Histoire vécue Amour - Couple > Disputes      (4984 témoignages)

Préc.

Suiv.

Il était trop impatient avec moi

Témoignage d'internaute trouvé sur aufeminin
Mail  
| 296 lectures | ratingStar_225007_1ratingStar_225007_2ratingStar_225007_3ratingStar_225007_4
Je mappelle Sarah. Lhistoire dont je vais vous parler, je nen suis pas fière, mais elle reste une étape incontournable dans ma vie. Cétait été 2003, je venais davoir 19 ans. Depuis plusieurs mois, javais une liaison plus ou moins sérieuse avec un mec, Thierry, 20 ans. Il était pas très beau en soi de visage, mais il était grand (toutefois pas beaucoup plus que moi, je suis plutôt grande moi-même, avec mes 1m82) et musclé, et ma foi, assez sympa et intelligent. Au départ de notre relation il était tout gentil, attentif et prévenant. Il ne brusquait pas les choses. Cela ma plu en lui. Notre relation évolua lentement, je nétais pas sûr de mes sentiments. Au bout de deux mois tout de même il finit par simpatienter, un baiser sur la bouche irrégulièrement cétait bien sûr trop peu. Il me pressa de passer à lacte. Au moment de le faire, je nai pu my contraindre. Je lai senti énervé, mais il a accepté dattendre encore. Les semaines passèrent, et après sêtre refusé à lui une seconde fois, voilà à quoi jai eu le droit textuellement - ... mais jai pas attendu des mois pour que tu fasses ta pudique ! -Je tai dit que jaurais besoin de temps ! -Jen ai rien à foutre si cest pour attendre deux ans laisse tomber, tes trop ... Point final. A ce moment là, durant quelques temps, les mecs minsupportaient. Même mon père, javais du mal à rester avec lui 5 minutes. Javais déjà eu quelques déceptions dans le passé, celle-ci était de trop. Je voulais leur en faire baver. Thierry, mes pensées envers lui étaient des pensées de haine, jaurais voulu lui faire mal, et si ce nétait pas lui, cétait un autre garçon. Et puis un soir, mes parents reçurent un coup de téléphone. Les Huet, habitant à lautre bout de la rue depuis bientôt 9 ans un couple que nous avons assez bien connu avec le temps, parents du jeune Olivier, sen vont pour le week-end et nont personne pour le garder, et me demandent si je veux bien le garder. Mes parents avaient bien pensé à le faire venir dormir ici à la place, mais recevaient eux-mêmes du monde ce week-end. Folle envie que javais, surtout vu ma répulsion actuelle des mecs, à moccuper dun gars de tout juste 15 ans, plutôt petit et assez rondouillard, timide et taciturne Mais devant la somme offerte en récompense de la corvée, jacceptais. En arrivant, sa mère maccueillit à bras ouvert et me sortit un couplet sur le fait quelle savait quil sagissait dun week-end difficile qui mattendait après une semaine difficile de terminale (redoublante que jétais). Ouais en même temps, vu le petits gars que jétais chargé de materner comme un môme de 10 ans plus jeune à cause de parents trop protecteurs pour ce que jen avais vu, ça se cantonnerait sans doute à regarder la télé ou faire quoi que ce soit sans lui. Dans la même pièce que lui peut-être, mais vu la nature du môme il préfère faire les choses seules. 150 euros pour deux jours, cest très, très bien payé. A côté de la salle, porte ouverte, je vois son père lui parler tout bas, dun ton que je sens dur malgré tout. Tout en faisant semblant de mintéresser à ce que me dit sa mère, je sens des menaces de la part de son père. Aussi loin que je me souvienne, je lai toujours vu très dur avec son fils, même devant moi et mes parents. Une bêtise et cétait une bonne grosse gifle étant petit, il mannonçait une sale note sur son bulletin, et je le voyais blême à lidée de lannoncer à son père. Jétais présent une fois, et on aurait pu croire que celui-ci avait pris un porte voix pour lui crier dessus tant il était en colère. Peut-être pour ça quOlivier navait aucun caractère, était si timide, navait pratiquement aucun ami, se sentait mal dans sa peau, son père le terrorisait. Mais vu mon état actuel je navais strictement aucune envie de le prendre en pitié. Son père me faisait bouillir de rage, lui au mieux, il me dégoûtait tant il était ordinaire. Nous nous entendions pourtant assez bien. Lorsquil vint vers moi, il sapprêta à me faire la bise, comme dhabitude. Je reculais et lui dit salut assez froidement. Il jeta un bref coup dil à son père qui ne répondit pas. Après quelques dernières recommandations et conseils ses parents lembrassèrent, son père lui glissant et noublie pas ce que je tai dit . Une fois partis, un lourd silence tomba. Avec un certain dédain, je lui glissais : -Quest-ce quil ta dit ? -Qui ? Je serrais les dents, il savait très bien de quoi je parlais, quelle mauvaise foi. -Ton père il ta dit de te méfier de moi où je ne sais quoi -Il ma dit Il ma dit -Oui ? fis-je avec une pointe dagacement -Que javais intérêt à têtre agréable sans quoi Sa phrase resta en suspens. Je hochais la tête et me dirigeais vers le canapé, jeus un sourire mauvais quil ne put voir une fois de dos. De mauvaises pensées menvahirent, je pourrais le faire trimer un peu, ça changera, pour une fois, cest un mec qui bossera. Nous nous contentâmes de regarder la télé durant environ une heure, sans échanger un mot, mais jétais plutôt absorbée par la façon dont jallais LUI faire payer ce que Thierry mavait fait. Il fut en effet tout aussi discret quà son habitude, et fut assez serviable. Je comptais bien trouver la moindre excuse pour être désagréable. En y repensant je nen suis pas fière, et surtout pas de ce qui arriva ensuite. Vers 19 heures, je montais prendre une douche. Une petite demi-heure plus tard, je descendis sans faire de bruit, aux aguets, car je nentendais pas un bruit. Entrain de lire ou de faire ses devoirs peut-être, reste que la maison est très calme. Alors, jentre dans sa chambre sans prendre la peine de frapper, là, je le vois sur son lit qui bondit et dun air paniqué jette quelquechose par la fenêtre. Mais en si peu de temps, ça ne masque pas ce quil faisait. Il fumait. Une clope, un pétard, je nen sais plus rien, et je nai pas reconnu à lodeur, qui était bien présente, avec de la fumée, et en me penchant à la fenêtre, je vois par terre sur le trottoir un petit truc blanc. -Tu fumes toi maintenant ? -Euh, je, euh bredouilla t-il La moitié des mecs et des filles de mon lycée fume. Mais je sais que son père est contre que son fils fume. -Et tes parents ne sont pas au courant bien-sûr ? -Euh, ben jai essayé de leur dire mais -Mais tas pas osé Il ne dit pas un mot durant un moment. Puis il se décide, penaud : -Oui voilà -Voilà, oui le tout est, dis-je dune voix mauvaise, est-ce que je peux vraiment garder ça pour moi ? -Quoi ? Fit-il, la voix pleine dangoisse -Ha bah oui, fanfaronnais-je avec une ignoble hypocrisie, je ne peux pas te laisser mettre ta santé en jeu comme ça sans prévenir tes parents -Tu plaisantes, dit-il paniqué, hein ? -Non je ne crois pas... Une idée vient de naître une idée bien sadique. -Mais, parviens t-il à articuler la voix cassé, tu, tu on est amis -On se connaît depuis des années, tes bien gentil mais -Sarah sil te plaît, cette fois au bord des larmes, dis-moi que tu plaisantes, tu tu sais ce que mon père va me faire Je fis mine de réfléchir et déclarais : -Oui peut-être Mais ya peut-être un moyen Les yeux qui semplissent de larmes, il semble comprendre. -Tu tu veux me faire chanter ou un (il déglutit avec peine) un truc du genre ? -Du chantage tout de suite les grands mots mais non voyons allons calme toi, je ne dirais rien. -Cest vrai ? -Oui, oui allez, il est 19h30, il est temps que tu ailles prendre ton bain. -Euh ok, dit-il, semblant soulagé. Il monte les escaliers vers la salle de bain. Je le suis. Arrivé dans la salle de bain, il se retourne et dit, hésitant : -Quest-ce que tu tu sors sil te plaît ? -Non non, déclarais-je dun ton badin, je vais te le donner bien sûr, ça ira plus vite et ça sera mieux fait. Il a lair abasourdi. Au bout de deux longues secondes il retrouve la voix : -Quoi ? Mais euh je -Allez, allez, on se déshabille. -Mais, euh non ! Je ça fait des années que je le fait seul voyons -Tu as raison, mais si tu prends aussi soin de ton corps quand tu le laves, que de ta santé générale en fumant -Sarah -Je crois que je vais aller prévenir ton père dès maintenant au téléphone, il avortera son week-end je pense pour ça. Comme piquée par une guêpe : -Sarah non sil te plaît, pourquoi tu fais ça ? Pourquoi ? -Je fais ce que toute bonne baby-sitter ferait, ou tu me laisses prendre soin de ta santé ou tes parents sen occupent, cest à toi de voir. Le pauvre pesa le pour et le contre. Quelle garce jétais quand jy repense il navait jamais fait de mal à moi ni à personne, pas accepté au collège il pensait que fumer comme beaucoup dautres le rapprocherait et je prenais un malin plaisir à lhumilier. Je lobservais. Il pesait le pour et le contre manifestement. -Alors, on va le prendre ce bain ? -Sarah -Oui ? Il hésite encore. Mais il na plus rien à avancer. Quand il me demande pourquoi je suis comme ça, tandis quà lordinaire je le remonte quand ça ne va pas, je réponds par un faux-fuyant, je le menace de la correction de sa vie par son père déjà plutôt violent et décevoir sa mère serait aussi très dur car cest également une des rares personnes gentille avec lui, bien que surprotectrice. Dailleurs il a beau dire, je sais delle-même qui na aucun scrupule à tout dévoiler de son fils en conversation, quelle a cessé de le laver à 13 ans. - Daccord dit-il, tête baissée. - Très bien, dis-je avec un grand sourire dun ton faussement aimable comme si tout était normal. Bon, on va te déshabiller Je tournais le robinet de la baignoire, mettait le bouchon, et lui enlevait son t-shirt, il ne dit rien. Puis jenlevais ses chaussettes. Jarrivais à son pantalon, il sembla vouloir dire une chose mais se retint. Je le déboutonnais, et je le baissais lentement, non sans lui glisser un cest bien comme à un tout petit quand il est sage. Il garde la tête baissée, il est rouge de honte, comme une tomate. La suite bientôt, n'hésitez pas à commenter.
  Lire la suite de la discussion sur aufeminin.com


225007
b
Moi aussi !
Vous avez peut-être vécu la même histoire ?

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

Je vie au travers d'un homme qui n'est pas honnete - histoires d'amour

image

Bonsoir, voila 3 ans bientôt que je suis en couple avec mon copain. On habite ensemble depuis 1 an, nous sommes complice amoureux, on étais bassé sur la confiance et le ''on ce dit tout'' .. Mais voila, au début que l'on c mis ensembles il allais...Lire la suite

Totalement perdu... me quitte-t-elle ? - affaires de couples

image

Bonjour/bonsoir tout le monde. C'est la première fois que je fais un sujet sur Doctissimo, et je ne pensais pas en arriver là un jour. J'ai rencontré une fille sur le net il y a plusieurs mois, et on s'est mis ensemble ; c'était une relation un...Lire la suite


 
Voir tous les  autres témoignages