Histoire vécue Amour - Couple > Célibat      (2240 témoignages)

Préc.

Suiv.

J'ai peur des femmes et je suis célibataire ... J'en ai marre !

Témoignage d'internaute trouvé sur psychologies
Mail  
| 292 lectures | ratingStar_200833_1ratingStar_200833_2ratingStar_200833_3ratingStar_200833_4

Il y a des jours comme ça où j'ai envie de dire que j'en ai marre. J'en ai marre de ma vie monotone, de mon travail chiant où je glande et où je traîne entre autres sur ce forum. Et par dessus tout, j'en ai marre de m'enfermer dans ma prison mentale. Alors je me présente. J'ai 33 ans, j'ai une bonne santé. Je travaille, je fais du théâtre, j'ai tenté plusieurs thérapies, je joue d'un instrument de musique. Je suis apprécié par mon entourage qui me trouve parfois drôle, parfois intelligent, mais ils me trouvent quasiment tous sensibles. Ils me disent que je suis un artiste, et moi, tout cela, ça me fait plaisir, c'est ce que j'aurais toujours aimé être, et c'est ce que je veux toujours être. Seulement voilà. J'en ai marre de ne pas savoir oser être cette personne extraordinaire devant les femmes généralement, et devant les femmes qui me plaisent plus particulièrement. Pourtant, j'ai tout pour moi pour oser passer à l'action. Mais je n'arrive pas à être autre chose que cet homme amical, cet homme qui inspire confiance, à qui on peut se confier, avec qui on peut s'évader un peu en poésie ou en chanson. Là où ça coince, c'est quand il faut aller plus loin. C'est comme si je me sabotais sans m'en rendre compte. Comme si je n'assumais pas mon désir, comme si je n'assumais pas le fait que je suis aussi une créature sexuée. Et cela me pourrit de l'intérieur. Je commence à me rendre compte que je me suis fait des idées fausses, je croyais ne pas leur plaire, car je croyais n'avoir rien d'intéressant à leur apporter (sexuellement). Je suis un homme avec un côté féminin développé, mais le côté masculin pose problème, j'ai beaucoup de mal à m'affirmer, à dire oui quand c'est oui, et à dire non quand c'est non. J'ai aussi beaucoup de mal à poser des limites, et j'ai encore plus de mal à oser dire ce que je ressens. Comme si j'avais honte de verbaliser ce que je ressens. Il y a donc des croyances derrière tous ces comportements que je suis prêt à revoir. Mais suffit-il de le vouloir ? Comment change-t-on une croyance mauvaise en une bonne croyance dans son for intérieur, de telle manière à ce que notre comportement illumine de cette nouvelle croyance ? Schopenhauer avait-il raison, quand il disait que l'homme peut certes faire ce qu'il veut, mais qu'il ne pourrait jamais vouloir ce qu'il veut. Là où je suis en colère après moi, c'est que je me rends compte petit à petit que des femmes qui me plaisaient me donnaient des signes d'intérêt (regard, toucher…) et cela me terrorisait à chaque fois d'imaginer que je pourrais en plaire à certaines. Parce que si je leur plais, je leur dis quoi, je leur fais quoi ? Je la regarde dans les yeux ? Je la réinvite en one-to-one ? Je l'ai déjà fait, des fois où j'ai déjà osé. Mais ensuite, en one-to-one, impossible de prendre une initiative (lui prendre la main par exemple). J'ai tellement peur de me tromper, tellement peur de me faire rejeter. Et cette peur là, il faut que je m'en débarrasse. La plus grande peur que j'aimerai combattre, c'est celle d'aborder les filles, d'oser leur parler. Peu importe qu'elles me plaisent ou pas, je m'en tape. Juste leur parler, me dire que je suis capable d'initier une conversation anodine. Au niveau de mon histoire personnelle, ce qui m'a beaucoup bloqué au niveau des femmes : - absence de repères masculins sains dans la famille (père plutôt absent, qui ne communiquait pas avec ses fistons) - une mère qui a la critique parfois ravageuse, jamais contente - mon frère aîné, modèle masculin qui m'a beaucoup marqué. Il est psychotique (probablement psychose maniaco-dépressive, non diagnostiquée) et du coup, n'a jamais tenté quoi que ce soit avec les femmes (il a sûrement tenté, mais ça a foiré alors) - le fait d'être né après un frère mort dans la fratrie. Je suis aussi un "enfant de remplacement", donc je me pose des questions existentielles sans arrêt qui me paralysent quand il s'agit d'aller à l'action. Ce point là est important à saisir pour moi, car la seule relation que j'ai eue (il y a 4 ans) , c'était parce que je "remplaçais" une déception d'amour de mon ex, que je la consolais. - la maladie psychique de mon petit frère (32 ans) , schizophrène Je dis tout cela en vrac, en sachant à l'intérieur de moi à quel point tout cela a pesé sur ma manière de fonctionner. Mais voilà ! Je ne veux pas faire ce constat pour me dire : règle d'abord tes problèmes avec ton histoire personnelle, ensuite, tu pourras trouver une femme digne de toi. Parce qu'après tout, ceux que je connais et qui sont en couple, ils ont aussi leur problème, leur histoire personnelle tout aussi lourde, si ce n'est plus. Alors, pourquoi eux y arrivent-ils et pas moi ? Parce qu'ils ont osé passer à l'action. Chaque jour qui passe, c'est un jour où je peux oser quelque chose. Mais chaque jour qui passe, c'est un jour où je n'ose rien en la matière. Parce qu'oser demande un courage à puiser en moi que je n'arrive pas à trouver. Je le cherche chaque jour, et des fois, je me dis : "aller, on y va ! " et, au dernier moment, blocage, je recule. Un peu comme quand on hésite de sauter à l'élastique. Pourtant, si j'aborde une femme, le seul risque que je prend, c'est qu'elle peut me rejeter. Et alors ? Comme ça, en l'écrivant, je me dis que ce n'est pas grand chose, qu'elle puisse me rejeter. Le rejet réactive de vieilles blessures, et les rares fois où j'ai tenté avec les femmes et que je me suis fait jeter, ça me mettait dans des états intérieurs turbulents. Ce qui me fait peur aussi, c'est d'être accroc à une femme. Ce qui me fait peur, c'est de ne penser qu'à elle dès que mon coeur sera épris et s'enflammera. Ce comportement peut être beau, romantique et apprécié à un certain niveau. Mais à un autre niveau, ce type de comportement, c'est de la dépendance affective, c'est pas de l'amour. Et je crois que c'est aussi un de mes problèmes. Donc mon problème, au niveau de la peur des femmes, ce n'est pas vraiment la peur des femmes. C'est la peur de réactiver de vieilles blessures d'abandon, et de me retrouver à nouveau en état de dépendance affective, et cela n'est bon ni pour elle ni pour moi. En disant cela, une partie de moi veut se saisir de cette dernière phrase pour me souffler : "donc pour ton bien à toi, mais pour son bien à elle aussi, règle d'abord ton problème de dépendance affective". Mais seulement voilà, doit-on régler tous ses problèmes personnels, doit-on avoir affronté ses démons intérieurs, avant de partir à l'aventure sentimentale ? Je ne le pense pas, sinon, beaucoup d'entre nous ne seraient même pas encore nés. Cela fait plus de dix ans que je me bats avec mes démons intérieurs, de thérapies en thérapies. Ca m'a coûté peut-être le prix d'une belle voiture, mais je ne regrette pas. Cet investissement portera ses fruits. La lutte est loin d'être gagnée, mais je suis toujours là, et je ne suis pas prêt à abandonner. Mais je suis de nouveau perdu, et au fond de mon puits, je cherche un moyen de remonter à la surface. J'ai été un peu long, mais avouez quand même que c'est pas mal d'avoir écrit cela. Non ? Au plaisir d'échanger avec les célibataires qui veulent l'amour. Et vite.
  Lire la suite de la discussion sur psychologies.com


200833
b
Moi aussi !
Vous avez peut-être vécu la même histoire ?

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

Pourquoi j'ai plus de mal avec les francaises ? - relations amoureuses

image

Bonjour à vous tous. Voilà, depuis mes premiers émois à l'âge de 18 ou 19 ans jusqu'à maintenant (32 ans) , je n'ai eu que des relations de courte durée (mon record 3 mois) , quant au nombre, je me souviens qu'il y a quelques années, j'avais...Lire la suite

Serait-ce le debut d'1 belle histoire ? votre avis - coup de foudre et passion amoureuse

image

Bonsoir, C'est avec le coeur un peu lourd que je vous écris ce soir. Je ne savais pas si je devais créer un nouveau post, alors je vous dis tout ici, au moins, c'est regroupé. Je me suis inscrite sur le forum, il y a quelques jours seulement, et...Lire la suite


 
Voir tous les  autres témoignages