Histoire vécue Amour - Couple > Coup de foudre      (2712 témoignages)

Préc.

Suiv.

L'elue: histoire fantasique/romantique

Témoignage d'internaute trouvé sur forumados - 26/12/10 | Mis en ligne le 23/04/12
Mail  
| 174 lectures | ratingStar_245345_1ratingStar_245345_2ratingStar_245345_3ratingStar_245345_4
Oki, bah, je te mets le premier chapitre. CHAPITRE 1: David Portin. Est-ce que je t'ai dis à quel point je t'aimais ? Est-ce que je t'ai dis à quel point tu comptais pour moi ? Non, je suis une cruche, qui ne pense qu'à elle. Je croyais avoir trouvé ce qu'il me fallait mais je me suis trompé. Ce dont j'ai besoin, c'est de toi. Salut ! Je m'appelle Mélinda et j'ai 16 ans. J'ai deux soeurs et un frère, Laurie, Jennifer et Vincent. Mes parents sont géniaux et je mène une vie de rêve. Du moins, j'en vivais une jusqu'à ce que David arrive dans mon lycée. David, c'est un garçon prétentieux et sans ambition. Il ne sait pas ce qu'il veut faire de sa vie et a décidé de vivre au jour, le jour. Il crois qu'il n'a qu'à claquer des doigts pour obtenir ce qu'il veut, ce qui, jusqu'à maintenant n'était pas faux. Oui, David est le genre de garçon dont tout le monde rêve comme petit copain. Et c'est à moi qu'il s'intéresse, allez savoir pourquoi. Il est beau et ses parents lui offrent tout ce qu'il demande. Du genre, une décapotable rouge flambant neuve pour la rentrée. Tiens, en reparlant de cette fameuse rentrée… C'était le lundi 4 septembre, jour de la rentrée, jour de ma rentrée en première. "-Vanessa, tu aurais pu me prévenir ! Je t'avais dis que je voulais savoir avant la rentrée ! -Non, tu ne m'a rien dis du tout ! -Mais si ! Quand tu es venue chez moi la semaine dernière ! -Bon, d'accord, j'admets que j'ai oublié. Tu vas pas faire un drame, tout ça parce que tu te retrouves dans la même classe que lui ! C'est pas la fin du monde, quand même !! -Mais mince ! David ! David Portin ! Le seul avec qui je voulais éviter d'être ! -OK. Et si je t'avais dis que tu serais avec lui cette année, qu'est-ce que tu y aurais fait, hein ? -Je me serais préparé mentalement ! " Vanessa, c'est ma meilleure amie. Elle est extravagante, insouciante, et c'est ça que j'aime chez elle. On s'entend à merveille ! On s'est connu quand, en CP, j'ai fais tomber ma glace sur elle, à la cantine. Depuis, on est inséparables. Je ne sais pas comment je ferais sans elle ! On connait tout l'une sur l'autre, elle adore mes soeurs (je sais pas comment elle fait ! ) et on s'arrange toujours pour avoir les même cours. Ses parents ont divorcés et sa mère est morte dans un accident de voiture quand elle avait 7 ans. Elle n'a donc pratiquement jamais eu de présence maternelle. Elle a, pour ainsi dire, et sans me vanter, énormément besoin de moi (l'inverse est vrai aussi). "-Non mais, quand même ! Je sais pas moi ! Comment un mec aussi branché peut-il s'intéresser à une fille comme moi ? -Bah… Il te regarde, il te trouve jolie, il essaye de te connaître, et il se rend compte qu'il est amoureux de toi. -Merci, je sais comment on tombe amoureux ! Tu sais très bien que je ne parlais pas de ça. -Je sais. Mais tu sais aussi que je suis championne pour détourner les conversations quand je n'ai pas la réponse au problème ! -Oui, ben moi, je ne trouve pas ça drôle ! Je vais être obligé de me coltiner un mec qui voudra que je sorte avec lui pendant une année entière ! Déjà que l'année dernière, il m'attendait à la fin de tous les cours !! -Mais il est si canon ! Toutes les filles le voudraient et c'est à toi qu'il s'intéresse. Tu devrais être aux anges et nager en plein bonheur ! -Et bien non ! Je ne veux pas d'un type qui me colle aux basques parce qu'il rêve de sortir avec moi ! -Je te ferais signaler qu'on est quand même dans les plus branchés du lycée et que tu est une des filles les plus canons, ou plutôt LA fille la plus canon, qui fait fuir les garçons à cause de ta mauvaise humeur et de ton entêtement à ne pas avoir de petit copain avant la vingtaine ! -Oui, ben, déjà que je me trouve un boulot, les sentiments on verra après ! -Moi je ne pourrais pas vivre sans Jonathan ! Et puis, il est si romantique ! Au fait ! Tu sais qu'il m'avait invité au restaurant la semaine dernière ? Et bien figure toi qu'on est pas allé au restaurant mais dans son jardin ! -Son jardin ?! -Oui ! Ses parents étaient sortis et il a cuisiné et préparé un repas aux chandelles ! On a fini tout les deux au bord de la piscine, dans les bras, l'un de l'autre, à regarder les étoiles et à s'embrasser ! -Ouais, le film typique à l'eau de rose ! " Vanessa est une incorrigible romantique. Elle pourrait vous réciter par coeur tous les romans d'amour de la Terre, plus particulièrement Roméo et Juliette ou Twilight. Elle a développé une sorte de passion obsessionnelle pour Bella et Edward et les vampires. Donc, après ma conversation avec ma meilleure amie, je me dirigeai vers la salle de ma première heure de cours. Bien sur, à n'en pas douter, David m'attendrait devant la porte, comme à ses habitudes. Arrivée, je constatai avec stupéfaction que David n'était pas là, du moins, pas à m'attendre. Sentiment de délivrance ! Quel bonheur ! Il était en train de discuter avec un garçon que je ne connaissait pas encore et ne me remarqua même pas quand je passai devant lui ! Cette année allait-elle être meilleure que la précédente ? Je me trouvai une place à coté de Sabine, une élève des plus brillantes, pour être certaine de pouvoir avoir la moyenne aux contrôles. Pourvu que le prof ne nous change pas de place ! Bien entendu, Mr Fortonus, professeur principal, nous changea de place. Ça aurait été trop beau ! Surtout qu'il fallait que je me retrouve à coté de… David ! Malédiction ! Il n'avait pas l'air pourtant de trop être ravi de se retrouver à coté de moi. Tant mieux. Il manquerait plus qu'il se mette à adorer sa place et à me gaver. Pour l'instant, tout ce passait plutôt bien. Vivement que je retrouve Vanessa derrière un bon sunday à la vanille et aux noisettes ! Bah non, le destin avait décidé que je ne m'en sortirais pas avec toute ma tête et mon sang-froid. Il avait décidé de me jouer un mauvais tour et de m'embêter un peu plus. Ah ! Saleté de Destin ! Oui, David se tourna vers moi et me sourit : "-Salut ! C'est cool qu'on soit dans la même classe, j'espère qu'on passera une bonne année ! -Oui, moi aussi ! " Pffff… Pathétique ! Comme si je pouvais passer une bonne année avec lui à côté de moi ! Les cours suivants avaient été mieux. Je ne m'étais pas retrouvé à côté de David et il ne m'avait pas parlé. L'après-midi, en retrouvant Vanessa, j'étais plutôt contente de ma classe, malgré mon admirateur. On alla manger un sandwich au fast_food à coté du lycée et trainer devant le lycée, sur l'herbe, à se raconter notre première journée. Vanessa était presque en larmes parce qu'elle n'était pas dans la même classe que Jonathan. Moi, la meilleure amie, on s'en fout, mais le petit copain, c'est la fin du monde ! Mais bon… A la fin de la journée, je rentrai chez moi et m'attendais presque à voir David se pointer devant ma porte pour me refaire sa demande de petit ami. Si c'était le cas, je serais obligée de déployer force et courage pour lui rappeler que je ne veux pas devenir sa petite amie et qu'il faut qu'il arrête de me suivre à la trace. Non, il n'y était pas. Pas besoin de vous redire à quel point j'étais contente. J'allai prendre un bon bain chaud, manger et me mettre au lit. Le lendemain, en histoire, on devait former des groupes de deux pour les exposés. Vanessa n'étant pas là, je n'avait personne avec qui me mettre. J'attendis donc que tous les groupes soient fait pour me mettre avec celui ou celle qui resterait. Bizarrement, celui qui restait était… David ! Grrrrrrr. Je ne pourrais donc pas vivre une année normale et tranquille ? En plus, on devait, deux fois par semaine, aller un cout chez l'un, un cout chez l'autre. Si les injures étaient permises dans les livres, ça ferait longtemps que vous en auriez vu plus d'une ! Bon, il était convenu que le lundi, il viendrai chez moi et le mercredi, j'irais chez lui. En technologie, rebelotte, groupe de deux : David ! Je dois être maudite, c'est obligé. Bon, là ce n'était que pendant les cours. Bah, je n'ai jamais eu de chance, moi, de toute façon, alors… On était mardi, donc, le lendemain, je devrais aller chez David pour commencer notre exposé sur la Révolution Française, de 1789 à la fin de Napoléon. Le mercredi midi, je mangeai avec Vanessa sur la pelouse du lycée : "-Ah ! Vaness, s'il te plait, tu peux pas simuler d'avoir super besoin de moi pour que j'échappe à cette après-midi ? Pitié ! -Non, je suis avec Jonathan, cette après-midi, désolé. -Alors Jonathan passe avant ta meilleure amie ? Ah ben merci ! -Allez Mélin, ne te fâche pas ! -Si ! Je vais passer les trois pires heures de ma vie et toi tu ne pense qu'à ton copain ! -Bon, ça va, je vais t'aider. -Non, c'est bon, je vais me débrouiller toute seule. Laisse tomber. Je me levai et m'en allai. Si c'est ça les amies ! Moi je l'aurais aidé ! Je me dirigeai vers le portail du lycée, quand une main m'attrapa par derrière. "- Je t'ai dis de laisse tomber, Vanessa ! " , m'écriai-je en me retournant. Mais là, ce n'était pas ma meilleure amie que j'avais en face de moi, mais David. C'est vrai qu'il était très beau. Surtout à ce moment, là, quand il me souriait. "- On y va ? -Et on va pas en cours avant ? -Ben, il n'y a pas cours cet après-midi ! -Ah oui, c'est vrai ! Bon, allons-y, dans ce cas. -OK. En route ! " En arrivant chez lui, je constatai qu'il n'avait pas une maison gigantesque, comme je me l'avait imaginé. Quand j'entrai, je vis qu'il n'y avait personne et que la maison était vide. "- Où sont tes parents et ta soeur (oui, il avait une soeur) ? -Heu… Ils sont sortis manger dehors. -Ah d'accord ! " Je décelai une lueur de tristesse dans son regard. A ce moment, il me faisait pitié. Je me demandais ce qui pouvait bien le rendre si triste. Je me dis qu'il regrettait surement de ne pas être avec eux. Tout à coup, il retrouva sa bonne humeur et proposa de poser mes affaires et de monter dans sa chambre pour commencer les recherches. J'acceptai en inspirant un grand coup pour me donner le courage de surmonter les heures à venir. On commença par rechercher les dates importantes sur une encyclopédie puis nous cherchâmes d'autres informations sur son ordinateur. Et bizarrement, là, à côté de lui, collée à son bras pour mieux y voir, je me sentais bien. En m'en rendant compte, je m'éloignai en me disant que je devais être folle. A quatre heures, on descendit dans la cuisine pour goûter. Il m'offrit un sorbet à la fraise que j'acceptai avec plaisir. Il faisait tellement chaud ! Après avoir mangé, on ouvrit les fenêtre pour faire de l'air. Au lieu de retourner travailler directement, David mit de la musique et on s'installa dans le canapé pour se reposé et profiter de la fenêtre ouverte juste derrière nous. Quand la musique s'emballa et que le poste crachota, on ne put s'empêcher de se mettre à rire. Là, je me dis que ce n'était pas si nul, finalement de passer du temps avec lui. Quand il n'était pas le petit chien près à se jeter sous une voiture pour vous prouver son amour, il était sympa comme mec. Je commencer à l'apprécier de plus en plus et à me dire que j'étais de plus en plus folle. J'avais surement disjoncté sur le fait de m'être disputé avec Vanessa. Mais bon, du moment que j'étais heureuse. Autant profiter de l'instant. Je me levai et me mis à danser. David me suivi. Je crois qu'on dansa comme des fous pendant une bonne demi-heure. A la fin, on se mit à tourner sur nous même et, en s'arrêtant, nous avions tellement le tournis, qu'on tomba l'un sur l'autre, par terre. Je me relevai vite et me rassis. Je me sentais quand même mal à l'aise. Et puis, on était pas vraiment amis et on s'amusait comme si on était les meilleurs amis du monde. Je ne voulais pas aller trop loin et lui donner de faux espoirs. Finalement, on se remis au travail. A sept heures, on avait super bien avancé mais les parents de David n'étaient toujours pas rentré. "- Pourquoi tes parents ne sont toujours pas là ? -Ben… Heu… Ils vont surement dormir à l'hôtel. -Mais tu t'inquiètes pas de ne pas avoir de nouvelles d'eux ? -Non, ils font ça souvent. -Ah, et tu vas être tout seul cette nuit ? -Oui, comme tout le temps. -Tu veux venir dormir chez moi ? (mais à quoi je pensais ? ). -Non merci, ça va aller. -OK. A demain, alors. -Oui, à plus." La lueur de tristesse était réapparue pendant notre échange. Je m'en allais. Sur le chemin du retour, mon téléphone sonna. C'était Vanessa. Étant toujours en colère contre elle et n'ayant pas envie de lui parler, je ne répondis pas. Elle rappela trois fois et la quatrième, je répondis. "- Je n'ai pas envie de te parler. -Allez, s'il te plait, arrête de faire le tête ! -Non, mon après-midi aurai pu être la pire au monde et tu t'en fout complètement. -Mais non, j'ai voulu t'aider mais tu est parti. -Si vraiment tu l'avais voulu, tu m'aurais rattrapé. -Attends… Tu as bien dis "aurai pu être la pire au monde" ? -Oui, pourquoi ? -Elle ne s'est pas mal passée ! -Non, elle ne s'est pas mal passé et elle s'est même très bien passé. -Bon alors pourquoi tu me fais encore le tête ? -Parce qu'elle aurai pu être pire ! -Qu'est-ce que je dois faire pour que tu arrêtes d'être fâché ? -Hum… Que tu viennes dormir chez moi ce soir et que tu apportes des muffins en même temps ! -Ha ha ha ! OK. On fait comme ça. Je vais pouvoir voir Laurie et Jennifer ! -Je vois vraiment pas comment tu fais pour les adorer comme ça ! Moi, elles me gavent vraiment. -C'est normal, tu les as au quotidien. Moi je te rappelle que je suis fille unique. Il faut bien que j'exerce mon instinct maternel sur quelqu'un ! -Oui bon, arrêtes de parler et ramènes ta fraise ! N'oublie pas les muffins ! -OK. A tout à l'heure ! " Je rentrai chez moi, allai à la cuisine et dis à tout le monde que Vanessa dormait à la maison. Les petites (c'est comme ça que j'appelle mes soeurs) sautèrent de joie et maman acquiesça. Je montais ensuite dans ma chambre pour préparer le lit de Vanessa. Une demi-heure plus tard, elle arriva chez moi avec des muffins fumants. Je les lui pris pour les poser sur la table et entre temps, mes soeurs arrivèrent et lui sautèrent dans les bras. Inutile de préciser que ma copine était aux anges. A huit heures, maman nous appela à table et après manger, Vanessa et moi montâmes dans ma chambre. On s'installa dans nos lits respectifs. "- Alors, raconte moi tout ! Comment ça c'est passé ? -Bah on a d'abord travaillé jusqu'à quatre heures puis, on a gouter, après… -Quoi après ?! -Après, il a mit de la musique, et comme le CD était rayé, il marchait pas bien et on a éclater de rire. -Oui, et… -Après on a danser comme des fous… -Houlala !! -Oh, ça va ! Donc, je disais, on a dansé et après on est allé finir de travailler et après je suis partie. -C'est tout ? -Heu… Oui. -Menteuse, je sais qu'il y a autre chose ! Dis le moi ! Tout de suite ! -Bon, d'accord, arrête de crier tu vas réveiller les autres ! Bon, j'ai appris que ses parents et sa soeur dormait dans un hôtel et le laissait tout seul chez lui cette nuit alors je lui ai demander s'il voulait dormir chez moi… -Et il a dit quoi ? -T'as l'impression qu'il est là ? -Ah, il a dit non. Dommage. -Non, tant mieux comme ça. -Bah, t'aurais pu tomber amoureuse de lui cette après-midi', quand même ! -Non mais t'es pas un peu folle ? Il est prétentieux, et même si on a passé une super après-midi, mon opinion à propos de lui ne change pas ! (gros mensonge ! ). -Tu es dure quand même ! " Elle trouvait toujours que j'étais dure, sans coeur et insensible. Au fond, elle avait peut être raison. Je peux facilement dire que je suis égoïste, insouciante du mal que je fais autour de moi, du moment que moi, je vais pour le mieux. En bref, je suis un vrai monstre ! Le truc, c'est que ça ne me fait ni chaud ni froid. Vanessa, elle, pleurerait toutes les larmes de son corps si elle découvrait qu'elle était un monstre. C'est un vrai coeur d'artichaut. Moi, je ne suis jamais tombé amoureuse. Pourtant, ce n'était pas les garçons qui manquaient, et qui plus est, étaient, eux, tous fous amoureux de moi. Mais ça non plus, ça ne m'a jamais touché. Je n'étais pas plus contente de plaire aux garçons que de leur rester indifférente. J'ai toujours été très terre à terre, pas irréaliste pour un sous. Tout le contraire de Vanessa. Je ne comprend pas vraiment ce sentiment qu'est l'amour. Pour moi, il est trop idéaliste pour être vrai. L'amour est représenté comme un sentiment de bien-être, d'envie d'être tout le temps avec quelqu'un, sa moitié, de parfaite harmonie avec l'Autre. Mais la perfection n'existe pas. C'est surement pour ça que je n'arrive pas à aimer ? Pourtant, j'aimerais bien essayer, faire fondre mon coeur de glace. Mais il n'y a rien à faire. Je suis condamné à passer le reste de mes jours seule, sans compagnon, ce qui ne me dérange pas plus que ça. Le lendemain, je me levai en premier, allai me préparer et faire le petit_déjeuner pour les autres. Puis, j'allai réveiller ma meilleure amie et restai à la cuisine pendant qu'elle se préparait à son tour. Quand elle eu finit, je disposai le petit_déjeuner pour les parents et les petits sur la table et, on partit au lycée. Quand j'arrivai en science, matière principale, je constatai que David n'était pas là. Je haussai les épaules : tant mieux, je n'aurais pas à me le farcir. Il s'était surement monté des films à propos d'hier, je n'avait pas besoin de supporter son enthousiasme maintenant. Si je pouvais avoir quelques heures de répit, je ne m'en priverai pas. En histoire, pas de David non plus. Il allait surement être absent pour la journée. Bien entendu, la prof d'histoire, Mme Copernic, me demanda de lui porter ses devoirs. Pffff.
  Lire la suite de la discussion sur forum.ados.fr


245345
b
Moi aussi !
Vous avez peut-être vécu la même histoire ?

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

L'amour m'a tue.. - relations amoureuses

image

Bonjour tout le monde, je viens ici parlé car dans la vrai vie, je parle a personne, je reste enfermé sur moi même, dans ma chambre, sur mon ordinateur.. Bon bref… Y'a 1 jours ma copine a mi un terme a notre histoire qui a duré 2ans7mois.. J'ai...Lire la suite

Que puis je esperer ? - relations amoureuses

image

Voilà je vous explique mon histoire, il y a un an, une fille de mon sport (athlétisme) m'a abordé par facebook, on a commencé par parler et tout, puis je ne sais plus comment s'est venu mais l'on a échangé nos numéros, on s'est alors assez...Lire la suite


 
Voir tous les  autres témoignages