend d'une relation, elle est là, mais elle ne m'apporte pas d'amour. A coté de celà elle m'apporte une vision du monde totalement nouveau, d'un point de vue artistique, ouverture d'esprit, échange. J'ai récement dévelloper une série d'angoisse, suite à un évènement familial, mon frère a fait une bouffée délirante aigu suite à un abus de canabis, j'ai passé une semaine complète à gèrer, ma mère, mon frère, le boulot et ce manque d'amour. J'avais besoin qu'elle soit là pour me m'épauler, juste me prendre dans ces bras aurait suffit, mais il n'y avait personne, elle était en examen et elle révissait comme une folle, elle refusait de me voir même cinq minutes. C'est à ce moment là que j'ai eu ma première nuit avec angoisse, impossible de dormir, un sentiment d'oppression dans la cage thoracique, des chaleurs et j'ai cette fille qui tourbillone dans ma tête. Depuis lors j'ai du passé 4 ou 5 nuits comme celle ci, c'est quelques choses de nouveau pour moi qui n'ai jamais eu aucun problème de sommeil (mis à part veille de journée importante, bac, permis, entretien…). Et je me refuse de vivre avec ça. J'ai cherché dès lors à comprendre pourquoi, pourquoi je me rend malade pour une femme alors que notre histoire est belle et que l'on passe du bon temps même si ce n'est pas totalement comme j'aimerai, pourquoi je suis dépendant de se besoin d'amour. Après réflexion, je pense que je dois remonter à mon enfance, j'ai été bercé par l'amour de ma grand mère et de ma mère, je cherche aujourd'hui à combler ce manque par l'amour non pas d'une femme, mais des femmes. Même si je ne les aimes pas, j'ai besoin de me sentir aimé, pour être bien avec moi même. Dans ma relation actuelle, je ne gère pas se manque et ce qui est paradoxal c'est que je me sens moi même amoureux pour une fois. Ce qui entraîne ces angoises. Je me suis aussi rendu compte il y a peu, que quand je me sens seul, je ne me tourne pas vers mes amis "mecs" mais toujours vers mes amies "filles", ça doit aussi venir un peu de là et ça joue sur mes intéractions sociales, car je cours toujorus après les filles sans prendre de temps pour mes amis "mecs". Je ne suis pas psy, mais ma conclusion arrive à celà aujourd'hui. Je rajouterai que je pense que mon manque paternel fais que je suis aujourd'hui moins affirmé que devrais l'être un homme, j'ai des problèmes pour faire des choix. Comme j'ai été proche de ma mère, je pense aussi que j'ai hérité du coté sentimental des femmes, ce qui me rend beaucoup plus sentimental et fragile émotionellement que ne le sont les hommes. J'ai un autre problème, c'est que je vis un peu dans une bulle et que j'ai du mal à intéragir avec les gens qui ne cotoient pas cette bulle, je ne suis pas spontané et je ne sais pas allé vers les inconnus, je met de la distance, j'ai peur et je suis certain que celà me fait louper plein de bonnes rencontres et de belles choses. Je pense que c'est du à cette bulle dans laquelle j'ai vécu de ma naissance à mes 3ans, dans laquelle j'étais en sécurité avec uniquement ma mère et ma grand mère autour de moi, dès que je sors de ma bulle je suis sur la défensive au lieu d'être ouvert. Il y a certainement des choses à creuser, mais voilà une bonne base pour commencer et peut être cibler quelques points de travail. J'aimerai apprendre à me suffir à moi même afin de pouvoir donner le meilleur de moi pour les gens que j'aime sans risquer de les étouffer. Cependant je ne me sens plus capable de trouver le chemin tout seul. Merci à ceux qui auront pris le temps de tout lire, et merci encore plus à ceux qui prendront le temps de me donner un avis.
  Lire la suite de la discussion sur psychologies.com


233657
b
Moi aussi !
Vous avez peut-être vécu la même histoire ?

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

Je voudrais quitter mon copain mais j'ai peur de le detruire - histoires d'amour

image

Bonjour, Cela fait maintenant cinq ans que je suis avec mon copain. La première année était magnifique mais les quatre suivante ce sont beaucoup détériorés. Notre histoire est longue et compliqué alors je vais faire court. À la fin de la...Lire la suite

Je l'aime...... m'aime-t-elle? - affaires de couples

image

Bonjours, récemment j'ai un ami qui a décidé de me présenter a une amie parce qu'il trouve que l'on a beaucoup de point en commun. Alors il y a quelques jours, il a commencer une discussion sur Face Book ou il a ajouter cette fille et moi même....Lire la suite


 
Voir tous les  autres témoignages