Histoire vécue Amour - Couple > Coup de foudre      (2712 témoignages)

Préc.

Suiv.

La rencontre du prince

Témoignage d'internaute trouvé sur aufeminin
Mail  
| 530 lectures | ratingStar_20056_1ratingStar_20056_2ratingStar_20056_3ratingStar_20056_4

En 2000, juste quelques jours après le nouvel an, je rencontre Bidule, on travaille dans la même grosse entreprise, moi pour 1 an tout juste. C'est mon grand amour, je l'aime, après 2 mois c'est la passion… ensuite s'ensuivent des ruptures venue de nulle part de sa part (lie au problème qu'il a eu avec sa mère et son ex) , et moi je le reprends toujours après qu'il soit revenu plein de promesses et d'excuses et 1 ou 2 filles ajoutées a sa liste et a son lit, de préférence du même lieu de travail comme ça tout le monde est au courant, et mes amis qui travaillent avec lui me rapporte les menu détails de ses flirts de la journée. Ses promesse sont toujours plus folles, jusqu'au mariage qu'il sous-entends sans offrir. Apres une année tumultueuse il m'annonce qu'il repart en France, refuse une relation a distance mais veux rester avec moi jusqu'au bout. Je l'aime, j'accepte. Il part au milieu de mon année universitaire (4eme) , m'appelle, m'envois des fleures, des poèmes sur des cartes, me dit que je pourrais le rejoindre. Mon année part en vrille, je suis paumée, me demande si je devrais tout plaquer et le rejoindre ! J'appelle un jour et réalise que je le dérange, il n'est pas seul. Il s'est installe dans ma ville d'origine en France, je rentre en vacance et retombe sur lui, il me dit qu'il a changé, je suis réticente, mais ressort avec lui. Pendant 2 mois il regagne ma confiance, et me demande de continuer a distance puisque je dois repartir pour mes études. Je suis réticente, lui demande la soirée pour réfléchir. Je le retrouve le lendemain et il m'accueille en me disant "Tu sais pour hier, je ne suis pas sur finalement, je ne sais pas si je pourrais t'être fidèle". C'est le coup de grâce, j'essaye de mettre un terme a la relation durant mon séjours, mais j'ai peur. Un soir du même été ou il voulais me faire croire a ses promesses il avait fini pas se lacérer l'avant bras avec un couteau pour me "prouver que c'est sincère". Alors j'attends d'être reparti et cette fois, je le large. C'est la fin de l'été 2001.

Pendant 1 an (2001/2002) je me change les idées, rencontre trois très différents jeunes hommes, mais aucun avec qui partager une soirée d'hiver a faire des câlins. Trop égocentrique en Fa majeur tatoué sur le front. Celui du milieu essaye de me faire croire qu'il veut du sérieux, ça m'étonne, mais me dit peut-être puis réalise que c'est une mauvaise blague. Conclusion, une st Valentin chez Burger King et il me large par texte message, 3 jours après ma tentative de le larguer, simplement suspendu par ses supplications de lui donner ne dernière chance… Gros nase ! Le dernier a 5 ans de moins que moi et bosse dans le resto ou je suis a mi-temps… Vive la jeunesse ! Mais impossible de parler autre chose que foot et "les super soirée a se pinter la tête". Le premier sera remémoré pour son extrême tendresse, exprimé par ce simple échange terriblement romantique.

- Comment tu trouve ma robe ?

- A c'est vrai, les filles aiment bien les compliments.

Ou encore ce grand classique :

J'ai envie d'une soirée tendre a matin un film avec lui. Je l'appelle, il dit ok, mais me déconseille de louer un film "t'as bien des trucs a regarder déjà chez toi". Je dit ok. A peine arrivé il me saute dessus et me dépiauter et en 5 mn le dessert est servi. E la il me sort :

- Tu vois, je t'avais bien dit que c'était pas la peine de louer une cassette, Hé Hé !

Si les GROD LOURD avait un syndicat, il ferait un bonne avocat celui la…

Bref, j'ai toujours le coeur brisée par Bidule de l'an 2000, et ce bug là me fait prendre des losers pour des princes pétroliers romantiques et dévoué. Qui as dit qu'il n'y avait pas eu de Bug en l'an 2000!

L'année universitaire touche a sa fin, je me dit que je vais arrêter la prospection pour un moment et juste m'occuper de moi pour un moment et ne sortir qu'avec quelqu'un qui m'aura prouvé son caractère.

Part 3 : La remonté - Peau d'âne.

1 - la rencontre du prince.

Jo, je le connais depuis 4 ans, depuis mon arrivée ici pour étudier. Je l'ai vu sans le voir dans plusieurs soirées, c'est le pote de mon meilleur copain ici et on fini par être dans le même groupe de Zic que ce pote crée en cour d'année. Jo est un Frenchi plutôt discret, bon fêtard, je le connais mal. Sympathique, il a l'air d'un informaticien très bucheur et qui fait la fête occasionnellement. Il a l'air un chouille plus âgé, même si il a le même age. Caché sous beaucoup de beige et des cheveux long, jamais eu de copine, juste embrassée une, une fois, il a plusieurs potes et fait bien la fête, mais a la carte d'identité du "pote" tatué sur le front, l'idée de le voir avec une fille ne m'aurais pas traversé l'esprit à l'origine. C'est l'été, il a fini ses études brillamment et passe ses dernières semaines avant de rentrer définitivement en France a terminer sa dissert de fin d'étude. On se voit un peut plus durant cette période. J'ai des reduc pour mon resto et c'est le seul dispo pour en profiter avec moi. On se voit au répète du groupe. Ayant terminé sa thèse, 15 jours avant son départ Il doit recevoir des amis pour 1 semaine, a la dernière minute ils annulent, la fille a oublié son passeport, ils sont bloqué à l'aéroport. I m'appelle en bouche-trou pour passer une aprèm cofee-shopping, il se fait pas d'illusion je lui ai sorti en discutant en bon "pote", que mon type c'est petit et brun (il me l'a dit plus tard) , mais on s'entend pas mal et il s'ennui donc… J'accepte en me disant qu'il est sympas, que ce serait cool de le voir avant qu'il parte, il est plutôt sympas, intelligent et ouvert, dommage que j'aime les petits bruns et que ce soit un grand blond roux je me dit… On se retrouve, on parle, on shop, et au détour d'un rayon il me dit qu'il en a marre du beige, qu'il veut de la couleur. Je ramasse quelques fringues, un jean et lui demande d'essayer…

2 - Révélation :

Et la c'est le choc, ce type avec sa super personnalité, a les plus mignonnes paires de fesses de la terre (ne pas sous-estimer messieurs le pouvoir de ces rondeurs lunaires ! ). Il est fin, mais gracieux, élégant… plutôt mignon, ses cheveux blond roux, contre un bleu tendre d'un léger pull semble tout à coup plus flamboyant… le même soir il me demande de lui couper les cheveux. On passe chez lui et je fait la coupe la plus désastreuse de la terre - le bob de ma mère, le seul que je sache faire ! - mais sous les cheveux tombant en touffe, et sous les lunettes ovales enlevé pour l'occasion, je découvre des traits fins, un regards d'un gris vert indéfinissable sous des sourcils dessinés au fusain, dorés et encré avec force dans son visage soudain plein de couleur. Sous ses yeux, des pommettes rosée viennent ajoutés une couleur de feu a cette peinture solaire… VIvi, ça s'appelle un coup de foudre, "AAAA-lle-lu-ia, Alleluia, Alle-luia ! " Les trompettes percent a travers les vapeurs d'alcool qui m'on mené sur la voie inexploré de la coiffure expérimentale ! Il est Cra-quant, torse nue, assis sur sa baignoire, se soumettant avec humour et gentillesse a mon désastreux coup de ciseau. Coup de foudre donc, le 2eme après celui de la cabine d'essayage ! Lol.

Après cette aprèm a rire, a parler et a se regarder sous un autre angle, la soirée a failli dérapé, mais c'était trop tôt, quelques regards nous ont fait frémir et on a simplement apprécié d'être avec l'autre. Suite a cette soirée on a tous les deux parlé avec notre pote commun, qui nous a fait comprendre qu'il y avait de l'électricité qui passait. Moi et mes bonnes résolution, il me disait de les faire taire et que ce ne serait pas forcement une entorse que de sortir avec un pote "il s'en va ! Rien a perdre" et moi de me dire "tout au contraire…

2 - La suite : En bref.

Une semaine plus tard, on est sorti ensemble, le même soir on a passé la nuit ensemble. Magique, surprenant, tendre… Ce qui lui avait tant manquer, c'était l'intimité me disait-il. L'image la plus proche de cette soirée que je puisse donner, c'est celle du film de la cité des anges, quand l'ange déchu découvre l'amour avec Meg Ryan (euh… la comparaison s'arrête la, pour les personnages faut revoir les standard a la baisse…). On avait 5 jours, entre son repas d'adieu a tous ses amis, un enregistrement avec le groupe avant son départ, mon boulo d'été, pour se voir 2-3 fois seul… On s'est revu avec du bonheur au coeur et moi l'impression d'avoir toucher a quelque chose de nouveau (Romantiquement parlant j'entend, pour les esprits égarés…). Il m'a proposé de rester 1 semaine de plus, j'ai refusé, ça aurais été pire de le voir partir après. Et puis il est parti…

3 - Espoir et démons du passé :

On s'écrit des mail, il m'écrit une lettre que je reçoit le même jour qu'une lettre de Bidule (le Bug de l'an 2000) ! L'un veut m'épouser, me dit qu'il a suivi une thérapie et changé. Ben moi aussi j'ai changé, j'ai mûri, et je l'aime plus. Jo m'écris une lettre simple, dôle, et me dit qu'il a été heureux de me rencontrer. 15 jours après être rentré en France, nouveau mail. Jo revient 1 mois et demi plus tard pour sa remise de diplôme, et il revient avec un allé simple pour voir où cette histoire nous mène ! Il est revenu en Octobre 2002…

4- Happy "ending" (to be continued").

Aujourd'hui on est fin septembre 2003, on vie toujours ensemble, il a trouvé du travail ici en attendant que je finisse mes études. On se dit chaque mois que tant de bonheur il faut qu'on s'en souvienne pour les coups dure si on en a. On a commencé par vivre dans ma chambre étudiante de 9 mètre carré. On dormait par terre parce que je n'avais qu'un lit simple. Moi je bossais 60 heures par semaine pour économiser pour faire ma thèse de fin d'étude, c'était pas simple comme situation, mais la vie avec lui si. On s'est rarement disputé, toujours compris au finale, et on apprend toujours l'un de l'autre avec la même gourmandise qu'au début… Aujourd'hui, on a déménagé, il travail et m'aide pendant que je fini pas dissert de fin détude. On parle, on s'aime, on fait l'amour, on partage. C'est un monde plein de câlins, de mots tendres, de caresses et d'attention… et les larmes me viennent quand je penses à quel point je l'aime et oh combien il me dit et me montre son amour chaque jour…

Ma Conclusion :

Le proverbe dit "Il faut embrasser beaucoup de crapauds avant de tomber sur un prince".

J'ajouterais "Un prince vos bien d'embrasser quelques crapauds".
  Lire la suite de la discussion sur aufeminin.com


20056
b
Moi aussi !
Vous avez peut-être vécu la même histoire ?

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

L'amour m'a tue.. - relations amoureuses

image

Bonjour tout le monde, je viens ici parlé car dans la vrai vie, je parle a personne, je reste enfermé sur moi même, dans ma chambre, sur mon ordinateur.. Bon bref… Y'a 1 jours ma copine a mi un terme a notre histoire qui a duré 2ans7mois.. J'ai...Lire la suite

Que puis je esperer ? - relations amoureuses

image

Voilà je vous explique mon histoire, il y a un an, une fille de mon sport (athlétisme) m'a abordé par facebook, on a commencé par parler et tout, puis je ne sais plus comment s'est venu mais l'on a échangé nos numéros, on s'est alors assez...Lire la suite


 
Voir tous les  autres témoignages