Histoire vécue Amour - Couple > Belle histoire d'amour      (3232 témoignages)

Préc.

Suiv.

Ma déclaration d'amour

Témoignage d'internaute trouvé sur psychologies
Mail  
| 1755 lectures | ratingStar_127003_1ratingStar_127003_2ratingStar_127003_3ratingStar_127003_4

Voici le texte que j'ai offert à ma belle pour lui déclarer la profondeur de mon amour. Aucune fiction, simplement l'expression de cette vie avec elle dans mon coeur. Le titre est une lettre hébraïque qui veut dire Oeil ou Regard. J'ai mis mes connaissances de l'histoire de l'alphabet pour essayer de comprendre ce qui m'arrivait. LE TRAIN ETAIT PRESQUE VIDE. Un train, comme je déteste, divisé en compartiments avec des banquettes en cuir exhalant quand on s'y assoit les remugles des milliers et milliers de sandwiches jambon-beurre, des mètres cubes de chips que les millions d'hommes et de femmes ont engloutis depuis leur mise en service, il y a peut-être quarante ans, dans un souci vain de ne pas faire de miettes, pas de bruit de mastication, pas de bouches énormes en travail à offrir comme paysage aux voisins d'en face, qui font tout pour ne pas voir ce labeur intime de manducation. Dans ce wagon à la lumière jaune, vieille comme l'après-guerre, j'entrais, posais mon tsouras sur le porte-bagages au-dessus de la tête. Un long voyage dans cet antique fourgon qui laisse les oreilles des voyageurs dans l'intimité rythmique des roues d'acier frappées à chaque changement de rail. La valise bien calée sur le siège voisin. La rame, désertée plutôt que déserte. Qui se déplace seul au plus profond du mois de février, la nuit tombée ? De temps à autre, un militaire en civil, quelques jeunes dés&oelig ; uvrés, un ou deux Arabes en quête du coin fumeur. Six heures devant moi. Sans dormir, sans vraiment veiller. Sans ma table de travail, sans personne. J'avale quelques barres de chocolat. Je sors mon ipod, branche le casque et le fixe à mes oreilles. J'aime ce compagnon blanc. Dans la mémoire du petit disque dur, une série de différentes interprétations de my funny Valentine. Je pleure facilement. J'ai cette faculté de pleurer n'importe où, n'importe quand. Mais, si je parle de ce voyage, c'est que pendant six heures, je pleurai, sans arrêt. Je pleurais doucement, je sanglotais, j'écrasais des larmes chaudes, j'étouffais des cris, je repleurais simplement, épongeant de mes manches des quantités de larmes inimaginables. Parfois je cessais quelques instants, me disant que la crise était peut-être finie. Je retrouvais une respiration régulière. Puis une plage nouvelle de ma série de my funny Valentine venait buter à mes oreilles, et de nouveau des pleurs fournis, les pleurs parfois avec un sourire aux lèvres, parfois avec une mine de détresse absolue. Le compartiment était vide. J'avais six heures pour pleurer tranquillement. Je ne savais pas pourquoi je pleurais. Je ne savais pas si je pleurais de joie ou de malheur. Souvent dans la rue, je pleure de joie, quand je croise quelque chose de trop beau. Une démarche trop bien rythmée, une nuque parfaitement dessinée, une gorge abyssale, un chien méditant, une fleur prenant racine sur l'asphalte. Ces pleurs-là je les reconnais. Mais ceux-là, d'où venaient-ils ? Je me levais pour voir le paysage, surtout quand on devine la mer, dans le noir, dans les trames de vitesses. La mer que je ne voyais pas me faisait pleurer. La musique s'arrêtait. Et j'appuyais la touche repeat. Jamais je n'avais vécu cela. Une vraie Madeleine. On m'appelle sur mon portable. J'expédie la conversation. Qui m'empêche de pleurer ? Lais-se-moi-pleu-rer-en-paix. J'ai dû, durant ces six heures, maigrir d'un bon kilo, plutôt, d'un bon litre. L'eau est un minéral pesant. My funny Valentine, sweet comic Valentine, you make me smile with my heart. You looks are laughable, unphotographable. Yet you're my favorite work of art. Is your figure less than Greek, is your mouth a little bit weak, when you open it to speak, are you smart ? Don't change a hair for me, not if you care for me, stay little valentine stay… Each day is Valentine's day. Les mois ont passé. Je n'ai parlé à personne de ce voyage lacrymal. En parlerais-je, on me dirait versé dans la sensiblerie, l'autosatisfaction, la complaisance. Ma vie pourtant n'est plus la même depuis ces six heures passées dans la pénombre de ce compartiment. Lyon, Valence, Marseille, Toulon, Saint Raphaël, Antibes et enfin Nice, avec leurs gares blafardes, leurs no man's lands de castines, avec leurs annonces à la voix douce et précise d'une femme qui ont remplacé les accents rocailleux des chefs de gare de notre enfance. Je me suis toujours demandé quelle était la dame qui se cachait derrière cette voix, mille fois répétée. Le marron des banquettes, le jaune des loupiotes du wagon, le blanc de mon ipod, sont restés depuis comme un souvenir de grand bonheur et de grande détresse. Je n'arrive pas comprendre si je pleurais des larmes amères ou sucrées. Un an plus tard pour une longue course en ville, je pris de nouveau ma machine à musique, en plaçais le petit casque immaculé sur mes oreilles. Je choisis sur la liste de lecture cette anthologie de Funny Valentine. Quelques mètres plus tard, de nouveau, en pleine rue, dans le froid de l'hiver revenu, je pleurais, sans pouvoir contenir le barrage des eaux de mon &oelig ; il. Les maîtres du Talmud et de nombreux commentateurs bibliques, pensent que l'&oelig ; il est le reflet de l'âme, c'est pourquoi la lettre Ayin occupe une si belle place dans l'alphabet sacré. Curieusement l'&oelig ; il et la source sont synonymes en hébreu. Mes yeux étaient devenus une source, tache reflétant le bleu du ciel dans mes déserts. Cette vision s'appliquait tout à fait à mes yeux inondés. Mais dans une matérialité qu'ils n'envisageaient pas. Mes yeux raz-de-marée disaient, avec du liquide, des rougeurs sur la cornée, des cils collés les uns aux autres, des irritations du canal lacrymal, quelques choses de mon âme, que j'ignorais. My funny Valentine, sweet comic Valentine, you make me smile with my heart. You looks are laughable, unphotographable. Yet you're my favorite work of art. Is your figure less than Greek, is your mouth a little bit weak, when you open it to speak, are you smart ? Don't change a hair for me, not if you care for me, stay little valentine stay… Each day is Valentine's day. Tout en traversant une artère, soudain je compris pourquoi je m'écoulais comme ça. Un regard s'imposa à moi. Des yeux finement plissés dont j'ignore même la couleur. Le regard d'une des élèves avec qui j'avais passé une semaine à enseigner les pleins et les déliés de la calligraphie hébraïque. Elle était arrivée en retard, je déjeunais avec les stagiaires quand elle ouvrit la haute porte du salon. Je lui donnais le dos puis, me tournais pour l'accueillir. Je découvris son regard. Ce regard dès que je l'eus croisé m'avait laissé exsangue. Tout au long de ces quelques jours dans sa proximité, je m'interrogeais au pourquoi du regard. Je ne comprenais pas en quoi son regard se distinguait à ce point de milliers d'autres aperçus dans ma vie. Au repas, tandis qu'elle discutait avec ses voisines, je me plongeais dans la contemplation de ce visage éclairé. Pendant les heures de cours, je guettais comme un chasseur le moment où elle levait les yeux pour me poser une question. Ce moment fragile où l'on abandonne la concentration de l'écriture pour se remettre au monde, où tout en refaisant surface, les yeux conservent une trace de cette immersion dans l'univers des lettres, comme le temps 0 de la création. La beauté réelle des yeux n'explique pas tout. Je dis que je ne me souviens en rien de la couleur de son iris. Je serais incapable, comme dans les bons romans de décrire les petites paillettes, les nuances de la pupille, la teinte de la cornée. Dans ces bons romans, le narrateur consacre au moins un paragraphe à décrire les yeux de l'héroïne. Je ne pourrais absolument rien en dire, et surtout pas en faire un dessin aux traits limités. NOSTALGIE. Les yeux de Tina me frappaient de nostalgie. J'aime l'étymologie de ce mot, la souffrance du retour. Seuls les Grecs voyageurs pouvaient inventer un tel vocable. Je connais par c&oelig ; ur les douleurs de la nostalgie, elles m'assassinent souvent le soir, dans les instants avant de plonger le sommeil. Mais le regard de Tina, comme cet air de Funny Valentine, éveillait une autre nostalgie. Je savais que le retour qui me faisait doucement souffrir n'était en rien lié à des images de mon enfance, à des images des gens aimés, adorés qui sont partis pour l'Hadès. La chaleureuse nostalgie de son regard. La profonde nostalgie de Dieu. Seul Dieu était là. Je ne vois rien d'autre que Dieu. Dans ce wagon, je pleurais car tout en moi se demandait comment vivre sans ce regard ? Comment vivre sans ce regard ? Pourquoi l'amour nous donne le sentiment fulgurant d'avoir toujours connu l'aimée ? D'avoir toujours eu en soi le visage adoré ? Cette conviction de n'avoir vécu toutes ces années que pour la rencontrer, comme si tous les événements qui précédaient cette intersection n'étaient que de fades préliminaires. La nostalgie avivée par ses yeux découle en partie aussi de la connaissance profonde d'avoir dorloté l'être aimé durant l'éternité. L'é-ter-ni-té. Par le regard de Tina, l'éternité m'était rendue. Ne plus jamais avoir accès à son regard était perdre cette porte vers l'infini. Comment avais-je été assez lâche pour ne pas poser mes lèvres sur ses yeux, ne pas simplement tenir de ma main droite sa joue pour lui dire au revoir, fixer ainsi et à jamais mon allégeance. Tina, tout ceci ne t'appartient pas. Tu ne le sais même pas. Pas plus que ne t'appartiennent les secrètes mitoses des cellules de ton corps, pas plus que ne t'appartiennent les mouvements cryptés de tes viscères. Je ne veux pas dire que Dieu s'exprime par cette fenêtre du regard, nous ne serions que des marionnettes, des êtres séparés, des métaphores faciles. Dieu ne s'exprime pas, il est. Dieu ne s'incarne pas, il est le corps. Dieu ne parle pas, il est la parole. De la plus grasse insulte à la plus belle poésie. Dans ce regard, je comprenais que Dieu est le par-trop-visible. Les mystiques avares de leur mystère l'ont toujours nommé l'Invisible. Foutaises ! Dieu est le trop-visible. Tellement visible qu'il nous aveugle. Ce regard me disait l'incontournable, l'inévitable expérience du divin. Comment ne pas se jeter à chaque instant au sol frappé de stupeur ? Comment ne pas pleurer toutes les vagues de l'univers, quand, au coin de la rue, au fond d'un métro crasseux de New York, au bord d'une plage lumineuse de Grèce, dans son propre lit, Dieu est là qui nous regarde des mêmes yeux avec lesquels nous le regardons. Les inventeurs de l'alphabet quand ils imposèrent aux lettres leurs formes, choisirent d'emprunter directement la morphologie du Ayin aux hiéroglyphes égyptiens : un &oelig ; il simplement stylisé. Plus tard en phénicien, cet &oelig ; il ne conserva que les lignes d'un cercle parfait. La boucle était bouclée. L'Orient et l'Occident dans cette lettre se rencontrent. Le signe puissant de l'unité perdue et retrouvée de la quête ultime du Zen, et ce disque sémitique nous interrogent. Dans les fameux neuf tableaux de la Bouverie, le cercle apparaît quand le chercheur et le b&oelig ; uf ne font plus qu'un. Un simple cercle tracé au pinceau couvre la feuille. Un rond tout bête qui demande des années de pratique pour le calligraphier. Ce rond au cours des ans permet d'évaluer à la qualité de son trait où l'on en est de sa vie, de son intimité avec l'un. Croiser le disque d'un regard, c'est prendre le risque de ressentir sans protection cette unité, s'est oser s'abîmer dans l'autre. C'est se montrer capable d'aimer d'un amour fou durant quelques secondes une étrangère dans la rue. C'est accepter de mourir à ce regard. De se séparer de lui aussitôt, tout en sachant que l'on passe irrémédiablement à côté de la vie. Comment ne pas voir dans ce regard réduit à l'essentiel l'autre étymologie de Ayin, la source ou le puits ? Cette forme lovée sur elle-même est la margelle d'un puits. Pourquoi les puits inquiètent-ils tant ? Certainement pas à cause de la peur de tomber dans l'abîme. Même quand ils sont puissamment grillagés, ils indisposent. Ils effraient car ils sont comme le regard, le reflet d'un monde innommable, inouï. Nombreuses sont les légendes de par le monde qui nous parlent des puits dans lesquels les gens se voient eux-mêmes, mais habités d'une inquiétante étrangeté. Dans l'eau fuligineuse du puits le même est un autre. On ne regarde pas au fond du puits sans inquiétude, les dragons, les goules y habitent. Cet &oelig ; il est un accès aux mondes souterrains où nous savons que nous ne survivrions pas, de même que nous sentons profondément que nous ne survivrions pas à la vérité de notre être et à celle de l'autre. Le puits est ce regard insupportable perdu dans le désert. Dans la Bible comme dans les Évangiles, les femmes se tiennent près des puits. Rachel offre de l'eau à Jacob qui tombe aussitôt amoureux d'elle, Jésus, y rencontre la Samaritaine. Les femmes donnent l'accès à l'eau des puits. Les femmes sont aussi ce puits. Quelques mois après cette marche dans les rues de ma ville, me revenait un souvenir de ces jours passés au Château. Comment avais-je pu oublier ce moment ? Avant de partir, mes élèves me demandèrent de dédicacer mes livres. Tina me présenta une de mes méthodes, je la saisis calmement, la pliai pour ne pas que le rabat se ferme sur la main. J'amorçais ma plume et avec concentration traçais avec sérieux et joie une belle ligne de lettres avec des nuances de couleurs. À ; cette heure, j'osai faire ce que jamais de ma vie, je n'avais osé faire, déclarer mon amour à une femme. Je lui déclarai mon amour en hébreu dans le texte : d'un seul de tes regards tu m'as ravi le c&oelig ; ur. Je lançais cette bouteille à la mer qu'elle ne pourrait ni lire ni comprendre. Curieusement, comme pour se protéger d'un serment d'amour pas encore mûr, elle ne me demanda pas la traduction de ce passage du Cantique de cantiques. Pourtant une intime conviction me chuchoter à l'oreille qu'un jour viendrait où je lui traduirai cette phrase. Aujourd'hui assis sur le divan de sa grande maison à Namur, les pieds nus sur son tapis, je finis ce texte commencé il y a sept mois et j'attends Tina pour aller me promener à ses côtés, mon bras sur ses hanches le long de la Meuse, le fleuve qui désormais est témoin de ma vie.
  Lire la suite de la discussion sur psychologies.com


127003
b
Moi aussi !
Vous avez peut-être vécu la même histoire ?

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

Je voudrais quitter mon copain mais j'ai peur de le detruire - histoires d'amour

image

Bonjour, Cela fait maintenant cinq ans que je suis avec mon copain. La première année était magnifique mais les quatre suivante ce sont beaucoup détériorés. Notre histoire est longue et compliqué alors je vais faire court. À la fin de la...Lire la suite

Je l'aime...... m'aime-t-elle? - affaires de couples

image

Bonjours, récemment j'ai un ami qui a décidé de me présenter a une amie parce qu'il trouve que l'on a beaucoup de point en commun. Alors il y a quelques jours, il a commencer une discussion sur Face Book ou il a ajouter cette fille et moi même....Lire la suite


 
Voir tous les  autres témoignages