Histoire vécue Amour - Couple > Célibat      (2240 témoignages)

Préc.

Suiv.

J'ai la nostalgie de mon passé amoureuse

Témoignage d'internaute trouvé sur aufeminin
Mail  
| 162 lectures | ratingStar_227734_1ratingStar_227734_2ratingStar_227734_3ratingStar_227734_4
Parfois je pense à toi. Je rêve de nous. Je nen peux plus de cette vie tellement parfaite, tellement idéale que je nai aucune raison de prendre un amant. Je crève de cette routine baignée damour. Je rêve dimprévu et de scénarii inimaginables. Je pense à ce jour où je tenverrais ce SMS. Port de la Belle Etoile. 16h00-16h15 Je mimagine assise fébrilement sur le ponton, les pieds dans leau, les yeux noyés dans le rivage, me retournant sur chaque voiture qui passe, dans lattente certainement improbable de ta venue. Après tout, depuis tant dannées dun vide absolu, je ne suis certainement plus quune chimère à tes yeux. Je mallume une cigarette méditant sur labsurdité de ma personne, lirréalisme de ma situation, cette envie que jai de me perdre, ce désir de nappartenir à personne. Ce besoin sauvage de me brûler les ailes, doù me vient-il ? ET puis il y a ce bruit de portière qui me fait sursauter. Je sais que cest toi. Je me retourne et tu es là, tenant ta portière de ta main droite. Je me lève. Tu claques ta porte. Je te regarde. Mon dieu tu nas pas changé. Le temps te réussi. Tu me souris et tavances. A mesure que tu progresses, je recule, face à toi, sur lembarcadère. Jai le cur qui semballe. Je meurs de toi. Nous esquivons un sourire complice. Je marrête immobilisée par le phare. Jobserve ta progression. Je remarque cette alliance et ces mèches grises. Mes mains reposent à présent sur le mur. Je ferme les yeux, écoute mon cur qui semballe. Et cette poitrine qui se soulève bien trop rapidement. Je tattends. Je sens le regard des quelques pécheurs encore présents, certainement incrédules face à cette scène qui se déroule devant eux. Jouvre les yeux. Tu es la face à moi. Tes mains enjoignent mon visage quelles redressent. Tu plantes ton regard dans le bleu de mes yeux. "Tu mas manqué, bébé" Ton il se fait narquois. "Sais-tu que je viens de foutre en lair mon après midi rien que pour tes beaux yeux ?" Et je plonge dans tes lèvres. Nous nous pelotons sauvagement comme deux ex-amants condamnés à un sevrage forcé. De tes mains tu écartèles mon top, déchiré sans ménagement. Tu ne me regardes pas, mes seins tobsèdent. Tu les sors de leur balconnet et les porte à tes mains. Tu les pèses et soupèses tout en pinçant mes tétons déjà érigés. "Je tavais dis de ne pas porter de vêtements de marque le jour où lon se retrouverait." Puis tu glisses sur moi. A présent à genoux, tes mains remontent le long de mes cuisses. Ton visage repose sur mon string, une main le rejoint. Tu me humes. Je dépose mes mains sur tes épaules. Je nen peux plus de cette envie qui me brûle depuis des heures, je te supplie de me prendre. Mon string est déchiré. Tu meffleures, tu papillonnes. Tes doigts glissent entre mes lèvres, dans cette vallée que tu jalonnes avec aisance. Je sens mon clito prisonnier de ton index et de ton pouce. Je soupire de plaisir. Ta langue si merveilleusement pointue vient me décalotter. Tes doigts me pénètrent à mesure que ta langue me tourmente. Tes deux mains sur mon ventre me maintiennent contre le poteau. Je bouillonne, ma tête sagite, non !!!!! Mes pieds se redressent, je cherche à fuir ton emprise. Ta langue me suit refusant de perdre son trésor. Tu insistes encore et encore, tenfonçant au plus profond, jouant avec délice des mes effluves et de cet îlot prisonnier de tes doigts. Mes jambes tremblent, elles ne me portent plus. Je craque, je fonds, je mabandonne à toi. Et je jouis, là, au milieu de ce petit port sauvage, ouvrant les yeux sur cet embarcadère, à moitié dénudée, les seins à lair, la chatte dévorée par un homme, à moitié enfuie sous ma jupe. Je meffondre épuisée mais tu me maintiens. Tu prends mes mains pour les poser sur ton jeans, là, juste au milieu, à cet endroit où je sens ta verge à létroit. Tu ôtes ta ceinture, défait tes boutons. Ton jeans glisse entre tes jambes pour sarrêter sur tes chevilles. Je sens ta verge aussi dur que mon sexe est trempé senfiler en moi. Je suis étroite en cette position, adossée au mur, jambe serrées. Jentends tes râles. Mains plaquées contre le mur, au-dessus de mes épaules tu me bourines sans ménagement. De temps en temps une de tes mains emprisonne mes seins. Jaime cela aussi, je sens que je vais jouir de nouveau. Mon regard se noie vers les pécheurs. Une vague de plaisir me submerge. Un son rauque séchappe de mes entrailles. Ta semence se répand en moi. Oui, tu avais gagné en assurance, le mariage semblait tavoir réussi
  Lire la suite de la discussion sur aufeminin.com


227734
b
Moi aussi !
Vous avez peut-être vécu la même histoire ?

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

Pourquoi j'ai plus de mal avec les francaises ? - relations amoureuses

image

Bonjour à vous tous. Voilà, depuis mes premiers émois à l'âge de 18 ou 19 ans jusqu'à maintenant (32 ans) , je n'ai eu que des relations de courte durée (mon record 3 mois) , quant au nombre, je me souviens qu'il y a quelques années, j'avais...Lire la suite

Serait-ce le debut d'1 belle histoire ? votre avis - coup de foudre et passion amoureuse

image

Bonsoir, C'est avec le coeur un peu lourd que je vous écris ce soir. Je ne savais pas si je devais créer un nouveau post, alors je vous dis tout ici, au moins, c'est regroupé. Je me suis inscrite sur le forum, il y a quelques jours seulement, et...Lire la suite


 
Voir tous les  autres témoignages